Une recrue britannique de l’EI a voyagé vers Gaza avec l’élu anti-Israël Galloway
Rechercher

Une recrue britannique de l’EI a voyagé vers Gaza avec l’élu anti-Israël Galloway

Associé du bourreau “Jihadi John”, Alexanda Kotey est probablement resté au Moyen-Orient après sa mission en 2009

Steven Sotloff près de son bourreau de l'Etat islamique, l'Anglais "Jihadi John", dans une vidéo diffusée le 2 septembre 2014. (Crédit : capture d'écran SITE/Twitter)
Steven Sotloff près de son bourreau de l'Etat islamique, l'Anglais "Jihadi John", dans une vidéo diffusée le 2 septembre 2014. (Crédit : capture d'écran SITE/Twitter)

Un membre de l’Etat islamique (EI) impliqué dans la décapitation d’otages occidentaux en Syrie a été identifié comme un britannique converti à l’islam qui a rejoint le sulfureux député anglais anti-Israël George Galloway dans son convoi d’aide controversé pour la bande de Gaza en 2009.

Une enquête commune du Washington Post et de Buzzfeed News a révélé dimanche qu’Alexanda Kotey, un Londonien de 32 ans moitié ghanéen, moitié chypriote grec, avait été en Syrie pour rejoindre le groupe jihadiste peu après s’être rendu à Gaza avec d’autres musulmans britanniques qui ont plus tard été identifiés par le Royaume-Uni pour leurs liens avec le terrorisme.

Selon l’article, Kotey était également un associé de Mohammed Emwazi, un bourreau célèbre de l’EI surnommé « Jihadi John », qui a décapité des otages américains, britanniques et japonais en étant filmés et tout en se moquant des dirigeants occidentaux. Emwazi est mort dans une frappe d’un drone américain en novembre 2015.

Quelques temps avant de quitter le Royaume-Uni, Kotey est devenu membre du réseau d’extrémistes islamiques, connu comme les « London boys » qui défend la violence et a été lié à nombre d’attaques terroristes et de conspirations au Royaume-Uni.

George Galloway (Crédit : capture d'écran YouTube)
George Galloway (Crédit : capture d’écran YouTube)

En 2009, Kotey a quitté le Royaume-Uni pour Gaza par le convoi d’aides de 110 véhicules organisé par George Galloway, alors député. Sur la mission « Viva Palestine » de Galloway, Kotey a voyagé aux côtés d’au moins trois autres jihadistes connus, a confirmé l’article.

Un volontaire qui travaillait sur le même bateau que Kotey et d’autres a déclaré à Buzzfeed News que le voyage à Gaza avait « changé » Kotey, et qu’il n’était pas certain qu’il ne soit jamais retourné en Grande-Bretagne après la fin de la mission.

L’on ne sait pas ce qui est arrivé à Kotey après 2009, mais les enquêteurs pensent qu’il est allé à Rakka, en Syrie, peu après avoir quitté Gaza.

Une fois en Syrie, il a rejoint un groupe de jihadistes britanniques travaillant comme gardes et qui s’est rapidement fait une réputation de cruauté envers leurs otages occidentaux.

Selon d’anciens prisonniers, les jihadistes britanniques torturaient et frappaient violemment les otages, organisaient de fausses exécutions, et les faisaient se battre entre eux pour s’amuser.

Bien qu’Emwazi ait été le bourreau du groupe, les autres membres de la cellule montaient la garde pendant qu’il organisait des exécutions brutales devant la caméra. Emwazi a décapité les journalistes américains James Foley et Steven Sotloff, les travailleurs humanitaires britanniques David Haines et Alan Henning, le travailleur humanitaire américain Peter Kassig, et 18 membres des forces armées syriennes entre août 2014 et sa mort.

Un porte-parole de Galloway a nié qu’il ait eu connaissance de volontaires liés aux jihadistes qui ont participé au convoi, et déclaré au Post que « les noms que vous nous avez donnés nous sont inconnus ».

« Il y avait, bien sûr, une enquête de sécurité sur ceux qui ont candidaté pour rejoindre le convoi », a déclaré le porte-parole, mais il a été incapable de confirmer si l’un des suspects nommés dans l’article participait à l’initiative « Viva Palestine ».

La veille du départ prévu du convoi, neuf volontaires avaient été arrêtés par la police britannique pour des liens présumés avec des groupes jihadistes.

Galloway avait à l’époque critiqué les arrestations comme une campagne de calomnie et un effort pour intimider la communauté musulmane britannique. Les neuf volontaires avaient ensuite été libérés sans être accusés.

Parmi ceux qui ont voyagé avec Kotey se trouvait Reza Afsharzadegan, un anglo-iranien suspecté de terrorisme, qui a été formé par un agent haut placé d’al-Qaeda en Somalie en 2006. Les services de renseignement pensent qu’il a été renvoyé au Royaume-Uni avec des instructions pour recruter des membres pour les groupes jihadistes après sa formation.

Un autre membre du groupe de Kotey était Amin Addala, un natif de Londres qui a également été nommé dans des documents du tribunal comme un membre d’une cellule jihadiste locale en 2015.

Un troisième volontaire, Munir Farooqi, né à Manchester, a été jugé coupable de terrorisme en 2011 après avoir essayé de recruter deux policiers infiltrés pour rejoindre les talibans en Afghanistan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...