Israël a arrêté une figure majeure du Hamas plus tôt ce mois-ci alors qu’il tentait de s’infiltrer dans le pays par le passage du pont Allenby, a révélé le service de sécurité intérieure (Shin Bet) jeudi après-midi.

Mahmoud Toameh, un « acteur de haut rang à l’étranger pour le compte du Hamas », a donné à l’agence de sécurité une foule de détails sur les activités du groupe islamiste radical au cours de son interrogatoire, y compris sur les sources de financement, les activités internationales et les activités du mouvement extrémiste islamiste à l’intérieur Israël.

Toameh a été arrêté le 14 mai, selon le Shin Bet, et est formellement inculpé pour des charges qui n’ont pas encore été divulguées jeudi.

Durant son interrogatoire, Toameh a révélé que le Hamas travaille avec le Mouvement islamique (une organisation israélienne autorisée sur son sol, qui favorise l’Islam parmi les citoyens arabes d’Israël) pour empêcher les Juifs d’entrer dans l’enceinte du mont du Temple, en maintenant un groupe de jeunes hommes pour harceler et jeter des pierres sur les visiteurs juifs.

Ces hommes, qui étudient apparemment la théologie islamique sur le lieu, sont payés un salaire mensuel de 4 000 à 5 000 shekels (1 150 à
1 440 dollars) pour leurs activités, explique le Shin Bet.

Toameh déclare qu’avant cela, le Hamas avait soutenu un autre projet qui avait aussi pour but d’éviter les visites juives au mont du Temple en employant des centaines de jeunes hommes pour harceler les Juifs qui entrent dans l’enceinte.

Cette entreprise a été fermée par les autorités israéliennes en 2013, ce qui a créé la nouvelle coopération entre le Hamas et le Mouvement islamique concernant le mont du Temple, ce que le Hamas a pris soin de garder caché à Israël.

Des pierres stockées à l'intérieur de la mosquée d'Al-Aqsa, q'un employé tente de nettoyer (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP.)

Des pierres stockées à l’intérieur de la mosquée d’Al-Aqsa, q’un employé tente de nettoyer (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP.)

Toameh a également déclaré que le Hamas maintenait une connexion secrète avec le clerc Raed Salah, chef de la branche du nord du Mouvement islamique.

Salah, un citoyen israélien, a été arrêté à plusieurs reprises pour ses activités, et a été emprisonné entre 2003 et 2005 pour avoir fourni des fonds au Hamas.

Jusqu’à il y a environ un an, le Hamas a été principalement financé par l’Iran, explique Toameh au Shin Bet. La fermeture du robinet par Téhéran a provoqué des difficultés économiques pour le groupe.

Mais dans le même temps, le Hamas qui dirige plusieurs groupes civils et des entreprises à l’étranger – la plupart d’entre eux des groupes immobiliers en Arabie Saoudite et d’autres pays du Golfe – permettent de fournir des fonds.

Toameh a un siège au principal conseil économique du Hamas, et, selon le Shin Bet, a donné des détails sur la manière dont le groupe fait pour transférer des fonds à la fois à sa base de la bande de Gaza et aux partisans en Israël ou en Cisjordanie.

Plusieurs d’entre eux impliquent des organismes de bienfaisance islamiques opérant à l’étranger.

Selon Toameh, c’est à sa suggestion que le Hamas a commencé à transférer subrepticement des fonds via des transactions immobilières – par exemple, une mosquée arabe soutenud par l’Arabie saoudite, construite il y a plusieurs années dans la ville de Tulkarem en Cisjordanie, a donné lieu à un transfert de quelque 750 000 riyals (environ 200 000 dollars) à des membres du Hamas.

Selon Toameh, le « Forum des entreprises palestiniennes », apparemment une organisation qui promeut le développement économique des Territoires palestiniens grâce aux affaires, a été fondé par des membres du Hamas, qui utilisent le groupe pour promouvoir les intérêts économiques du Hamas.

Le Hamas entretient des liens étroits avec le mouvement mondial des Frères musulmans, affirme Toameh, et a noté que huit membres du Conseil dirigeant de la Choura du Hamas étaient des membres de la branche internationale des Frères musulmans.

Il a expliqué que la Turquie et le Qatar sont les principaux centres d’activité du Hamas à l’étranger, et que le Hamas y opère avec l’approbation tacite des gouvernements de ces deux pays.

En ce qui concerne la récente réconciliation entre le Hamas et la faction du Fatah du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, Toameh a déclaré que c’était le résultat d’une décision pratique du Hamas et que cela ne va pas avoir d’incidence sur l’idéologie du groupe.

Le Hamas, a-t-il indiqué, a réalisé que, pour avoir une voix au sein de la direction de l’Autorité palestinienne, et pour acquérir une plus grande influence politique au-delà de la bande de Gaza, il aurait tout intérêt à se joindre à l’OLP et à participer au gouvernement palestinien de consensus.

Selon le Shin Bet, Mahmoud Mahmoud Issa Toameh est né en 1951 à Tulkarem et a vécu en Arabie saoudite pour une brève période dans les années 1970.

Il a rejoint les Frères musulmans en 1983 et les rejoint une nouvelle fois à cause d’un des membres fondateurs du Hamas quand il s’est séparé en 1987. Il est marié et père de huit enfants.

En 2008, il a rejoint le Conseil de la Choura, l’organisme dirigé par Khaled Meshaal, qui supervise la politique, y compris la politique militaire du Hamas.