Le Canada et Israël ont annoncé mardi la mise à jour leur accord de libre-échange bilatéral, ce qui pourrait être un atout majeur pour les liens économiques.

En vertu des modifications, l’Accord de libre-échange Canada-Israël sera révisé et simplifié pour retirer une partie des lourdeurs bureaucratiques au passage des frontières et élargir les opportunités de marché dans le secteur de l’agriculture et de la nourriture.

La révision permettra de réduire les coûts de transaction pour les entreprises, soutenir les investissements du Canada en Israël, accroître la transparence en matière de réglementation et éliminer les droits de douane israéliens sur une large gamme de produits.

Le Premier ministre canadien Stephen Harper a salué l’accord mardi, affirmant qu’il « renforcerait les relations bilatérales [du Canada] » avec l’Etat juif, un partenaire clé.

« Israël est un marché prioritaire pour le Canada et représente un grand potentiel pour les entreprises canadiennes dans une variété de secteurs. Un accord de libre-échange élargi et modernisé mènera à une forte relation bilatérale ainsi qu’à d’une augmentation des emplois et des opportunités pour les Canadiens et les Israéliens », affirme Harper.

Le chef du Parti conservateur Stephen Harper est un allié fidèle du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et le Canada est devenu un rempart pro-Israël, soutenant avec véhémence l’Etat juif sur la scène mondiale.

Dans une manifestation de soutien pro-Israël, le ministre des Affaires étrangères, Rob Nicholson, a déclaré la semaine dernière qu’Ottawa maintiendra son embargo sur Téhéran malgré l’accord sur le nucléaire iranien.

Les échanges bilatéraux de marchandises entre les deux pays étaient d’1,6 milliard de dollars en 2014, le triple du montant lorsque l’accord de libre-échange est entré en vigueur dans son itération originale en 1997.

Netanyahu a également salué le pacte, ajoutant que le Canada est « l’un des plus proches amis d’Israël ».

« Nous sommes profondément reconnaissants pour notre coopération étendue et profonde avec le gouvernement canadien, qui a prospéré au cours des dernières années et dont l’accord de libre-échange est un exemple. Cet accord élargi et modernisé va encore dynamiser le commerce entre nos deux pays dans l’intérêt de nos deux peuples », a déclaré Netanyahu.

Le ministre des Finances canadien Joe Oliver, a fait chorus, appelant l’accord « un nouvel exemple de l’engagement inébranlable de notre gouvernement envers l’avenir de l’Etat d’Israël ».