Une coalition gagnant-gagnant ? Netanyahu et Gantz peuvent chacun crier victoire
Rechercher
Analyse

Une coalition gagnant-gagnant ? Netanyahu et Gantz peuvent chacun crier victoire

Netanyahu renonce à son agenda de droite pour la stabilité politique et son immunité ; Gantz met un veto aux politiques conservatrices et recule sur ses objectifs à long terme

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Des affiches électorales du parti Kakhol lavan montrent les candidats Benny Gantz (à gauche) et Benjamin Netanyahu, le 18 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Des affiches électorales du parti Kakhol lavan montrent les candidats Benny Gantz (à gauche) et Benjamin Netanyahu, le 18 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Rien ne témoigne davantage du sérieux des pourparlers de coalition entre le Likud de Benjamin Netanyahu et la faction Kakhol lavan réduite de Benny Gantz que la frustration profonde et croissante de la droite face à l’émergence d’un gouvernement de coalition.

Les éléments de droite – Yamina, ainsi que le flanc de droite du Likud et, dans une certaine mesure, les partis Haredi – sont les grands perdants de la coalition. Chacun d’entre eux a perdu des postes ministériels et verra en conséquence son influence politique diminuer.

Mais ce qui n’est pas encore clair, c’est lequel des deux dirigeants, Benny Gantz ou Benjamin Netanyahu, a l’avantage sur l’autre.

Le système politique israélien est traversé par deux récits concurrents, à la fois riches en détails et convaincants. La question est ainsi – toujours – de savoir qui du Likud ou de Kakhol lavan remportera cette lutte acharnée.

Pourquoi Gantz est-il gagnant ?

Jeudi, au lendemain de l’abandon par Benny Gantz de ses partenaires de l’alliance Kakhol lavan, le consensus général semblait être le suivant : Gantz, naïf, est tombé dans le dernier des tristement célèbres pièges de Netanyahu.

Dimanche, les rumeurs selon lesquelles Netanyahu « surpassait » Gantz avaient largement disparu. Les certitudes des experts selon lesquelles Netanyahu trahirait Gantz sous peu ont également disparu. Ils estimaient qu’après avoir convaincu l’ancien chef d’état-major de l’armée israélienne de rompre irrévocablement son alliance avec Yesh Atid et de diviser les 32 sièges de Kakhol lavan en deux partis de taille moyenne (plus une faction Derekh Eretz de deux sièges) qui ne pourront plus jamais le menacer aux urnes, Netanyahu abandonnerait alors Gantz pour un autre vestige brisé du bloc de 61 sièges qui s’était opposé à lui pas plus tard que jeudi matin. Gantz se retrouverait alors sans rien, et Netanyahu serait une fois de plus sans opposition, au sommet de la politique israélienne.

Le président Reuven Rivlin (au centre), le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche), et le leader de Kakhol lavan, Benny Gantz, lors d’une cérémonie de commémoration de feu le président Shimon Peres au mont Herzl à Jérusalem, le 19 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le principal problème au sujet de ces théories est apparu lors des pourparlers de coalition. Au fur et à mesure que la journée de dimanche s’écoulait et que l’étendue de la générosité de Netanyahu envers son ancien ennemi juré devenait évidente, un autre type de discours est devenu omniprésent à droite.

« Comme c’est embarrassant, comme c’est déprimant. Nissenkorn à la Justice, Yamina humilié et mis à l’écart, la loi Kaminitz annulée, le Parti travailliste est de la partie. Ce n’est pas ce dont nous rêvions », a écrit Erel Segal, influent commentateur de droite.

Ses récriminations font référence à une liste de revendications de droite, considérées comme abandonnées lors des négociations, malgré l’énorme majorité que la droite, avec ses 58 sièges, représentera dans le prochain gouvernement dirigé par Netanyahu. Avi Nissenkorn, de Kakhol lavan, ancien dirigeant syndical de gauche et candidat du parti au poste de ministre de la Justice, devrait renverser les efforts de la droite qui souhaitait réformer et affaiblir le système judiciaire et le ministère public.

