Appel au « respect » après des menaces visant le rabbin Delphine Horvilleur
Rechercher

Appel au « respect » après des menaces visant le rabbin Delphine Horvilleur

La femme rabbin Delphine Horvilleur, figure du mouvement libéral, a été l'objet d'insultes et de menaces dans les milieux juifs

Le rabbin Delphine Horvilleur. (Crédit : autorisation de MJLF)
Le rabbin Delphine Horvilleur. (Crédit : autorisation de MJLF)

La femme rabbin Delphine Horvilleur, figure du mouvement libéral, a été l’objet d’insultes et de menaces dans les milieux juifs après une déclaration contre « l’instrumentalisation » de Jérusalem, des attaques « inadmissibles » pour le grand rabbin de France, qui a appelé vendredi au « respect ».

Fin décembre, la plus médiatique des trois femmes rabbins exerçant en France avait réagi à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël en regrettant « de voir à quel point » la Ville sainte « est instrumentalisée de toutes parts ».

Cette déclaration sur France Inter lui a valu une campagne de cyberhaine relayée par la Ligue de défense juive (LDJ). Des « insultes émises au sein même de la communauté », a regretté l’Union libérale israélite de France (Ulif-Copernic). Le Conseil des rabbins libéraux a appelé vendredi l’ensemble des responsables communautaires à condamner des « propos abjects ».

Les messages de « haine » contre Delphine Horvilleur sont « inadmissibles », a réagi le grand rabbin de France, Haïm Korsia, interrogé par l’AFP. « Mon appel est un appel au respect, qui passe par l’écoute et par l’argumentation », a ajouté le chef religieux.

Capture d’écran : Haïm Korsia sur le plateau du Grand Journal

« Notre communauté a toujours porté ce pluralisme qui est à la base même de la discussion talmudique. Les rabbins, dans le Talmud, ne sont pas d’accord entre eux, mais s’assoient à la même table pour le dire », a-t-il fait valoir.

« Ce que je suis et non pas ce que dis dérange certains », a réagi Delphine Horvilleur, évoquant dans sa revue Tenou’a « le message d’un jeune homme qui me promettait de, je cite, ‘m’envoyer des gens compétents pour m’empêcher de parler' ».

« Beaucoup de ceux qui m’ont attaquée ne l’ont pas fait sur des divergences de points de vue mais en raison de leur incapacité à accepter la question du leadership féminin dans les religions, sujet malheureusement très classique », a estimé auprès de l’AFP cette femme rabbin du Mouvement juif libéral de France (MJLF).

Delphine Horvilleur, réconfortée par des « milliers de messages » de soutien, veut croire à « une prise de conscience » sur la nécessité de ne plus « tolérer » que soient déversés « sur les réseaux sociaux, dans une impunité totale, des horreurs et des mensonges ».

Elle a décidé de créer « l’atelier Tenou’a », cercle d’étude qui réunira chaque mois des personnalités juives « dont le point commun est de considérer l’opinion de l’autre comme légitime ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...