Les Israéliens entrent peu à peu dans l’atmosphère du Jour du Souvenir, dimanche après-midi, qui commémore les 23 169 soldats tombés au combat et victimes du terrorisme, depuis la création de l’Etat d’Israël à aujourd’hui. Des cérémonies se tiendront dans tout le pays jusqu’à lundi soir, lorsque le peuple sortira brusquement du deuil avec le début des célébrations marquant le Jour de l’Indépendance.

Le premier événement officiel a débuté à 16 heures dimanche à Yad Labanim, ou le « Mémorial des Fils » à Jérusalem.

Etait présent le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dont le frère Yoni est tombé lors du sauvetage par l’armée israélienne d’otages juifs à Entebbe, en Ouganda, en juillet 1976. Ont participé également d’autres familles de disparus, les Grands Rabbins d’Israël, le président de la Knesset Yuli Edelstein, le président de la Cour suprême le juge Asher Grunis, le maire de Jérusalem Nir Barkat, et d’autres hauts responsables.

« En ce jour, la nation nous adopte et s’unit à nous, et aux héros de la nation », a déclaré Netanyahu, parlant au nom des familles des disparus. « Ils sont venus de toutes les régions du pays, de tous les segments de la société israélienne, et la vérité la plus simple et concise est la suivante : Nous ne serions pas là sans leur sacrifice. Nous ne serions pas là sans leur résolution à donner leur vie pour que nous puissions être ici. Ce droit, ce sacrifice, la capacité à risquer sa vie face aux horreurs de la guerre – tout cela n’était pas à notre portée avant la création d’Israël ».

« Personne ne doit vous rappeler comment se souvenir. Vous n’avez jamais oublié », a déclaré Yuli Edelstein dimanche aux familles endeuillées. « Yom Hazikaron est un commandement pour la nation tout entière, une nation qui se lève et incline la tête avec respect et humilité pour le dévouement et la contribution [des soldats]. »

Dans un communiqué, le chef de l’opposition, le député Isaac Herzog (Parti travailliste) affirme : « Il est important que ce soir et demain, nous nous rassemblions pour nous souvenir des soldats tombés de l’armée israélienne, que nous nous souvenions de ces héros qui ont payé de leur vie pour que Jérusalem soit de nouveau le cœur battant de la nation juive et la capitale de l’Etat ».

« Lorsque nous nous rassemblons dans les cimetières, les mémoriaux, et dans les cérémonies militaires, nous nous souvenons de ceux qui ont donné à ce pays tout ce qu’ils pouvaient donner. Les soldats tombés au combat et les victimes du terrorisme nous accompagnent dans leur absence, à chaque étape du chemin, à chaque carrefour que la vie nous envoie », a déclaré dimanche le chef d’état-major de l’armée, le lieutenant général Benny Gantz.

La cérémonie officielle du Yom Hazikaron commencera à 20 heures, dimanche, lorsque résonnera une sirène d’une minute à l’échelle nationale, au cours de laquelle les Israéliens, où qu’ils se trouvent, s’immobiliseront par respect pour les morts. La sirène sera suivie d’une cérémonie d’allumage de bougies au mur Occidental. Des veillées du souvenir auront lieu Place Rabin à Tel Aviv et à la Knesset, dimanche soir.

Lundi, une sirène de deux minutes retentira à 11 heures, marquant le début de cérémonies dans quelque 44 cimetières militaires à travers le pays. À 13 heures lundi, une commémoration séparée pour les victimes du terrorisme se tiendra au mont Herzl.