Après avoir été snobé, G4S a répondu merci mais non merci au Labour
Rechercher

Après avoir été snobé, G4S a répondu merci mais non merci au Labour

Le parti travailliste britannique avait remercié la société en raison de son travail dans les prisons israéliennes

Une camionnette de service de G4S à Londres le 13 novembre 2006 (Crédit : Wikimedia Commons)
Une camionnette de service de G4S à Londres le 13 novembre 2006 (Crédit : Wikimedia Commons)

Une entreprise de sécurité liée à Israël a refusé une offre pour assurer la sécurité à la prochaine conférence du parti travailliste britannique après qu’elle a été renvoyée il y a deux mois pour ses liens avec l’Etat juif. Le parti travailliste a seulement demandé à travailler à nouveau avec eux parce que le parti ne pouvait pas trouver un remplaçant, selon Sky News.

Le renvoi de multinationale anglo-danoise G4S par le parti travailliste a lieu suite à un vote controversé l’an dernier des membres de son Comité exécutif national, laissant le parti sans arrangements fixes pour la sécurité de l’événement organisé le 25 septembre.

G4S a fait face à des critiques en raison de son implication dans les prisons israéliennes où les Palestiniens sont détenus.

Le député israélien Hilik Bar a écrit dans une lettre à un collègue du parti travailliste en se plaignant des articles qui suggéraient que le boycott du parti travailliste était un boycott d’Israël.

En l’absence de société de sécurité pour gérer la conférence, le Home Office et la police du Royaume-Uni pourraient interdire l’événement. Trois autres sociétés ont décliné l’offre et une autre a retiré sa candidature après avoir mené une évaluation des risques, selon The Telegraph.

Le leader travailliste Jeremy Corbyn, qui en 2009 a appelé le Hezbollah et le Hamas ses « amis », a appelé à des sanctions contre l’Etat juif pour ce qu’il considérait comme ses violations du droit international.

Depuis, il a regretté d’avoir appelé les groupes terroristes antisémites ses amis alors que les dirigeants de la communauté juive britannique critiquaient sa conduite, qui l’ont accusé d’encourager aussi bien la rhétorique antisémite avec ses politiques sur Israël et de blanchir les problèmes de discours de haine que cela crée au sein du travail.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...