Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Washington assure que l’aide américaine à Israël sera maintenue, malgré la refonte

Le département d'Etat a réaffirmé l'engagement de l'administration Biden à la sécurité d'Israël, et ce, en dépit des tensions avec le gouvernement Netanyahu

Le porte-parole adjoint principal du Département d'État américain, Vedant Patel, s'exprimant lors de la conférence de presse quotidienne, à Washington, le 21 mars 2023. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Le porte-parole adjoint principal du Département d'État américain, Vedant Patel, s'exprimant lors de la conférence de presse quotidienne, à Washington, le 21 mars 2023. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Le département d’Etat américain a souligné mardi que l’administration Biden ne supprimerait pas les aides à Israël en réaction à l’adoption, par le gouvernement Netanyahu, du premier élément de son programme de refonte du système judiciaire.

L’administration s’est vivement opposée à ce projet du gouvernement israélien, qui vise à diminuer les pouvoirs des magistrats, ce qui a suscité des tensions entre Washington et Jérusalem.

« Il n’y aura aucune coupe ni aucune suppression dans l’aide militaire, car notre engagement envers Israël et notre engagement envers la sécurité d’Israël est inébranlable. Notre partenariat avec Israël depuis des décennies est inébranlable » a déclaré le porte-parole du département d’Etat Vedant Patel.

Les médias israéliens ont mis en valeur ces propos mais il n’a jamais été question d’agir sur l’aide américaine à Israël. Le président américain Joe Biden a fait campagne sur le fait qu’il n’envisagerait jamais une telle chose. Les responsables américains ont, à plusieurs reprises, réaffirmé cette position depuis les dernières élections en novembre.

Patel a ajouté que le refus de réduire l’aide des États-Unis à Israël n’affectait pas la position de l’administration vis-à-vis de la loi adoptée lundi, car ce texte n’a pas bénéficié du consensus que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait promis à plusieurs reprises aux États-Unis qu’il obtiendrait pour opérer des changements fondamentaux dans le domaine judiciaire.

De son côté, le secrétaire d’Etat à la Défense Lloyd Austin a souligné auprès du ministre de la Défense Yoav Gallant « qu’un consensus large [obtenu] par le biais d’un dialogue politique » était un « élément crucial d’une démocratie résiliente ».

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à gauche) et le ministre de la Justice Yariv Levin (à droite) se disputent face au Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset le 24 juillet 2023, avant le vote de la loi sur le caractère raisonnable. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’administration Biden a, à maintes reprises, signifié son opposition aux démarches unilatérales mises en œuvre par le gouvernement pour restructurer le système judiciaire. Les avertissements concernant les procédures législatives engagées et les efforts infructueux pour relancer les pourparlers ont été placés au premier plan lors de la visite du président Isaac Herzog à la Maison Blanche la semaine dernière.

D’autres alliés d’Israël ont également exprimé leurs inquiétudes après l’adoption de la loi lundi, un vote qui a donné lieu à d’importantes manifestations dans l’ensemble du pays.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a publié mardi une déclaration en réponse à l’adoption par le gouvernement israélien de la première loi relative à la réforme judiciaire, soulignant que les liens entre Londres et Jérusalem ont « toujours été étayés par les valeurs démocratiques que nous partageons ».

« Bien que les dispositions constitutionnelles exactes d’Israël relèvent de la compétence des Israéliens, nous demandons instamment au gouvernement israélien de parvenir à un consensus et d’éviter les divisions, en veillant à ce qu’un système solide de freins et de contrepoids et l’indépendance du système judiciaire israélien soient préservés », a déclaré un porte-parole du ministère dans un communiqué.

De son côté, la France a rappelé mardi son attachement aux « principes démocratiques ».

« La France est profondément attachée aux principes démocratiques, qui forment le socle de notre amitié avec Israël depuis son indépendance », indique une déclaration du ministère des Affaires étrangères.

« La France, amie d’Israël, appelle les autorités israéliennes à aborder toute question fondamentale pour les institutions de pays démocratiques dans un esprit de consensus. L’adoption par la Knesset d’une loi restreignant les prérogatives de la Cour suprême, malgré les vives contestations qui s’expriment, s’en éloigne », ajoute le Quai d’Orsay.

Cependant, un accélérateur de start-ups de l’Union européenne a annoncé mardi qu’il déprogrammait une délégation prévue en Israël « en raison du coup d’État judiciaire du gouvernement ».

« Les startups israéliennes constituent une communauté importante dans notre écosystème et nous continuerons à soutenir leur développement sur le marché européen », a déclaré l’EU Startup Prize dans un communiqué. « Cependant, nous n’organiserons plus d’événements en Israël tant que le coup d’État judiciaire actuel ne sera pas abandonné. »

Les forces de l’ordre israélienne montent la garde alors que les manifestants s’ammassent près de la Knesset, le 24 juillet 2023. (Crédit : HAZEM BADER / AFP)

En dépit de  29 semaines de manifestations et d’opposition publique de masse qui ont ébranlé le pays et divisé ses citoyens, la Knesset a donné son approbation finale lundi à une loi qui empêche les tribunaux de réexaminer le « caractère raisonnable » des décisions gouvernementales et ministérielles, le premier projet de loi majeur de la refonte judiciaire du gouvernement à être adopté.

Le projet de loi a été adopté en troisième et dernière lecture par 64 voix pour et 0 contre, l’ensemble des 56 membres de l’opposition ayant boycotté le vote en signe de protestation.

Le chaos a éclaté dans les rues de Tel Aviv et de Jérusalem à mesure que le vote progressait et les manifestations se sont prolongées dans la nuit. Les manifestants ont bloqué des routes et se sont heurtés à la police, particulièrement brutale cette nuit.

Dimanche, Biden a tenté un ultime recours et a exhorté Netanyahu à ne pas soumettre le projet de loi au vote. Après l’adoption du texte de loi, la porte-parole de l’exécutif américain, Karine Jean-Pierre a déclaré dans un communiqué qu’en « sa qualité qu’ami de longue date d’Israël, le président Biden a estimé, publiquement et en privé, que les grands changements d’une démocratie, pour durer, doivent rallier le plus large consensus possible ».

Netanyahu avait assuré à l’administration Biden ces derniers mois qu’il travaillait à obtenir un large soutien pour les réformes que son gouvernement cherchait à faire adopter. Cependant, le mois dernier, il a décidé de poursuivre unilatéralement la législation controversée après l’échec des négociations avec l’opposition.

Il a fallu attendre l’appel téléphonique de la semaine dernière pour que Biden accepte de rencontrer Netanyahu, après sept mois d’abstention en raison du mécontentement persistant de l’administration à l’égard des projets de réforme judiciaire et de la politique de Jérusalem en Cisjordanie. Cependant, on ignore quand et où cette rencontre aura lieu.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.