Israël en guerre - Jour 293

Rechercher

Un seul élu présent et 11 absents à la commission de la Knesset sur l’économie dévastée

Des habitants avaient fait le déplacement pour assister à la réunion de 9h sur l'audience spéciale pour le renforcement et le développement du Néguev et de la Galilée

Le député Michael Biton présidant la commission spéciale pour le renforcement et le développement du Néguev et de la Galilée, à la Knesset, à Jérusalem, le 27 mars 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Michael Biton présidant la commission spéciale pour le renforcement et le développement du Néguev et de la Galilée, à la Knesset, à Jérusalem, le 27 mars 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les représentants des entreprises du nord du pays se sont sentis frustrés mercredi lorsque le président d’une commission de la Knesset a été le seul législateur à se présenter à une réunion sur l’impact des combats transfrontaliers avec le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Le député Michael Biton (HaMahane HaMamlahti) a été le seul membre de la commission spéciale pour le renforcement et le développement du Néguev et de la Galilée à assister à la réunion, en compagnie de représentants des ministères.

« Il est très difficile de voir les sièges vides et de penser que nous, dans le nord, ne sommes pas assez importants pour ceux qui siègent à la Knesset », a déclaré à la presse Inbar Bezek, directrice de la Société économique pour le développement de la Haute Galilée.

Bezek, ancienne députée, a déclaré qu’une délégation d’habitants de la Haute Galilée s’était mise en route à 4 heures du matin afin d’être à la Knesset pour le début de la réunion à 9 heures.

« Il semble que 9 heures du matin soit trop tôt pour eux », a-t-elle fait remarquer à propos des membres de la commission qui manquaient à l’appel.

« La Knesset compte 119 autres membres et aucun d’entre eux n’a pris connaissance du débat et n’a jugé qu’il était suffisamment important pour venir », a-t-elle ajouté.

S’exprimant sur Radio 103FM, Biton a déclaré que ses collègues législateurs n’en faisaient pas assez pour les habitants du nord.

« Les membres de la Knesset doivent se mobiliser pour le nord », a-t-il déclaré, appelant à « une présence et une action vigoureuse ».

« Malheureusement, l’État s’endort lorsqu’il s’agit du nord », a-t-il ajouté.

Les sièges vides à la table ont été signalés pour la première fois par le site Ynet. Alors que la nouvelle se répandait dans les médias israéliens, trois députés se sont présentés aux dernières minutes de la réunion : la députée Tatiana Mazarsky (Yesh Atid), le député Almog Cohen (Otzma Yehudit), et le député Ofer Cassif (Hadash-Taal).

Le député Michael Biton présidant la commission spéciale pour le renforcement et le développement du Néguev et de la Galilée, à la Knesset, à Jérusalem, le 27 mars 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Répondant aux questions de la presse, la plupart des douze autres membres de la commission ont expliqué qu’ils participaient à d’autres réunions à la Knesset. Le député Moshe Rut (Yahadout HaTorah) n’a pas répondu à une question posée par Ynet.

Le média a noté que les membres de la commission auraient pu demander à Biton de reporter la réunion.

Le ministre du Néguev, de la Galilée et de la Résilience nationale, Yitzhak Wasserlauf, du parti d’extrême-droite Otzma Yehudit, qui n’est pas membre de la commission, n’a pas non plus assisté à la réunion, alors qu’il aurait pu le faire, comme n’importe quel autre député.

Ynet a noté que les réunions concernant les difficultés financières des entreprises et des usines se tiennent généralement au sein des commissions des Finances ou de l’Économie de la Knesset. En outre, les mercredis sont des jours particulièrement chargés pour les réunions à la Knesset.

Au cours de la réunion, les participants du nord ont parlé de l’échec financier auquel ils sont confrontés avec des entreprises qui se sont effondrées en raison des combats transfrontaliers avec le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Les autorités israéliennes inspectant un bâtiment touché par une roquette du Hezbollah, à Kiryat Shmona, dans le nord d’Israël, près de la frontière libanaise, le 27 mars 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

« Parallèlement à la menace sécuritaire et à l’effondrement des communautés dans le nord, lentement, lentement, sous le radar, l’économie du nord s’effondre », a déclaré Bezek à la commission.

Bezek a indiqué que des entreprises du secteur du tourisme ont fermé et que des centaines de salariés devraient être licenciés dans les semaines à venir.

Les usines fermeront si le gouvernement n’intervient pas pour les aider, ce qui mettra des milliers de travailleurs au chômage, a-t-elle averti.

Amit Sofer, maire du Conseil régional de Marom HaGalil, a déclaré que depuis janvier, l’État ne s’est occupé que des personnes évacuées du nord, mais pas des « préjudices indirects de la guerre ».

Il a exhorté le gouvernement à rétablir les indemnités qui ont été appliquées jusqu’en décembre et à les étendre aux entreprises situées au-delà de la distance actuelle de 5,5 kilomètres de la frontière, car les entreprises situées à plus du double de cette distance souffrent également.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah a attaqué presque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière avec des roquettes, des drones, des missiles antichars et d’autres moyens, le groupe terroriste affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le Hamas dans cette région. Le Hezbollah est un mandataire iranien au Liban, et les groupes terroristes du Hamas et Jihad islamique palestinien sont également soutenus par Téhéran.

Tsahal a régulièrement répondu par des frappes au Liban, tout en affirmant qu’elle ne tolérerait plus la présence du Hezbollah à la frontière, mettant en garde contre une guerre dans le nord si les efforts internationaux en cours ne parvenaient pas à déloger le groupe terroriste de la zone frontalière.

Par précaution, Israël a évacué des dizaines de milliers d’habitants du nord, ce qui a eu un impact sur les entreprises locales qui luttent pour poursuivre leurs activités. Le Hezbollah a tiré une salve de dizaines de roquettes mercredi, dont l’une a tué un homme dans un bâtiment industriel de la ville frontalière de Kiryat Shmona, dans le nord du pays.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.