5 États américains visent Ben & Jerry’s suite au boycott des implantations
Rechercher

5 États américains visent Ben & Jerry’s suite au boycott des implantations

Les autorités de Floride, du Texas, de New York, du New Jersey et de l'Illinois examinent si cette initiative nécessite un désinvestissement de la société mère Unilever

Des passants devant la boutique Ben & Jerry's de Burlington, dans le Vermont, le 11 mars 2020. (Crédit : AP / Charles Krupa)
Des passants devant la boutique Ben & Jerry's de Burlington, dans le Vermont, le 11 mars 2020. (Crédit : AP / Charles Krupa)

Cinq États américains ont commencé à examiner si la décision de Ben & Jerry’s de cesser de vendre ses glaces dans les implantations israéliennes a enclenché les lois adoptées ces dernières années pour lutter contre le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions visant Israël.

Les autorités de Floride, du Texas, de New York, du New Jersey et de l’Illinois sont en train d’examiner si cette décision nécessite un désinvestissement de la société mère de Ben & Jerry, Unilever, en vertu des lois de leurs différents États.

Au total, 34 États exigent de leurs gouvernements qu’ils cessent de faire des affaires avec des entreprises qui boycottent Israël – et 21 d’entre eux incluent explicitement le boycott des implantations de Cisjordanie dans leur définition.

Sur ces 21 États, 12 sont tenus de retirer les entreprises qui pratiquent le boycott des fonds d’investissement des retraites des employés de l’État – une action qui, selon les experts, est bien plus dommageable que de simplement mettre fin aux contrats avec une entreprise pour ses biens et services.

Voici un aperçu des cinq États qui ont lancé des actions jusqu’à présent :

Floride

Le gouverneur Ron DeSantis, un républicain, a écrit jeudi au State Board of Administration, qui gère les fonds de retraite de l’État, pour lui demander de placer Ben & Jerry’s et Unilever sur la « liste des entreprises qui boycottent Israël en examen continu ».

L’expression « examen continu », selon la loi de Floride, signifie qu’au moins une preuve a été apportée qu’une entreprise prend une mesure qui, selon la loi de Floride, l’empêcherait de faire des affaires avec l’État. S’il s’avère que l’entreprise est effectivement en conflit avec les exigences de la Floride, elle est inscrite sur la liste des entreprises à examiner, ce qui oblige la Floride à retirer ses fonds de l’entreprise.

La loi de Floride s’applique explicitement aux entreprises qui boycottent les implantations de Cisjordanie, et elle étend son champ d’application aux fonds de retraite de l’État.

Texas

Jeudi, le contrôleur de l’État du Texas, Glenn Hegar, a annoncé qu’il avait lancé une enquête pour déterminer si Unilever répondait à la norme pour être retiré de la liste des entreprises avec lesquelles l’État fait des affaires.

« J’ai demandé à mon personnel de déterminer si une action spécifique entreprise par Ben & Jerry’s ou Unilever permettrait de déclencher une inscription sur la liste en vertu du chapitre 808 du Texas Government Code », a-t-il déclaré.

La loi du Texas inclut également les implantations de Cisjordanie dans sa définition du boycott d’Israël et applique également sa loi à la restriction des fonds de retraite de l’État.

New York

Liz Gordon, directrice exécutive de la gouvernance d’entreprise pour le fonds commun de retraite de l’État de New York, a écrit vendredi à Unilever pour dire que le contrôleur d’État Thomas DiNapoli est « troublé et préoccupé par les rapports suggérant que Ben & Jerry’s, une filiale à part entière d’Unilever, est impliquée dans des activités BDS ».

« Cette lettre sert d’avis que le Fonds a l’intention d’inclure Unilever sur notre liste de sociétés participant à des activités BDS si ces rapports sont corrects », indique la lettre.

New York n’a pas encore adopté de lois relatives à BDS, bien que certaines soient à l’étude. Cependant, en 2016, le gouverneur Andrew Cuomo a émis un décret toujours en vigueur qui interdit à l’État de faire des affaires avec des entreprises qui participent au mouvement BDS, et l’a étendu aux fonds d’investissement également. L’ordre exécutif n’indique pas explicitement si des boycotts plus ciblés des colonies sont inclus.

Illinois

La loi de l’Illinois exige que les fonds de retraite des employés de l’État se désinvestissent des entreprises qui encouragent le mouvement BDS, y compris des entreprises qui limitent leurs actions aux colonies israéliennes.

Daniel Goldwin, directeur exécutif des affaires publiques du Jewish United Fund/Jewish Federation of Metropolitan Chicago, a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que le processus d’examen par le conseil indépendant Illinois Investment Policy Board était en cours. Le conseil a écrit à Unilever, lui donnant 90 jours pour « expliquer pourquoi les actions signalées ne constituent pas une violation de la loi de l’Illinois ».

« Lors de la prochaine réunion trimestrielle, le conseil examinera la réponse de l’entreprise et/ou l’invitera à témoigner et à répondre aux questions. Ensuite, s’il est déterminé que le désinvestissement des fonds de pension de l’État est justifié, le désinvestissement effectif aura lieu en temps opportun et n’entraînera pas de perte de valeur importante », a déclaré M. Goldwin.

Le New Jersey

La loi du New Jersey exige également que les fonds de retraite des employés de l’État se désinvestissent des entreprises qui soutiennent le mouvement BDS, y compris les entreprises qui ne boycottent que les implantations israéliennes.

Vendredi, Jewish Insider a cité un fonctionnaire du bureau du trésorier de l’État, qui a déclaré que « la division des investissements est consciente de la situation et s’efforce de déterminer si des mesures doivent être prises pour assurer le respect continu de la loi anti-BDS de l’État ».

Le gouverneur Phil Murphy, un démocrate, a été « déçu » par la décision, a déclaré une porte-parole.

« Le gouverneur estime que nous devons continuer à travailler vers l’objectif commun de paix et de respect mutuel », a déclaré la porte-parole à USA Today.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...