Une deuxième entreprise trouve de la listeria dans du saumon en Israël
Rechercher

Une deuxième entreprise trouve de la listeria dans du saumon en Israël

Dans le cinquième scandale alimentaire du mois, le groupe Neto affirme que le poisson contaminé n’a pas été vendu

Pavé de saumon au citron. Illustration. (Crédit : Liz Rueven/JTA)
Pavé de saumon au citron. Illustration. (Crédit : Liz Rueven/JTA)

Les contaminations alimentaires ont continué mercredi en Israël, alors que pour la deuxième fois en deux jours, du saumon a été contaminé par la listeria. Il n’a cependant jamais été mis en vente.

Des bactéries pathogènes ont été retrouvées dans une livraison de saumon fumé venu de l’étranger qui était destinée à une usine d’emballage, a annoncé la Deuxième chaîne.

Le saumon contaminé appartient au groupe Neto, un grand conglomérat agro-alimentaire israélien.

Aucun poisson de la livraison contaminée n’a atteint l’usine, a déclaré la compagnie, ajoutant que toutes les livraisons étaient testées au port avant d’être envoyées vers leur prochaine destination.

Mardi, l’entreprise Maadaney Miki a demandé au public de ne pas consommer son saumon surgelé fabriqué en juillet et en août.

Les consommateurs possédant du saumon qui a été traité le 03/07/2016 et ayant une date d’expiration au 27/02/2017, ou plusieurs ensembles de dates (05/07/2016, 01/03/2017; 07/07/2016, 03/03/2017; 14/07/2016, 10/03/2017; 02/08/2016, 29/03/2017; 04/08/2016, 31/03/2017) ne doivent pas consommer ce produit, et doivent contacter l’entreprise au 1-700-50-55-40.

Les rappels de sécurité alimentaire ne sont pas rares en Israël, mais sont devenus très fréquents le mois dernier.

Début août, le ministère de la Santé avait annoncé la suspension de la licence de fabrication de la multinationale Unilever, après la vente de céréales contaminées à la salmonelle.

Unilever avait refusé de rappeler des céréales Telma, disant qu’elles n’étaient pas parvenues aux consommateurs. Par la suite, l’entreprise avait finalement admis que certains paquets avaient été achetés.

Des clients israéliens au rayon surgelé du supermarché Rami Levi de Talpiot, à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)
Des clients israéliens au rayon surgelé du supermarché Rami Levi de Talpiot, à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)

Moins d’une semaine après, Salatey Shamir avait déclaré qu’une partie de ses produits au tahini contaminés par des salmonelles avaient déjà été vendus et probablement consommés par des Israéliens.

Ami Guy, PDG de l’entreprise, avait déclaré au site d’informations Ynet que son fournisseur, Tehinat Hanasich, avait prévenu trop tard Salatey Shamir pour empêcher qu’une large gamme de produits contenant le tahini ne soit vendue.

Quelque 200 tonnes du produit de Tehinat Hanasich avaient été détruites, et les dates des produits suspects avaient été rendues publiques.

Le lendemain de la publication de l’information sur le tahini, Milotal, fabriquant de légumes surgelés, avait appelé au retour de toutes ses frites surgelées, après la détection de listeria en laboratoire dans le produit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...