102 députés du Congrès à Trump : ne réduisez pas l’aide aux Palestiniens
Rechercher

102 députés du Congrès à Trump : ne réduisez pas l’aide aux Palestiniens

Les responsables américains affirment que la baisse du financement de l'UNRWA portera préjudice aux intérêts américains et encouragera l'extrémisme

Les Palestiniens récupèrent de l'aide alimentaire dans un centre de distribution alimentaire des Nations Unies à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 janvier 2018. (Dit Khatib/AFP)
Les Palestiniens récupèrent de l'aide alimentaire dans un centre de distribution alimentaire des Nations Unies à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 janvier 2018. (Dit Khatib/AFP)

Plus de la moitié des démocrates du Congrès demandent instamment au président américain Donald Trump de reconsidérer sa décision de réduire fortement l’aide à l’agence des Nations unies qui travaille pour les réfugiés palestiniens et leurs descendants.

Dans une lettre datée de vendredi, 102 députés ont déclaré qu’une réduction de dizaines de millions de dollars des contributions américaines à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) renforcerait le sentiment anti-israélien, porterait atteinte aux intérêts nationaux dans la région et réduirait les perspectives d’une solution à deux états.

« La poursuite du gel de cette aide portera préjudice aux intérêts américains en exacerbant les menaces qui pèsent sur les deux peuples et en réduisant la capacité des États-Unis d’aider les Israéliens et les Palestiniens à parvenir à une solution à deux états », indiquait la lettre.

Ils ont averti que « le fait d’aggraver délibérément les difficultés du peuple palestinien et de réduire la capacité de fonctionnement de son gouvernement ne ferait qu’aggraver la situation au profit de ceux qui rejettent tout accord.

« Les groupes extrémistes et anti-israéliens seraient trop impatients de combler le vide, d’approfondir leur emprise dans la région et d’étendre leur influence désastreuse sur les perspectives de règlement pacifique du conflit », ont déclaré les députés américains.

La lettre notait également qu’Israël jugeait le travail de l’UNRWA « si préjudiciable à [sa] sécurité » que des hauts responsables auraient exhorté la Maison Blanche et Trump à reconsidérer la décision.

La lettre a été lancée par les députés Peter Welch de Floride et David Price de Caroline du Nord.

Le mois dernier, l’UNRWA a été informé que les États-Unis retenaient quelque 100 millions de dollars et exigeaient un « réexamen fondamental » de l’agence en plus des changements apportés à ses programmes, qui ont été vivement critiqués par Israël.

L’UNRWA, qui aide quelque 5 millions de réfugiés palestiniens et leurs descendants, avait un budget de plus d’un milliard de dollars l’année dernière. Les États-Unis ont donné 350 millions de dollars de ce montant et sont le plus important donateur de l’agence.

En janvier, Trump a déclaré au Forum économique mondial de Davos que les Palestiniens devaient reprendre les pourparlers de paix pour recevoir l’aide américaine.

Dans la perspective des coupes budgétaires annoncées, l’UNRWA a intensifié ses efforts de collecte de fonds ailleurs, exhortant les États arabes et les donateurs européens à combler le déficit.

Cette semaine, le Koweït est intervenu pour verser 900 000 dollars et une quinzaine de pays donateurs, dont la Suède et le Japon, ont décidé d’accélérer leurs dons pour maintenir l’UNRWA à flot, a déclaré le représentant de l’UNRWA à New York, Peter Mulrean.

Mais M. Mulrean a déclaré vendredi au siège de l’ONU que l’agence était confrontée à une « crise financière existentielle » alors qu’elle cherche à combler l’écart de la réduction du financement américain.

Déploiement de policiers pendant l’inauguration du centre de santé de l’UNRWA à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 mars 2015. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Israël accuse l’UNRWA de contribuer à perpétuer le narratif palestinien de l’illégitimité d’Israël en accordant le statut de réfugié aux descendants de réfugiés, même s’ils sont nés dans d’autres pays et y ont la citoyenneté, conditions qui ne s’appliquent pas aux réfugiés pris en charge par la principale agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, qui s’occupe de tous les autres réfugiés dans le monde. La population de réfugiés palestiniens augmente donc chaque année, alors même que d’autres populations de réfugiés dans le monde diminuent au fil des générations.

L’UNRWA a été accusé à plusieurs reprises de promouvoir le sentiment anti-israélien dans les écoles, une accusation qu’il a catégoriquement rejetée.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, participera à une conférence ministérielle de donateurs pour l’UNRWA qui se tiendra le mois prochain à Genève pour combler le déficit de financement, mais il n’est pas certain que les États-Unis y assisteront.

La semaine dernière, le directeur de l’UNRWA pour la Cisjordanie, Scott Anderson, a déclaré que tous les services de l’UNRWA restaient opérationnels pour le moment, mais que la décision avait suscité l’inquiétude de nombreux Palestiniens.

« Les gens ont peur et s’inquiètent de ce que cela signifie pour eux, leurs familles et leur avenir », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...