Attentat du Musée juif de Bruxelles : un policier poursuivi à nouveau acquitté
Rechercher

Attentat du Musée juif de Bruxelles : un policier poursuivi à nouveau acquitté

L’agent de police était accusé d’avoir tardé à rédiger un rapport au sujet d’une information concernant l’arme du terroriste

Les agents de police belges montent la garde sur la Grand Place à Bruxelles le 23 mars 2016. (Crédit : AFP / Kenzo Tribouillard)
Les agents de police belges montent la garde sur la Grand Place à Bruxelles le 23 mars 2016. (Crédit : AFP / Kenzo Tribouillard)

Un agent de police belge, poursuivi pour avoir tardé à transmettre une information dans l’enquête sur l’attentat au Musée juif de Belgique en mai 2014, a été acquitté pour la seconde fois mercredi par la cour d’appel d’Anvers, a rapporté l’agence de presse Belga.

Condamné à deux mois de prison avec sursis en 2015 par le tribunal correctionnel de Bruxelles, l’homme avait finalement été acquitté en appel en 2017, avant que Cour de cassation ne casse l’acquittement.

Le policier avait reçu une information au sujet de la provenance de la kalachnikov utilisée par le terroriste, et avait été accusé d’avoir tardé à rédiger un rapport à ce sujet, comme il le lui avait été ordonné par un officier supérieur. En conséquence, la cellule antiterrorisme de la police judiciaire fédérale de Bruxelles n’avait pas reçu l’information obtenue par le policier.

Bien que l’information se soit finalement avérée inexacte (et donc inutile pour l’enquête), le parquet de Bruxelles avait quand même décidé de poursuivre le policier pour son inaction.

Le dernier procès, tenu la semaine dernière devant la cour d’appel d’Anvers, a à nouveau acquitté le policier.

Le Musée juif de Belgique, à Bruxelles. (Crédit photo : Musée juif de Belgique / Facebook)

Le 24 mai 2014, le terroriste français Mehdi Nemmouche s’était introduit au Musée juif de Bruxelles, abattant quatre personnes par armes à feu : les Israéliens Miriam et Emmanuel Riva, 53 et 54 ans, ainsi qu’un employé belge de 26 ans, Alexandre Strens, et une bénévole française de 66 ans, Dominique Sabrier.

Le tueur a été condamné à la prison à perpétuité par la cour d’assises de Bruxelles en mars 2019. Il a depuis été remis à la justice anti-terroriste française qui le soupçonne d’avoir été l’un des geôliers de journalistes séquestrés en Syrie en 2013-2014.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...