11 arrestations après un clash entre résidents et police lors d’un mariage
Rechercher

11 arrestations après un clash entre résidents et police lors d’un mariage

Des suspects arrêtés pour avoir attaqué des officiers ; la police, accusée d'avoir interrompu un mariage et blessé un innocent, déclare avoir répondu à des coups de feu

Deux voitures de police sont incendiées dans la ville de Deir al-Aasd, dans le nord d'Israël, au cours d'un affrontement entre des habitants et des officiers, le 19 juin 2021 (Capture d'écran/Twitter).
Deux voitures de police sont incendiées dans la ville de Deir al-Aasd, dans le nord d'Israël, au cours d'un affrontement entre des habitants et des officiers, le 19 juin 2021 (Capture d'écran/Twitter).

La police a déclaré dimanche que 11 suspects ont été arrêtés lors de raids nocturnes après que des violences ont éclaté un jour plus tôt entre la police et les résidents dans la ville arabe du nord de Deir al-Asad, blessant gravement un civil et quatre policiers légèrement.

La police a déclaré dans un communiqué que les suspects étaient en garde-à-vue en raison des agressions contre les agents, et que d’autres arrestations étaient attendues.

Les affrontements ont eu lieu après que des officiers de police ont répondu à des rapports faisant état de coups de feu lors d’un mariage samedi après-midi. Les tirs de célébration sont un phénomène courant lors de certaines fêtes dans la communauté arabe.

Selon la police, des coups de feu ont été tirés lors de l’affrontement de samedi, blessant gravement un résident de 43 ans. Des témoins locaux ont affirmé que l’homme, Muhammad Amar, avait été ciblé par des tirs de la police.

Quatre policiers ont été légèrement blessés, l’un d’entre eux par une pierre lancée depuis un bâtiment, et deux voitures de police ont été incendiées au cours de l’affrontement.

Le conseil de Deir al-Asad s’est réuni samedi soir pour une discussion d’urgence suite aux événements, et a déclaré que des policiers avaient fait irruption de manière inappropriée dans un mariage.

« Des policiers ont fait irruption de manière inacceptable dans une grande fête de mariage qui se déroulait de manière digne et appropriée », a déclaré le conseil dans un communiqué, cité par la station de radio Kan.

« Suite à des tirs réels par les policiers, un résident innocent du village a été blessé; un homme pacifique qui voulait juste calmer la situation et maintenir la dignité des policiers », peut-on lire dans le communiqué. « Nous demandons aux responsables de procéder à un examen approfondi du comportement des officiers ».

Jaber Asdi, un proche d’Amar, a critiqué la conduite de la police dans une interview accordée à la Douzième chaîne. « [Amar] est un agent de voyage respecté dans toute la région; il n’y a aucun scénario où il a pu représenter une menace ou un danger pour la police », a déclaré Asdi.

« Il faut préciser que tout le monde sait qu’il n’y a pas eu de fusillade au mariage. Et la police ne peut tout simplement pas faire irruption dans les mariages – même s’il y a eu des coups de feu, la police a des méthodes pour gérer la situation », a déclaré Asdi. « Lorsqu’il y a des coups de feu, on demande au marié de venir au [poste] de police et c’est ainsi que l’incident est géré. Ils ne font pas irruption dans le mariage. »

Le ministre de la Sécurité publique, Omer Bar-lev, a qualifié les événements de « très graves », affirmant que « rien ne justifie une quelconque forme de violence comme celle observée aujourd’hui. » Il a déclaré qu’il avait demandé au chef de la police de préparer un rapport sur le déroulé des événements et de le lui présenter sous 24 heures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...