Le parti religieux de droite Yamina a menacé d’abandonner la coalition et de siéger dans l’opposition suite à l’offre dérisoire de Netanyahu d’un ministre à plein temps et d’un autre à mi-mandat en rotation avec un autre parti.

L’annulation de la « loi Kaminitz » de 2017, qui a considérablement – et injustement selon ses détracteurs – renforcé l’application de la loi contre les constructions illégales dans les villes et villages arabes, où ces constructions sont monnaie courante (et où les résidents accusent les autorités de l’État de fournir de façon insuffisante des permis de construire, les forçant à construire illégalement), était une demande clé de la Liste arabe unie lorsqu’elle a recommandé Gantz comme Premier ministre début mars.

L’historien et commentateur Gadi Taub, une autre voix importante de droite, s’est emparé de la question dimanche : « Nous ne nous sommes pas battus pour obtenir un gouvernement de centre-gauche avec quelques attributs de droite. Pour cela, nous aurions pu nous contenter de Kakhol lavan. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset, le 26 mars 2020. (Crédit : Knesset)

Les plaintes se sont multipliées. L’annexion souvent promise de la vallée du Jourdain aurait-elle encore lieu si Gantz était à la tête du ministère de la Défense, l’organe qui serait chargé de l’exécuter ? Qu’en est-il de « l’opportunité historique » du plan de paix Trump qui a tant défini la campagne de Netanyahu ?

Gantz, qui se qualifierait de centriste, a en fait offert son soutien au plan Trump et à l’annexion de la vallée du Jourdain dans certaines circonstances, mais le bloc dirigé par le Likud a fait campagne en le présentant, lui et ses alliés, comme des gauchistes, une prétention qu’ils ont apparemment maintenue même si le leader de Kakhol lavan semble s’être transformé de rival en partenaire.

« Remettre les ministères de la Défense et de la Justice à la gauche équivaut à une soumission idéologique à la gauche, et à la destruction de notre révolution au sein du ministère de la Justice et de nos efforts de légalisation en Judée et en Samarie ces dernières années », a tweeté en colère la députée Ayelet Shaked de Yamina, ancienne ministre de la Justice.

« Dans le prochain gouvernement, la minorité va contrôler et gérer le pays », s’est exclamé le radical ministre des Transports Betzalel Smotrich, également de Yamina.

Ayelet Shaked, ancienne ministre de la Justice et députée de Yamina, lors de la conférence de « Maariv » à Herzliya, le 26 février 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La liste des concessions accordées à Gantz jusqu’à présent dans le cadre des négociations est en effet longue. Gantz a exigé et obtiendra un ratio de presque un pour un entre les députés et les ministères dans la nouvelle coalition. Les fidèles alliés de la droite religieuse de Netanyahu auront la chance de se retrouver avec un ministre pour quatre députés.

Pour satisfaire à la fois ses alliés en colère et son nouveau partenaire, Netanyahu envisage désormais d’inventer de nouveaux ministères sans importance particulière : un minuscule « ministère du Développement des minorités » symbolique (une scission du déjà minuscule ministère de l’Egalité sociale) ; une scission du ministère du Travail et des Affaires sociales en un ministère du Travail distinct et un ministère des Affaires sociales ; une scission du ministère de la Culture et des Sports ; même le ministère de Jérusalem et du patrimoine est confronté à une scission en un ministère de Jérusalem et un poste entier au niveau du cabinet pour superviser une poignée de musées et de sites du patrimoine.

Le gouvernement devrait maintenant compter jusqu’à 36 ministres, ce qui serait le plus grand gouvernement jamais formé dans l’histoire d’Israël. Netanyahu prévoit également de nommer des candidats du cabinet du Likud à des postes d’ambassadeurs de haut rang qui devraient s’ouvrir – à Washington, Londres et aux Nations unies pour commencer – afin d’alléger la liste de députés en colère de son propre camp et avec lesquels il devra traiter à la Knesset.

