Rechercher

Argentine: 3 religions unies contre un acte de vandalisme dans un cimetière juif

La communauté juive de Santa Fe a utilisé l'occasion de cette profanation pour rassembler Juifs, chrétiens et musulmans, qui, ensemble, ont effacé les dessins de croix gammées

Des bénévoles recouvrent des croix gammées dans un cimetière juif de Santa Fe en Argentine. (Capture d'écran : Facebook livestream via JTA)
Des bénévoles recouvrent des croix gammées dans un cimetière juif de Santa Fe en Argentine. (Capture d'écran : Facebook livestream via JTA)

Après la découverte de graffitis nazis dans un cimetière juif d’Argentine, la semaine dernière, la communauté juive a voulu faire davantage que seulement les effacer.

Ainsi, vendredi, la communauté juive de Santa Fe – une province qui se situe à environ 500 kilomètres au nord-ouest de Buenos Aires – a réuni les représentants des autres groupes religieux à l’occasion d’une cérémonie interconfessionnelle au cours de laquelle les croix gammées ont été effacées du cimetière. Une avait été dessinée dans le secteur consacré à la commémoration des victimes de la Shoah.

La cérémonie a accueilli des chrétiens évangéliques, des catholiques et des musulmans ainsi que les représentants de groupes locaux et elle a été retransmise en direct sur internet. Sur une vidéo, plusieurs personnes recouvrent de peinture des croix gammées peintes au ras du sol et les représentants des différents groupes commentent la situation.

« Ce sont des actes de haine qui ne peuvent pas rester impunis », s’est exclamé Horacio Roitman, représentant pour Santa Fe du groupe juif argentin DAIA, auprès du journal UNOSantafe avant le début de la cérémonie qui avait été organisée par l’Initiative Interconfessionnelle de Santa Fe. « La société a le droit de savoir très clairement ce qui s’est passé », a-t-il ajouté.

Cet acte de vandalisme survenu dans le cimetière de Santa Fe survient après une série d’incidents enregistrés dans le plus grand cimetière du pays, à Buenos Aires. Dans ces cas, aucun symbole nazi ou antisémite n’avait été découvert et les responsables juifs avaient dénoncé une absence de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...