Amos Yadlin tire la sonnette d’alarme après le pacte entre l’Iran et la Chine
Rechercher

Amos Yadlin tire la sonnette d’alarme après le pacte entre l’Iran et la Chine

L'ex-commandant s'est inquiété de l'accord stratégique signé par les deux pays et visant à prendre en charge les problèmes économiques de Téhéran

Amos Yadlin (Crédit : Gideon Markowicz/Flash90)
Amos Yadlin (Crédit : Gideon Markowicz/Flash90)

Amos Yadlin, ancien dirigeant de l’administration des renseignements militaires au sein de l’armée israélienne, a exprimé lundi son inquiétude face à une clause contenue dans un important accord de coopération stratégique, portant sur 25 ans, qui a été conclu entre l’Iran et la Chine, et qui comprendrait un engagement à mettre en place une coopération militaire – par le biais d’entraînements conjoints et de partage de recherches et de renseignements.

Le responsable actuel de l’Institut d’études de sécurité nationale a déclaré au site d’information Ynet que « sur ce sujet, la Chine se place aujourd’hui dans une position jamais connue jusqu’à présent ».

« La Chine s’oppose fondamentalement à une bombe nucléaire iranienne mais, de l’autre côté, elle n’aide pas à stopper l’Iran. L’Iran a besoin du soutien politique de la Chine pour mettre un terme aux pressions exercées par les Etats-Unis sur Téhéran », a-t-il continué.

« Les Chinois comprennent bien que l’administration Biden n’est pas l’administration Trump et qu’ils peuvent être bien plus agressifs », a poursuivi Yadlin.

La Chine est le premier partenaire commercial de la République islamique et elle était l’un des acheteurs de pétrole iranien les plus importants avant que le président américain précédent, Donald Trump, ne réimpose des sanctions unilatérales importantes en 2018 après avoir retiré les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire conclu avec Téhéran.

Les propos de Yadlin ont été tenus après la signature par l’Iran et la Chine du Partenariat stratégique global, samedi, un accord stratégique flou portant sur 25 ans et visant à prendre en charge les problèmes économiques de Téhéran dans le contexte des sanctions américaines.

Le New York Times a fait savoir que la Chine investira 400 milliards de dollars en Iran en échange de pétrole dans le cadre de cet accord, qui pourrait bien saper le levier d’influence des Etats-Unis en amont des négociations qui devraient avoir lieu au sujet de l’accord sur le nucléaire et diminuer également l’influence américaine au Moyen-Orient.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...