Bien que les discussions soient toujours en cours, le Likud a déjà concédé (au moins à partir de lundi après-midi) que son ancien président de la Knesset, Yuli Edelstein, ne reviendrait pas à la présidence – une punition réclamée par Gantz pour le refus d’Edelstein d’obéir à une ordonnance du tribunal la semaine dernière concernant l’organisation d’un vote sur son remplacement. Gantz bénéficie même d’un veto sur le prochain ministre de la Sécurité publique, même si le ministère sera détenu par le Likud.

C’est un gouvernement entièrement construit autour des besoins de la politique de coalition – la nécessité, c’est-à-dire, de satisfaire les exigences de Gantz.

La commission des arrangements de la Knesset se réunit en pleine crise du coronavirus pour approuver la séparation des factions Yesh Atid et Telem du parti centriste Kakhol lavan, le 29 mars 2020. (Crédit : Knesset)

Pour M. Gantz, la présence d’une quinzaine de ses ministres au gouvernement (le nombre exact n’a pas encore été fixé) n’est pas seulement un signe de son pouvoir de négociation, mais aussi un signe de ses priorités. Sa faction est tellement investie dans la gestion des agences exécutives qu’il ne restera presque plus personne dans le bâtiment du Parlement pour faire avancer des lois importantes ou pour représenter une présence significative dans les luttes budgétaires. En d’autres termes, Gantz n’a pas l’intention de faire avancer le type de changements politiques à long terme qui exigent une législation.

C’est ce qui a poussé la députée Gadeer Kamal Mreeh, la première femme druze députée de l’histoire d’Israël et une proche alliée de Gantz, à quitter son parti samedi en accusant son dirigeant « d’abandonner ses principes ». Le principe spécifique qu’il avait abandonné : sa promesse de faire pression pour obtenir un amendement à la loi sur l’État-nation afin d’inclure une mention de l’égalité des minorités, une priorité absolue pour la communauté druze de Mme Mreeh.

Des plaintes similaires ont été entendues dimanche par des défenseurs des droits des homosexuels, qui avaient soutenu Gantz concernant sa promesse de mariage civil et de plus grande reconnaissance des familles homosexuelles. Cela aussi a été mis en veilleuse.

Gantz abandonne l’arène législative pour une autre priorité, qui représente un thème récurrent dans les négociations : prendre le contrôle de chaque agence gouvernementale que la droite politique prévoyait d’utiliser pour faire avancer des politiques clairement de droite, et inverser ces politiques. Cela inclut les portefeuilles de la Défense, de la Justice, de la Culture et autres.

Gadeer Kamal-Mreeh (à droite) de Kakhol lavan, le chef du parti Benny Gantz et d’autres militants lors d’une réunion avec des membres de la communauté druze à Daliyat al-Karmel, dans le nord d’Israël, le 7 mars 2019. (Crédit : Meir Vaknin/Flash90)

Tout est consacré à cet effort. Même le leader du Parti travailliste Amir Peretz, qui se prépare à participer au gouvernement Netanyahu aux côtés de Gantz – et avec Gantz qui négocie pour lui –, est prêt à prendre le contrôle du ministère de l’Economie et de l’agence gouvernementale qui s’occupe des besoins spéciaux des Bédouins en matière de logement et d’éducation. Cette agence, l’Autorité pour le développement et l’installation des Bédouins dans le Néguev, a fait partie du ministère de l’Agriculture ces dernières années, une branche de droite du gouvernement qui a utilisé l’autorité comme un instrument afin de limiter l’expansion sans entrave et sans zone des campements bédouins dans tout le sud du pays. Sous la direction d’un ministre de l’Economie travailliste, l’accent sera mis sur la responsabilité de l’autorité de fournir des services et de renforcer les programmes d’autonomisation de la communauté bédouine.

Il en va de même pour les agences et les ministères : Gantz désactive et démantèle systématiquement l’agenda politique de la droite.

Mais pourquoi Netanyahu joue-t-il le jeu ?

