Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

À Ramot, des manifestants refusent que Netanyahu « se détende à leurs dépens »

Après ses congés au moshav Neve Ativ, le Premier ministre s'est rendu au moshav Ramot où des centaines de manifestants anti-refonte se sont rassemblés

Des manifestants se rassemblent à l'entrée du moshav Ramot alors que le convoi du Premier ministre Benjamin Netanyahu arrive pour des vacances, le 14 août 2023. (Crédit : Capture d'écran : X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des manifestants se rassemblent à l'entrée du moshav Ramot alors que le convoi du Premier ministre Benjamin Netanyahu arrive pour des vacances, le 14 août 2023. (Crédit : Capture d'écran : X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Des centaines de manifestants opposés à la volonté de la coalition de remanier en profondeur le système judiciaire israélien ont convergé lundi vers l’entrée du moshav Ramot, près du lac de Tibériade, où le Premier ministre Benjamin Netanyahu est arrivé pour commencer ses vacances en famille.

Les manifestants anti-Netanyahu ont brandi des drapeaux israéliens et porté des tee-shirts avec des slogans pro-démocratiques, appelant à la résistance contre la refonte judiciaire, alors que le convoi du Premier ministre atteignait l’entrée du moshav.

Certains manifestants n’ont pas attendu le convoi et ont parcouru le moshav et le lac de Tibériade lundi matin, avec des pancartes qualifiant Netanyahu de « menteur ».

Les manifestations organisées contre le remaniement judiciaire sont entrées samedi dans leur 32e semaine consécutive, des dizaines de milliers d’Israéliens s’étant rassemblés à Tel Aviv et dans d’autres villes du pays pour des rassemblements et des manifestations de masse.

Les manifestations anti-refonte comprennent également des rassemblements devant les domiciles des ministres de la coalition, y compris celui du Premier ministre, des blocages d’autoroutes, des perturbations des opérations aéroportuaires et d’autres formes de désobéissance civile.

Netanyahu et son gouvernement de coalition de droite radicale ont indiqué qu’ils avaient l’intention d’adopter la partie la plus importante du paquet de reformes, à savoir la modification de la composition de la commission de sélection des juges, malgré l’opposition massive de l’opinion publique, les avertissements alarmés des chefs d’entreprise concernant les menaces désastreuses qui pèsent sur l’économie et les conflits croissants avec les chefs militaires au sujet des dommages causés au moral et à l’état de préparation de l’armée, des milliers de personnes ayant refusé de se présenter pour le service de réserve volontaire.

Le mois dernier, alors que la coalition faisait avancer la première grande mesure en la matière, plus de 10 000 réservistes qui se présentaient régulièrement au travail sur une base volontaire ont déclaré qu’ils ne le feraient plus. Les réservistes, dont beaucoup ont mis leurs menaces à exécution, ont prévenu qu’ils seraient dans l’incapacité de servir dans un Israël non-démocratique, ce que certains craignent que le pays devienne si la refonte judiciaire promue par le gouvernement se concrétise.

Le projet de loi sur la composition de la commission de sélection des juges, est peut-être la mesure la plus controversée du plan de restructuration du système judiciaire. Il suivra l’adoption, à la fin du mois dernier, de la loi du « caractère raisonnable », qui interdit le contrôle judiciaire des décisions gouvernementales et ministérielles sur la base de leur « caractère raisonnable ».

Le projet de loi actuel sur la sélection des juges, qui a été suspendu en mars mais qui est prêt à être présenté en dernières lectures à brève échéance, remanierait la commission de sélection des juges, en vertu duquel les représentants de la coalition et de la Cour suprême disposent chacun d’un droit de veto sur les candidats de l’autre pour la plus haute juridiction, ce qui nécessite un consensus sur ces nominations. La législation modifierait la composition de la commission de manière à ce que les nominations dans l’ensemble de la hiérarchie judiciaire soient placées sous le contrôle quasi-absolu du gouvernement.

