3 Palestiniens vont être inculpés pour une attaque à main armée – Shin Bet
Rechercher

3 Palestiniens vont être inculpés pour une attaque à main armée – Shin Bet

Les services de sécurité ont donné des détails sur deux affaires impliquant des armes semi-automatiques improvisées ces derniers mois

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

De gauche à droite : Salah Sabri Abd Arouri, Abdallah Taiseer Abd Arouri et Hamada Salah Abd Arouri. (Crédit : Shin Bet)
De gauche à droite : Salah Sabri Abd Arouri, Abdallah Taiseer Abd Arouri et Hamada Salah Abd Arouri. (Crédit : Shin Bet)

Les forces de sécurité ont arrêté trois Palestiniens suspectés d’avoir mené une attaque à main armée en février contre des citoyens israéliens en Cisjordanie, a révélé mardi le Shin Bet.

Les trois hommes ont été arrêtés pendant une opération conjointe du Shin Bet, de l’armée et de la police israélienne le 9 février, quatre jours après l’attaque réalisée en tirant des coups de feu depuis un véhicule sur les voitures passant près d’Iskaka, près d’Ariel, en Cisjordanie, a annoncé le Shin Bet.

Personne n’a été blessé dans l’attaque, mais une voiture avait été endommagée.

Les trois Palestiniens ont été identifiés comme Abdallah Taiseer Abd Arouri, Hamada Salah Abd Arouri et Salah Sabri Abd Arouri. Ils sont tous membres de la même famille d’Aroura, un village au nord de Ramallah, a annoncé le Shin Bet.

Abdallah et Hamada ont tous les deux 30 ans, alors que Salah a 23 ans.

Selon leurs aveux, le trio avait acheté deux armes – des armes semi-automatiques Carlo artisanales – à un vendeur d’armes en Cisjordanie et avait commencé à s’entraîner avec en préparation d’une attaque terroriste.

Les armes ont ensuite été retrouvées par le Shin Bet.

L'une des armes semi-automatiques Carlo qui aurait été utilisée pendant l'attaque en Cisjordanie, le 5 février 2016. (Crédit : Shin Bet)
L’une des armes semi-automatiques Carlo qui aurait été utilisée pendant l’attaque en Cisjordanie, le 5 février 2016. (Crédit : Shin Bet)

Pendant l’attaque, Abdallah était le chauffeur, pendant qu’Hamada et Salah tiraient avec les armes semi-automatiques, a déclaré le Shin Bet.

« L’enquête va être transférée à un procureur militaire et les inculpations seront rapidement effectuées », a annoncé le Shin Bet.

Les services de sécurité ont également donné des informations supplémentaires sur une tentative d’attaque à main armée le mois dernier.

Le 23 mars, les soldats israéliens ont repéré Imad al-Huli, 27 ans, armé d’une arme semi-automatique Carlo et d’un couteau, essayant d’entrer dans l’implantation d’El-Matan, dans la région de Samarie de Cisjordanie.

Une arme trouvée par des soldats israéliens sur un Palestinien arrêté en Cisjordanie le 23 mars 2016. (Crédit : armée israélienne)
Une arme trouvée par des soldats israéliens sur un Palestinien arrêté en Cisjordanie le 23 mars 2016. (Crédit : armée israélienne)

Pendant l’interrogatoire de Huli, il a avoué aux officiers du Shin Bet qu’il avait prévu de mener une attaque à main armée près de la route menant à l’implantation d’El-Matan, mais « a apparemment changé d’avis et a été arrêté en rentrant chez lui », a déclaré le Shin Bet dans un communiqué.

Le résident d’Azzoun s’était disputé avec ses parents pour un engagement qui avait été annulé avant de décider de mener l’attaque.

Cette affaire semble renforcer l’affirmation du Shin Bet disant que beaucoup des Palestiniens qui ont mené des attaques terroristes souffrent de difficultés personnelles et psychologiques.

L’Autorité palestinienne et les organisations terroristes, via des « incitations sauvages » à la violence, ont « influencé ces personnes qui ont des problèmes personnels », avait dit le Shin Bet le mois dernier. Et cela « les a poussés à commettre des actes de terrorisme ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...