Il est évidemment désireux d’éviter de nouvelles élections dans le contexte de la pandémie de coronavirus. Pour ce faire, il a besoin d’un parti de plus pour étendre son bloc de droite de 58 sièges en une majorité – et mieux vaut les 15 sièges de Gantz que trois ou quatre sièges dérisoires de la part de partis comme le Parti travailliste et Gesher, ce qui pourrait le placer en tête, mais pas avec une marge suffisante pour le libérer de sa dépendance vis-à-vis d’autres partenaires comme Yamina.

Mais cela n’explique pas son étonnante générosité. Le soutien de Gantz est-il tellement vital qu’il vaille la peine de laisser une traînée d’alliés aigris qui se demandent comment ils ont pu se faire berner de la sorte ? La désaffection a été si forte dimanche que certains experts se sont demandé si la générosité de Netanyahu envers Gantz ne signifiait pas qu’il n’avait pas l’intention de se présenter à de futures élections.

Netanyahu pourrait-il être en train d’organiser sa sortie de la vie
politique ? Après tout, lorsqu’il signera finalement l’accord de rotation avec Gantz, Netanyahu se sera pour la première fois engagé par écrit à quitter le pouvoir.

Et en effet, cette promesse de démission, raillée par beaucoup au cours du week-end, est devenue un engagement sérieux dans les petits caractères de l’accord de coalition en cours d’élaboration.

Le dirigeant de Kakhol lavan, Benny Gantz (à gauche), et le dirigeant du Parti travailliste, Amir Peretz, se rencontrent pour discuter des négociations de coalition, le 11 mars 2020. (Crédit : Kakhol lavan/Elad Malka)

Un exemple : le Likud a proposé un mécanisme visant à aider à renforcer la confiance de Gantz dans les bonnes intentions de Netanyahu. Proposée pour la première fois lors des pourparlers de septembre, l’idée est d’adopter une loi qui garantirait que si un gouvernement de rotation se dissout avant sa date d’expiration prévue, le candidat ayant passé le moins de temps dans le fauteuil du Premier ministre serait automatiquement nommé Premier ministre par intérim. Autrement dit, si Netanyahu s’accroche au pouvoir jusqu’en septembre 2021, mais tente ensuite de provoquer une crise de coalition et de forcer de nouvelles élections afin d’éviter de remettre le bureau du Premier ministre à Gantz, ce dernier deviendrait de toute façon Premier ministre à partir du moment où le gouvernement se dissout jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement – une période qui pourrait raisonnablement s’étendre sur cinq mois environ (ou, dans un cas étrange comme celui des résultats indécis des élections de l’année dernière, beaucoup plus longtemps).

Un autre exemple : l’accord stipulera que le mandat de Gantz sera approuvé lors du prochain vote de la Knesset sur le gouvernement Netanyahu – c’est-à-dire que Gantz n’aura pas à se soucier d’obtenir les votes de confiance des députés du Likud à la Knesset dans 18 mois pour réaffirmer l’accord.

Quoi qu’il en soit, Netanyahu l’a promis : Gantz sera Premier ministre.

Ou bien est-ce Netanyahu qui va gagner ?

La générosité inhabituelle de Netanyahu envers un rival politique et sa sincérité apparente soulèvent une évidente question : qu’obtient-il en retour ?

C’est simple, disent les partisans de ce scénario : une protection contre ses ennuis juridiques, et pas seulement pour le futur proche, mais également pour les années à venir.

Une partie de l’accord de coalition devrait stipuler la formation d’un nouveau poste établi uniquement pour le post-Premier ministre Netanyahu – un rôle de « Premier ministre intérimaire » dont les protections d’immunité en vertu de la loi seraient identiques à celles du Premier ministre en exercice. Contrairement aux ministres ordinaires, il ne serait pas contraint de démissionner en raison d’une mise en accusation portée contre lui. Il pourrait rester à son poste jusqu’à ce qu’il soit condamné à la suite de son dernier appel.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara s’adressent à leurs partisans le soir des élections israéliennes, au siège du parti à Tel Aviv, le 3 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Netanyahu est également presque certain de demander à nouveau l’immunité parlementaire. Avec tant de choses en jeu pour Gantz – un rôle puissant dans la coalition et aucun parti politique vers lequel retourner – Netanyahu peut raisonnablement s’attendre à un soutien majoritaire pour sa demande d’immunité.