Les organisateurs du rassemblement de lundi devant le lieu de villégiature de Netanyahu ont déclaré dans un communiqué que « l’accusé criminel ne se détendra pas et ne profitera pas des plaisirs de la vie à nos dépens alors qu’il détruit notre pays ».

De gauche à droite : le leader d’Otzma Yehudit, le député Itamar Ben Gvir, le chef de l’opposition et leader du Likud, Benjamin Netanyahu, et le chef de HaTzionout HaDatit, le député Bezalel Smotrich. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« Le tyran menteur, diviseur et incitateur coopère avec les ennemis messianiques de l’intérieur », ont-ils déclaré, faisant référence aux principaux partenaires de la coalition de Netanyahu, les partis d’extrême-droite Otzma Yehudit et HaTzionout HaDatit, ainsi que les partis ultra-orthodoxes le Shas et Yahadout HaTorah.

Les vacances de Netanyahu ont commencé un jour plus tard que prévu, après avoir été repoussées dimanche pour permettre au Premier ministre de tenir une série de réunions avec les hauts responsables de la sécurité. Ces réunions ont eu lieu après que Netanyahu s’est emporté contre ses principaux chefs militaires lors d’une conférence téléphonique vendredi, parce qu’ils avaient fait part de leurs inquiétudes concernant les dommages causés aux défenses du pays par les réservistes qui suspendaient leur service volontaire pour protester contre son gouvernement.

« On dirait que c’est l’armée qui dirige le pays », a déclaré Netanyahu, selon des informations non-sourcées diffusées par les Douzième et Treizième chaînes.

« Vous portez atteinte à la crédibilité de notre force de dissuasion », aurait crié Netanyahu au chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, et au chef de l’armée de l’air, Tomer Bar.

Le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, s’exprime dans une déclaration vidéo publiée par l’armée le 25 juillet 2025. (Capture d’écran)

La conférence de vendredi a eu lieu quelques heures après que l’armée a confirmé que Bar avait averti les pilotes de réserve qui protestaient de « l’aggravation des dommages causés à l’état de préparation de l’armée ».

Halevi et Bar ont tous deux refusé de revenir sur leurs propos concernant l’état de préparation de l’armée, selon les informations, et Halevi aurait dit à Netanyahu « qu’il est de notre devoir d’émettre un avertissement lorsque l’état de préparation de l’armée est en danger ».

La semaine dernière, les précédentes vacances de Netanyahu dans le moshav Neve Ativ, dans le Golan, ont également été accompagnées de protestations. La police n’a pas autorisé les manifestants à entrer dans le moshav, ce qui les a incités à former un campement de tentes à proximité.

Yaïr Netanyahu, le fils de Netanyahu, qui est largement considéré comme ayant de l’influence sur son père, a partagé lundi un message Facebook critiquant Halevi pour ne pas avoir pris de mesures contre les réservistes qui ont refusé de se présenter à leur service volontaire en raison de la refonte judiciaire de la coalition.

Yair Netanyahu, fils du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au tribunal de Tel Aviv, le 10 décembre 2018. (Crédit : Flash90)

Le message, rédigé par le journaliste de droite Erez Tadmor, affirme que Halevi « restera dans les mémoires comme le chef d’état-major qui a le plus échoué dans l’histoire de l’armée israélienne ».

Yaïr Netanyahu a ensuite supprimé le message après qu’il a été largement relayé par les médias.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, un ancien responsable de Tsahal, a publié une déclaration de soutien à Halevi, vraisemblablement en réaction à la controverse. « Vous êtes l’un des officiers les plus remarquables que j’ai rencontrés au cours de toutes mes années passées au sein de Tsahal et des forces de sécurité – un commandant courageux, honnête, sérieux, pondéré et minutieux. »

« La nation israélienne bénéficie grandement du fait qu’en ces temps complexes, le chef d’état-major Halevi dirige Tsahal. »

A LIRE : À Ramot dans le Golan, la récolte de mangues en danger avec la visite des Netanyahu

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.