« Ahlan bik! », un tube musical chanté par un premier duo israélo-émirati
Rechercher

« Ahlan bik! », un tube musical chanté par un premier duo israélo-émirati

Le duo Marziano-Aljasim veut ouvrir la voix. "C'est un moment historique", lance l'Israélien qui veut bâtir des "ponts" entre les deux pays

La normalisation entre les Emirats arabes unis et Israël a désormais son « tube » signé d’un duo de chanteurs des deux pays : « Ahlan bik », une chanson Electro-pop un brin kitsch sur clip mêlant des images de Dubaï et Tel-Aviv.

A l’heure où les relations, longtemps officieuses, entre des pays du Golfe et Israël sortent de l’ombre avec à la clé la promesse d’investissements, l’Israélien Elkana Marziano et l’Emirati Waleed Aljasim ouvrent, eux, la voie à une première collaboration artistique croisées avec leur clip « Ahlan bik », « Bienvenue à toi » ou « Salut à toi ».

Depuis sa mise en ligne, le 30 septembre, la vidéo a dépassé le million de vues.

« Avec cette chanson, on sent le nouveau Moyen-Orient », commente l’internaute Shaked Sharon, sur la page Youtube du clip de la chanson destinée à faire vibrer les baffles et les cœurs des fans du rapprochement salué en Israël, fustigé en Territoires palestiniens et reçu avec tiédeur par des populations du Golfe.

Le chanteur israélien Elkana Marziano, 28 ans, chante une chanson sur laquelle il a travaillé en collaboration avec l’artiste émirati Walid Aljasim, lors d’un entretien avec l’AFP à son domicile dans la ville centrale israélienne de Giv’at Shmuel, le 15 octobre 2020 (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

« M’entends-tu mon ami, au loin, au loin ? », fredonne l’Israélien Elkana Marziano, large sourire et lunettes de soleil, « Quand est-ce que tu viens ? ». « Je t’entends mon ami, au loin, au loin, j’entends ta prière », lui répond l’Emirati, coiffé d’une tunique opaline.

Avec son air entrainant, son clip dansant et coloré, qui rappelle les réclames des offices de tourisme, et son refrain en trois langues (arabe, hébreu et anglais) « Ahlan bik » se veut une invitation au voyage.

Le titre a en partie été composé par Doron Medalie, l’auteur du ‘Toy’ de Netta Barzilai, gagnante de l’Eurovision 2018, indique à l’AFP Elkana Marziano, chanteur israélien au répertoire « mizrahi », juif oriental.

« C’est mon manager Gilad Masami qui a eu l’idée de ce duo avec un chanteur de Dubaï après l’annonce des accord de paix », ajoute Elkana Marziano, aussi gagnant de la déclinaison israélienne de The Voice en 2014.

Les moyens de « consolider les relations » entre les deux pays ont été abordés lors d’un premier entretien téléphonique officiel cette semaine entre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, prince héritier d’Abou Dhabi.

Outre les investissements, côté sport, Diaa Sabia est devenu le premier footballeur israélien à signer pour deux ans dans un championnat du Golfe avec le Club Al-Nasr de Dubaï.

Sur le plan culturel, le duo Marziano-Aljasim veut ouvrir la voix. « C’est un moment historique », lance l’Israélien qui veut bâtir des « ponts » entre les deux pays.

En ce temps de pandémie, le tandem ne s’est d’ailleurs jamais rencontré de visu, mais s’est entretenu sur la plateforme numérique Zoom.

« L’entente a été immédiate », souligne le chanteur israélien qui parle aussi arabe. »Ils ont enregistré les paroles et tourné le clip là-bas (NDLR à Dubaï), nous avons enregistré et tourné ici et le tout a été assemblé à Tel-Aviv », précise-t-il.

Sur le portail YouTube, les commentaires affluent. Au travers des dithyrambes pro-normalisation, qui célèbrent cette collaboration transfrontalière, des voix dissonantes aussi résonnent, d’ailleurs davantage en arabe, certains dénonçant le rapprochement israélo-émirati, d’autres affichant leur soutien aux Palestiniens.

Après les salamalecs sur le Web, « un concert est prévu », assure Elkana Marziano précisant qu’aucune date n’a été fixée en raison des restrictions liées à la pandémie de Covid-19. « Je suis (déjà) très ému à l’idée qu’on chante ensemble cette chanson sur la même scène ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...