C’est une pilule amère à avaler pour la droite idéologique, et beaucoup le disent ouvertement : après une longue et amère année de loyaux services rendus, les plus fidèles soldats de Netanyahu le regardent maintenant vendre leurs idéaux et leurs aspirations pour sa sécurité personnelle.

Cependant, certains observateurs affirment que la générosité de Netanyahu n’est pas un signe de désespoir, mais une partie de sa stratégie de la semaine dernière afin de détacher Gantz de ses anciens alliés. Lorsque les deux dirigeants ont discuté pour la première fois d’un accord d’unité jeudi, Gantz a expliqué qu’il craignait que la dissolution de son parti de 32 sièges ne lui permette pas d’obtenir le minimum dans les pourparlers de coalition qui rendrait l’initiative intéressante.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), le dirigeant de Kakhol lavan Benny Gantz (à gauche) et la présidente de la Cour suprême Esther Hayut lors de la cérémonie commémorative pour le défunt président Shimon Peres, au cimetière du Mont Herzl à Jérusalem, le 19 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Netanyahu a fait un calcul simple : il avait besoin de Kakhol lavan pour obtenir une coalition stable – mais plus la faction de Kakhol lavan serait petite, mieux ce serait. Il a donc promis à Gantz de négocier un gouvernement partagé sur la base d’une unité égale, quel que soit le nombre de députés que Gantz emmènerait avec lui.

En donnant ainsi à Gantz les assurances dont il avait besoin pour se séparer de son partenaire de longue date Yair Lapid, Netanyahu a obtenu sa majorité à la Knesset – et avec l’avantage supplémentaire d’un partenaire « égal » qui n’avait pas les effectifs à la Knesset pour constituer une menace sérieuse pour le Likud ou Netanyahu. Le fait que Lapid soit éloigné n’a pas non plus fait de mal ; la coalition n’a pas eu à subir la pression constante de Lapid et des partis Haredi qui se battent de l’intérieur sur les questions de religion et d’État.

En d’autres termes, la générosité de Netanyahu n’était pas un signe de faiblesse, mais de force. Il a acheté Gantz, a attiré suffisamment de ses partisans – Travailliste, Gesher, Derekh Eretz – pour s’assurer que Gantz ne pourrait pas facilement le renverser en route, et a démantelé la menace stratégique de l’alliance Kakhol lavan. Et le prix à payer pour tout cela : un recul des politiques qui caractérisent la droite.

Benny Gantz (à gauche) et Gabi Ashkenazi lors d’un événement de la campagne Kakhol lavan à Kfar Saba, le 12 février 2020. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

En fin de compte, ces deux récits narrent une partie essentielle de l’histoire. Netanyahu a son gouvernement et retourne en toute sécurité à son bureau de Premier ministre. Le coût – un accord d’unité totalement égalitaire avec Gantz – était inévitable. Gantz, quant à lui, contrôle les principaux leviers de la politique et tiendra la ligne contre l’agenda de la droite dans les mois (et peut-être même les années à venir), tout en donnant au pays la stabilité dont il a besoin pour faire face à la pandémie de coronavirus.

Pour lui aussi, le coût était inévitable, et comprenait l’abandon de la plupart de ses promesses de campagne. Netanyahu reste au pouvoir, aucune loi ne sera adoptée pour interdire aux députés inculpés d’occuper le poste de Premier ministre, aucune nouvelle initiative ne sera lancée concernant les pourparlers de paix ou la séparation avec les Palestiniens, aucune réforme de religion et d’État ne sera avancée, la loi sur l’État-nation ne sera pas modifiée et aucune des lois de droite de la dernière décennie ne sera annulée.

Peut-être que les deux récits sont erronés, alors. Peut-être qu’aucun des deux n’a gagné, et le mieux qu’ils puissent montrer après leurs efforts reste ceci : ils ont réussi à faire obstruction à l’autre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...