Rechercher

2,5 millions d’élèves font leur rentrée scolaire après des semaines d’incertitude

Un accord de dernière minute avec le syndicat des enseignants a éloigné le spectre d'une grève ; 2 496 000 enfants et 218 000 personnels retournent jeudi dans les classes

Les enfants israéliens avec leur cartable avant la rentrée scolaire à Jérusalem, le 31 août 2022. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Les enfants israéliens avec leur cartable avant la rentrée scolaire à Jérusalem, le 31 août 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ce sont environ 2,5 millions d’élèves qui font leur rentrée scolaire, jeudi, après des mois de conflit entre le ministère des Finances et le syndicat des enseignants, qui avait menacé de reporter le retour dans les classes après la longue pause estivale.

Un accord de dernière minute, qui a été signé cette semaine, a permis d’empêcher une grève à grande échelle des professeurs et les élèves des maternelles, des écoles élémentaires, des collèges et des lycées ont donc repris le chemin des classes le 1er septembre, à la date qui avait été initialement prévue.

Les parents, les enfants et les enseignants ont été sur la corde raide dans les semaines qui ont précédé la rentrée alors que les négociations paraissaient dans l’impasse, avec un accord de dernière minute qui a finalement été conclu mercredi soir, à la veille du retour dans les classes.

Ce sont environ 2 496 000 élèves et 218 000 personnels éducatifs qui vont commencer une nouvelle année d’apprentissages dans 5 440 écoles et
22 050 maternelles de tout le pays. 177 000 petits enfants font leur entrée au CP et 136 000 lycéens commencent leur année de terminale.

Mercredi, le ministère des Finances et le syndicat des enseignants du secondaire ont trouvé un accord qui va raccourcir la semaine scolaire en la faisant passer à cinq jours, avec également la mise en œuvre de réformes qui concernent l’examen de sciences humaines entrant dans le cadre du diplôme de fin d’études.

Dans la matinée de mercredi, un accord similaire a été trouvé entre le ministère et le syndicat israélien des enseignants qui représente les personnels éducatifs des crèches et des écoles maternelles ainsi que les instituteurs des écoles élémentaires.

Préparations pour la rentrée scolaire à l’école Nisui de Jérusalem avant la rentrée scolaire, le 31 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’accord, qui doit encore être signé, durera jusqu’à 2026. Il prévoit une augmentation de salaire pour les enseignants et les directeurs d’établissement, ainsi que des primes accordées en fonction des performances offertes par les professeurs. Il modifie aussi la répartition des jours de vacances de manière à les faire coïncider avec ceux des parents qui travaillent.

Les deux parties ont également convenu de rationaliser le processus de licenciement des professeurs et instaure une période de qualification de trois ans avant une titularisation.

Ran Erez, à la tête du syndicat des enseignants du secondaire, a indiqué que même si le groupe avait obtenu des réponses à ses demandes, « le ministère des Finances est très doué pour rendre les choses difficiles. »

« Tous les élèves de l’État d’Israël retourneront à l’école demain et commenceront la nouvelle année scolaire dans un esprit de joie et de fête, y-compris les lycéens », a commenté la ministre de l’Éducation, Yifat Shasha-Biton.

De gauche à droite : La secrétaire-générale du syndicat des enseignants Yaffa Ben David, la ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Bitton et le ministre des Finances Avigdor Lieberman lors d’une conférence de presse suite à un nouvel accord salarial conclu avec les professeurs, le 31 août 2022.(Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« Un système éducatif fort et stable avec des enseignants de qualité est dans l’intérêt de tous en ce qui concerne l’avenir de nos enfants », avait expliqué la ministre, mercredi dans la journée.

Les dernières semaines de l’année scolaire précédente avaient été perturbées par les grèves des syndicats des enseignants qui revendiquaient une augmentation de salaire pour les professeurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...