Israël en guerre - Jour 57

Rechercher

34 personnes inculpées depuis le 7 octobre pour apologie du Hamas et du Hezbollah

Le bureau du procureur général a engagé des poursuites contre des citoyens et des résidents de Jérusalem-Est pour des messages sur les réseaux sociaux

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Une maison où quarante civils israéliens ont été pris en otage dans le kibboutz Beeri, le 11 octobre 2023 (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
Une maison où quarante civils israéliens ont été pris en otage dans le kibboutz Beeri, le 11 octobre 2023 (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

À la suite des massacres perpétrés par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël et dans le cadre de la guerre contre Gaza, le bureau de la procureure générale a inculpé 34 citoyens israéliens et résidents de Jérusalem-Est pour incitation au terrorisme et identification avec des groupes terroristes, principalement pour des messages sur les réseaux sociaux dans lesquels ils ont fait l’éloge ou soutenu l’attaque terroriste sans précédent contre Israël.

Les actes d’accusation ont été déposés contre des utilisateurs de réseaux sociaux qui ont publié des photos des terroristes du Hamas qui ont perpétré les atrocités du 7 octobre et les ont décrits comme des « héros », ont fait l’éloge des massacres de différentes manières, ont appelé les gens à participer à des confrontations avec les forces de sécurité israéliennes et ont demandé au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah d’attaquer Israël.

Le procureur Amit Aisman a demandé à ses services d’enquêter et d’inculper toute personne faisant l’éloge et soutenant des actes de terrorisme depuis que les atrocités du 7 octobre ont été perpétrées.

Les inculpations se fondent presque exclusivement sur des messages publiés sur de nombreux réseaux sociaux, tels que Facebook, Instagram et WhatsApp, dans lesquels la personne a fait l’éloge des attaques terroristes du 7 octobre, s’est identifiée au Hamas et à d’autres groupes terroristes, ou a exprimé son soutien à d’autres actes de ce type.

Dimanche, Muhammad Darwish, âgé de 30 ans et résidant à Jérusalem, a été inculpé d’identification à un groupe terroriste, d’incitation au terrorisme et d’appel direct à des attaques terroristes, pour une série de messages qu’il a envoyés au sein d’un groupe WhatsApp qu’il aide à gérer, appelé « Heart of the Incidents (Issawiya) », qui compte 287 membres.

Dans un message datant du 9 octobre, Darwish avait transmis la photo d’un terroriste du Hamas tué, vêtu d’un uniforme du groupe terroriste palestinien avec les mots « Bataillons al-Qassam » écrits sur un bandeau autour de sa tête, et a écrit dans son message transmis « Le martyr de la résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes] Saïd Hassan Elgabri, l’un des combattants spéciaux de [l’unité dite] ‘Nukhba’ [élite en arabe] (…) qui a participé à l’attaque de Nir Oz ».

Le procureur général Amit Aisman lors de la conférence annuelle de l’Association du barreau israélien, à Tel Aviv, le 4 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’unité dite « Nukhba » est un « commando » du Hamas qui a dirigé les massacres et les atrocités perpétrés le 7 octobre.

Le bureau de la procureure générale a inculpé Darwish pour « identification à une organisation terroriste » et « incitation au terrorisme » à la suite de ce message sur WhatsApp.

Dans un autre message similaire envoyé au groupe le 8 octobre, Darwish a décrit deux terroristes du Hamas morts comme « nos martyrs héroïques après avoir fait tomber le nez de l’occupant, que Dieu les accepte et les bénisse », et a également été inculpé pour ce message.

Au total, Darwish a été inculpé de 12 chefs d’accusation pour identification à un groupe terroriste, de 13 chefs d’accusation pour incitation au terrorisme et d’un chef d’accusation pour appel à commettre des actes terroristes.

Il s’agit d’infractions pénales au titre de la loi de 2016 sur la lutte contre le terrorisme, qui prévoit une peine d’emprisonnement maximale de trois ans pour l’identification à un groupe terroriste, et des peines maximales de cinq ans pour l’éloge, l’applaudissement, l’encouragement ou l’appel direct à des actes de terrorisme.

Les enquêtes sont menées par la police, qui doit d’abord obtenir l’autorisation du bureau du procureur de l’État. Ils soumettent ensuite leurs recommandations au bureau du procureur de l’État, qui prend la décision d’inculper ou non.

Muhammad ben Nasat Ououda, 23 ans, originaire de Kfar Kana dans le nord d’Israël, a été arrêté le 16 octobre et inculpé le 27 octobre pour une série de messages WhatsApp et de mises à jour de statut pour incitation au terrorisme et identification à un groupe terroriste.

Il a notamment partagé une photo dans son statut WhatsApp qui portait les mots « Aujourd’hui est le jour le plus important pour toute notre génération » en arabe le 7 octobre, ainsi que la date 7.10.23 et un emoji cœur à côté. Il a été inculpé pour ce message pour avoir fait l’éloge, salué et encouragé des actes terroristes et s’être identifié au Hamas.

Le même jour, le cousin de ben Nasat Ououda lui a envoyé un message lui demandant de supprimer la mise à jour de son statut, ce à quoi il a répondu : « Tout mon peuple est un héros et un résistant, y’a un problème ? »

Un autre homme inculpé pour des publications sur les réseaux sociaux est Saïd Mansarah, 35 ans, originaire de Daburiyya dans le nord d’Israël, qui a publié une vidéo sur son compte Instagram le 22 octobre dans laquelle un grand groupe de personnes portant des drapeaux du Hezbollah appelait en arabe « Pour l’amour de Dieu Sayyid, allons-y, attaquons, attaquons ».

« Sayyid » est un qualificatif honorifique utilisé pour parler de Hassan Nasrallah, chef du groupe terroriste du Hezbollah basé au Liban. Le Hezbollah attaque les positions de Tsahal et mène d’autres attaques dans le nord d’Israël depuis le début de la guerre d’Israël contre le Hamas.

Muhammad Ziyud, 21 ans, originaire d’Umm al-Fahm, a envoyé à un groupe WhatsApp de 550 personnes une photo portant le logo du Hamas et appelant les gens à participer à une « journée de la rage » à laquelle le Hamas avait appelé et à affronter « les forces d’occupation », en référence aux forces de sécurité israéliennes, dans le cadre du « déluge d’al-Aqsa », nom donné par le Hamas aux massacres et aux atrocités qu’il a perpétrés le 7 octobre.

Le message indiquait un point de rassemblement précis à Umm al-Fahm, et indiquait que les gens devaient s’y rassembler après les prières du matin.

Ziyud a été inculpé le 29 octobre pour incitation au terrorisme et identification à un groupe terroriste.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.