Washington menace Téhéran en envoyant des bombardiers au Moyen-Orient via Israël
Rechercher

Washington menace Téhéran en envoyant des bombardiers au Moyen-Orient via Israël

Cette initiative intervient sur fond de rumeurs concernant une action militaire de l'administration Trump contre Téhéran avant l'entrée en fonction de M. Biden

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un bombardier lourd B-52, flanqué d'avions de chasse, se dirige vers le Moyen-Orient dans le cadre d'une menace tacite contre l'Iran, le 21 novembre 2020. (US Air Force/Facebook)
Un bombardier lourd B-52, flanqué d'avions de chasse, se dirige vers le Moyen-Orient dans le cadre d'une menace tacite contre l'Iran, le 21 novembre 2020. (US Air Force/Facebook)

Cette semaine, les États-Unis ont procédé à un déploiement éclair de plusieurs bombardiers lourds au Moyen-Orient dans le cadre d’une menace apparente pour l’Iran, sur fond de spéculations tourbillonnantes selon lesquelles le président américain Donald Trump prévoit de mener une action militaire contre Téhéran avant l’entrée en fonction du président désigné Joe Biden.

Le commandement central américain a déclaré que les avions avaient été envoyés dans la région « pour dissuader les agressions et rassurer les partenaires et alliés des États-Unis ».

Dans des circonstances très inhabituelles, les avions B-52H Stratofortress ont été vus en train de voler vers l’espace aérien israélien samedi en direction de la base où ils seront stationnés, probablement au Qatar. Les avions ont été repérés sur un logiciel de suivi civil s’approchant d’Israël avant qu’ils n’éteignent apparemment leurs transpondeurs, les rendant invisibles sur ces applications.

C’est la troisième fois en un an et demi que des bombardiers B-52, capables de transporter des armes nucléaires et d’autres munitions puissantes, ont été déployés dans la région dans le cadre de menaces tacites envers l’Iran.

Dans les cas précédents, les bombardiers ne survolaient pas l’espace aérien israélien. La raison de ce changement de route est peu claire.

Un bombardier lourd B-52 décolle de la base aérienne de Minot, dans le Dakota du Nord (États-Unis), le 21 novembre 2020, en direction du Moyen-Orient, dans le cadre d’une menace tacite contre l’Iran. (Armée de l’air américaine)

Les avions ont reçu l’ordre de se rendre au Moyen-Orient sans escale depuis leur base du Dakota du Nord, avec un ravitaillement en vol en cours de route. Les bombardiers étaient accompagnés par des avions de chasse F-15 et F-16, ainsi que par des avions de ravitaillement KC-10 et KC-135, a déclaré le Commandement central américain (CENTCOM).

« La capacité à déplacer rapidement des forces dans, hors et autour du théâtre pour saisir, retenir et exploiter l’initiative est essentielle pour dissuader une agression potentielle », a déclaré le lieutenant général Greg Guillot, commandant de la 9e armée de l’air américaine, dans un communiqué.

Le général a déclaré que le déploiement de bombardiers dans la région permet à leurs équipages de mieux se familiariser avec la zone et de mieux travailler avec les unités locales.

« Ces missions aident les équipages des bombardiers à se familiariser avec l’espace aérien et les fonctions de commandement et de contrôle de la région et leur permettent de s’intégrer aux ressources aériennes américaines et partenaires du théâtre, augmentant ainsi l’état de préparation global de la force combinée », a déclaré M. Guillot.

Les États-Unis ont déjà déployé des bombardiers B-52 dans la région lors de périodes de tensions accrues. Cela s’est produit au début de 2020, après que les États-Unis ont tué le commandant iranien Qassem Soleimani lors d’une attaque aérienne en Irak. Les avions stratégiques ont également été envoyés dans la région en mai 2019, lorsque l’Iran aurait attaqué un certain nombre d’alliés américains dans le golfe persique et abattu un drone espion américain qui volait près de son espace aérien.

