La police et les agents du service de sécurité du Shin Bet ont arrêté dans la nuit de samedi plusieurs suspects dans l’incendie criminel du mois dernier dans l’Eglise de la Multiplication à Tabgha en Galilée, a annoncé le Shin Bet dimanche matin.

Les arrestations ont eu lieu suite à « une enquête discrète, intense et professionnelle qui a ouvert juste après que l’église a été incendiée », a déclaré le Shin Bet dans un communiqué. Des détails des arrestations, y compris le nombre de suspects et leur lieu de résidence, sont interdits de divulgation par le tribunal. Les suspects ont été interrogés par le Shin Bet.

L’enquête est menée par la Division des crimes nationalistes de la police de Judée-Samarie, une unité spécialisée dans les enquêtes sur les crimes de haine commis par des extrémistes juifs.

« Plusieurs suspects juifs ont été arrêtés pour l’incendie de cette église et le tribunal de Nazareth a décidé de prolonger leur détention pour les besoins de l’enquête », a déclaré la porte-parole de la police, Louba Samri, dans un communiqué des arrestations durant la nuit.

Les suspects ont comparu devant le tribunal de Nazareth dimanche, selon Kol Israël. La police demande une prolongation de la détention provisoire.

L’église, considérée par les Chrétiens comme le site du miracle de Jésus, qui a multiplié deux poissons et cinq pains pour nourrir 5 000 personnes, a été incendiée le 18 juin.  

Deux personnes qui se trouvaient dans le bâtiment, un touriste de 19 ans et un employé de 79 ans, ont subi des blessures mineures causées par l’inhalation de fumée. Aucun dommage important n’a été infligé à l’église elle-même, le feu s’étant propagé principalement sur le toit. Quelques dégâts ont été causés dans une salle d’archives, des bureaux et une salle de spectacle.

Dans un couloir d’entrée de l’immeuble, des graffitis en hébreu ont été trouvés disant : « Les faux dieux seront éliminés » – une citation de la liturgie juive.

L’Eglise de la Multiplication, gérée par l’ordre catholique bénédictin, est surtout connue pour ses mosaïques du Ve siècle, dont l’un représentant deux poissons dans un panier de pains.

L’attaque de l’église a été virulemment condamnée par les des dirigeants israéliens des deux bords, le Premier ministre Benjamin Netanyahu ordonnant au Shin Bet d’appréhender rapidement les auteurs.

Père Gregory Collins, à la tête de l’Ordre de Saint Benoît en Israël, qui préside l’église, a déclaré lors d’une manifestation fin juin que « l’attaque de l’église est une attaque contre tous ceux qui croient en une civilisation d’amour et de coexistence ».

Les responsables de l’Eglise catholique ont accusé le gouvernement de ne pas faire assez pour endiguer ces crimes, et ont déclaré qu’un rapport sur l’incendie criminel avait été envoyé au Vatican, selon Haaretz.

Sous le slogan « Prix à payer », des Juifs extrémistes de droite ont mené un grand nombre d’incendies criminels et autres types d’attaques sur des sites et des biens musulmans et chrétiens en Cisjordanie et à Jérusalem et attaqué des installations de Tsahal, apparemment en représailles aux attentats palestiniens contre les Juifs et aux actions du gouvernement israélien, jugées contraires aux intérêts des habitants des implantations de Cisjordanie.

L’AFP a contribué à cet article