Une manifestation pour la “fin de l’occupation” à Jérusalem
Rechercher

Une manifestation pour la “fin de l’occupation” à Jérusalem

Les manifestants ont dénoncé samedi les 50 ans de la conquête israélienne de Jérusalem Est et de la Cisjordanie lors la guerre des Six Jours de 1967

Manifestation contre la présence israélienne en Cisjordanie à Jérusalem, le 1er avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Manifestation contre la présence israélienne en Cisjordanie à Jérusalem, le 1er avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Plusieurs centaines de manifestants, en grande majorité des Israéliens juifs, ont défilé samedi soir à Jérusalem pour dénoncer la présence israélienne depuis cinquante ans en Cisjordanie, selon des estimations de la police.

Les organisateurs et des journalistes sur place ont évalué à quelque 2 000 le nombre de participants qui ont marché jusqu’à la porte de Jaffa, dans la Vieille Ville, où une estrade bordée de drapeaux israéliens et palestiniens avait été dressée.

« Juifs et arabes, nous ne sommes pas ennemis », « non à un gouvernement d’annexion » « Paix et justice sociale », scandait la foule en hébreu et en arabe.

La manifestation était organisée par l’association judéo-arabe « Standing Together », qui avait déjà organisé une manifestation en février à Tel Aviv pour protester contre les politiques israéliennes à l’égard de sa minorité arabe.

Sur sa page Facebook, l’association avait expliqué que la manifestation visait à marquer le 50e anniversaire de la conquête israélienne de la Cisjordanie et de Jérusalem Est pendant la guerre des Six Jours, en 1967, et à appeler à « la paix et la fin de l’occupation ».

Des députés de Meretz et de la Liste arabe unie pendant une manifestation contre la présence israélienne en Cisjordanie à Jérusalem, le 1er avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des députés de Meretz et de la Liste arabe unie pendant une manifestation contre la présence israélienne en Cisjordanie à Jérusalem, le 1er avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Des vagues de manifestants de tout Israël marchent contre l’occupation et demandent la paix. Nous n’avons pas besoin d’attendre la prochaine guerre ou une nouvelle intifada : chaque journée est une bonne journée pour mettre fin à l’occupation », a déclaré l’association.

Zehava Galon, la présidente du parti Meretz, ainsi que plusieurs députés de Meretz et de la Liste arabe unie se sont succédés à la tribune, selon le quotidien Haaretz.

Plusieurs responsables d’associations de gauche, dont les dirigeants de La Paix Maintenant et de Breaking the Silence, qui collecte des témoignages, généralement anonymes, sur des abus présumés de soldats israéliens en Cisjordanie, étaient eux aussi présents.

La manifestation a eu lieu à un moment où les formations prônant la création d’un état palestinien et l’arrêt de la construction dans les implantations ont de plus en plus de difficulté à faire entendre leur voix auprès de l’opinion publique israélienne face au gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le défilé a eu lieu sans incident, selon la police, malgré une certaine tension à Jérusalem, où un jeune Palestinien de Cisjordanie a blessé samedi à coups de couteau trois Israéliens avant d’être abattu près de la porte de Damas de la Vieille Ville.

Itamar Avneri, l’un des organisateurs de la manifestation, a réagi à l’attaque en disant à Haaretz que « aujourd’hui encore, nous avons eu un rappel douloureux du prix de l’occupation. »

« Nous souhaitons envoyer nos meilleurs vœux de rétablissement aux blessés et nous espérons ne plus voir d’incidents comme celui-ci, ni de peur dans les rues de la ville. Il est temps de mettre fin à cela », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...