Un bombardier lourd B-52 se prépare au décollage avant de s’envoler pour le Moyen-Orient dans une menace tacite contre l’Iran depuis la base aérienne de Minot dans le Dakota du Nord, aux États-Unis, le 21 novembre 2020. (Jesse Jenny/Force aérienne américaine)

Le déploiement des bombardiers lourds à longue portée est intervenu alors que l’administration Trump – et Israël – prévoyaient de mener des opérations militaires contre l’Iran avant l’entrée en fonction de Biden. Le président désigné des Etats-Unis devrait adopter une approche un peu plus douce et diplomatique que celle de M. Trump, qui s’est retiré de l’accord nucléaire de 2015 que les puissances mondiales ont signé avec l’Iran et a utilisé une campagne dite de « pression maximale » de lourdes sanctions économiques contre la République islamique.

Bien que les analystes affirment que cet effort a créé un levier pour de futures négociations, la tactique n’a pas encore porté ses fruits en termes d’arrêt des efforts nucléaires de l’Iran – en effet, la République islamique a amassé beaucoup plus de matériel nucléaire et à des niveaux d’enrichissement plus élevés dans le cadre de la campagne – ni n’a freiné les ambitions d’hégémonie régionale de Téhéran.

M. Biden, qui était vice-président de Barack Obama lors de la signature de l’accord de 2015, a déclaré qu’il prévoyait de revenir à cet accord comme base pour de nouvelles négociations avec l’Iran.

L’administration Trump aurait prévu une série de sanctions de grande envergure contre l’Iran afin de rendre plus difficile la réintégration de l’administration entrante dans l’accord nucléaire.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est rendu dans la région la semaine dernière, notamment en Israël, où il a déclaré au Jerusalem Post que les États-Unis envisageraient une frappe militaire contre l’Iran.

« L’administration a été claire à ce sujet pendant toute la durée de ses quatre années. Il n’y a aucune raison que cela change aujourd’hui ou demain », a déclaré M. Pompeo.

Vendredi dernier, la Treizième chaîne a rapporté qu’Israël et les Etats-Unis prévoyaient d’augmenter la pression sur l’Iran par des « opérations secrètes » et des sanctions économiques durant les dernières semaines du mandat de Trump. Jérusalem et Washington estiment que Téhéran ne répondra pas militairement avant la fin du mandat de Trump, selon le rapport non publié.

La chaîne n’a pas précisé la nature des mesures qui peuvent être prises.

Entre autres opérations secrètes contre le programme nucléaire iranien, Israël et les États-Unis seraient responsables de l’introduction du virus informatique Stuxnet pour saboter certaines parties du processus d’enrichissement nucléaire iranien il y a dix ans, et d’attaques de sabotage plus récentes sur des installations nucléaires iraniennes. L’agence d’espionnage israélienne du Mossad a récupéré une grande quantité de documents iraniens concernant le programme nucléaire du régime, a révélé le Premier ministre Benjamin Netanyahu en 2018. Israël a également été lié selon des informations au meurtre de plusieurs scientifiques nucléaires iraniens, et la semaine dernière, le New York Times a rapporté que des agents israéliens ont tué le numéro 2 d’Al-Qaida, Abu Muhammad al-Masri, à Téhéran en août sur ordre des États-Unis.

Lundi dernier, le Times a rapporté que M. Trump avait demandé à ses principaux conseillers s’il avait la possibilité de frapper les sites nucléaires iraniens au cours de ses dernières semaines de mandat, mais qu’il en avait été dissuadé par des avertissements qui risquaient de conduire à un conflit plus large. Trump a convoqué les responsables un jour après que l’observatoire nucléaire de l’ONU a déclaré que l’Iran avait stocké plus de 12 fois plus d’uranium enrichi que ne le permet l’accord nucléaire de 2015, selon le rapport, qui cite quatre responsables américains actuels et anciens.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...