Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

Au Darfour, l’histoire se répète et avec elle les crimes contre l’humanité

Viols d'enfants par des hommes armés, exécutions sommaires de gens issus de tribus Massalit et le manque d'eau, la région de l'ouest du Soudan renoue avec son passé

Cette photo prise le 2 mai 2023 montre un entrepôt médical détruit à Nyala, la capitale de la province du Darfour-Sud, alors que les affrontements meurtriers entre les forces des généraux rivaux sont entrés dans leur troisième semaine. (Crédit : AFP)
Cette photo prise le 2 mai 2023 montre un entrepôt médical détruit à Nyala, la capitale de la province du Darfour-Sud, alors que les affrontements meurtriers entre les forces des généraux rivaux sont entrés dans leur troisième semaine. (Crédit : AFP)

« Ils ont brûlé toutes les maisons du quartier et tué mon frère devant moi » : après avoir fui le Darfour, Inaam raconte l’enfer d’une guerre qui rappelle de douloureux souvenirs dans cette vaste région de l’ouest du Soudan.

Fin avril, après dix jours de combats à Khartoum entre les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) et l’armée, les FSR alliées à des tribus arabes ont fondu sur El-Geneina, chef-lieu du Darfour-Ouest.

Inaam s’est cachée plusieurs semaines avant de fuir pour le Tchad « en faisant de grands détours entre les cadavres et les tirs pour éviter les combattants des FSR ou des tribus arabes », raconte à l’AFP, sous un pseudonyme, cette militante des droits humains.

A chaque barrage entre El-Geneina et Adré, au Tchad, « des combattants des milices arabes nous ont demandé nos noms et notre tribu », abonde Mohammed, également un pseudonyme. En fonction des réponses, « certains ont été exécutés ».

Pour lui, « c’est un vieux conflit qui se réveille : de nombreux Arabes sont des alliés des FSR et visent en particulier les Massalit », tandis que « l’armée soutient les Massalit depuis le début de la guerre ».

Les Massalit sont l’une des grandes ethnies non-arabes du Darfour, comme les Fours, qui donnent leur nom à cette région, les Zaghawa et les Bideyat. A leurs côtés vivent diverses tribus arabes, parmi lesquelles les Rizeigat du général Mohamed Hamdane Daglo, chef des paramilitaires.

Au Darfour, région vaste comme la France et où vivent un quart des Soudanais, les violences n’ont jamais vraiment cessé.

Une semaine avant le début de la guerre le 15 avril, des heurts tribaux entre éleveurs et agriculteurs pour la terre et l’eau avaient déjà fait 24 morts au Darfour-Ouest.

Le président soudanais Omar el-Béchir. (Crédit : ASHRAF SHAZLY / AFP)

En 2003, le dictateur Omar el-Béchir avait lancé ses miliciens arabes, les Janjawids, à l’assaut des ethnies non-arabes du Darfour. Le conflit avait fait 300 000 morts et près de 2,5 millions de réfugiés. L’ancien homme fort du pays est sous le coup de mandats d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), notamment pour « crimes de guerre ».

Le plus connu des Janjawids, Daglo, a lui été depuis promu général, et jusqu’à la récente guerre, il était numéro deux du général Abdel Fattah al-Burhane, après leur putsch de 2021 à Khartoum.

Sur cette photo du 17 juillet 2019, le général Mohammed Hamdan Daglo signe un document de partage du pouvoir entre le mouvement pro-démocratie du Soudan et le conseil militaire au pouvoir à Khartoum, au Soudan. (Photo AP / Mahmoud Hjaj, File)

Sa guerre contre Burhane, chef de l’armée, a déjà fait près de 3 000 morts – selon un bilan largement sous-évalué – et plus de 2,5 millions de déplacés et réfugiés.

Des quartiers entiers ont été rasés à Khartoum et la violence est pire au Darfour.

Sur cette image tirée d’une vidéo fournie le 21 avril 2023 par les forces armées soudanaises, le général Abdel-Fattah Burhane, commandant des forces armées soudanaises, s’exprime dans un lieu tenu secret. (Crédit : Forces armées soudanaises via AP)

Pour ses habitants, sans internet, électricité ou téléphone, l’histoire se répète. Pour l’ONU, les violences qu’ils subissent pourraient à nouveau constituer des « crimes contre l’humanité ».

« Snipers sur les toits »

Avec des combattants tribaux et des civils armés entrés dans les combats entre militaires et paramilitaires, « au moins 1 100 personnes ont été tuées » à El-Geneina, selon l’ONU.

Pour le sultanat des Massalit, à la tête de cette ethnie, le bilan, non corroboré jusqu’ici, serait pire : il recense du 24 avril au 12 juin « plus de 5 000 morts, au moins 8 000 blessés et un millier de maisons incendiées ».

Le sultanat dénonce « les pires crimes contre l’humanité : tueries, nettoyage ethnique, pillages » avec « des snipers sur les toits, des policiers ayant rejoint les FSR et une absence totale de l’Etat ».

Le réfugié Mohammed confirme : « seules les femmes sortaient chercher de l’eau car les snipers visent tous les hommes ».

Selon lui, « l’armée n’est pas sortie de ses garnisons depuis le début de la guerre », tout comme à Khartoum où l’infanterie est absente du centre, laissant le champ libre aux paramilitaires.

« Les FSR et les Arabes ont tué, pillé et incendié », abonde auprès de l’AFP un dignitaire tribal, sous couvert d’anonymat, en citant « les attaques incessantes sur la maison du sultan des Massalits ».

Le frère aîné du sultan, Tareq Bahreddine, a été tué à la mi-juin, comme plusieurs dignitaires tribaux ou militants en vue, souvent chez eux, rapporte le syndicat des avocats du Darfour-Ouest.

Un assassinat a fait grand bruit : celui le 14 juin du gouverneur massalit, Khamis Abdallah Abakar, qui venait d’accuser les FSR de « génocide » sur une télévision.

Khamis Abdallah Abakar (Crédit : capture d’écran YouTube)

L’armée et l’ONU ont accusé les paramilitaires, qui réfutent, arguant que le gouverneur a été victime d’un « ancien conflit tribal ».

Le général Abderrahmane Gumma Barakallah, des FSR, accuse l’armée d’avoir fourni des armes à « 1 000 Aringas et 1 500 Massalit ».

« Viols, assassinats, nettoyage ethnique »

Ibrahim Issa est enfin « sorti de l’enfer » d’El-Geneina. « Cette guerre a ravivé les souvenirs de 2003 et 2004 quand on se faisait tuer pour son appartenance ethnique », dit à l’AFP cet instituteur réfugié au Tchad.

Pour Mohammed, « ça a commencé entre l’armée et les FSR, mais maintenant on est plutôt dans la guerre civile et le génocide : il y a des communautés en particulier qui sont visées, comme lors de la précédente guerre ».

Des médecins au Tchad racontent que les centaines de blessés par balles du Darfour n’ont pas été fauchés par des balles perdues comme à Khartoum, mais bien visés.

Une réfugiée soudanaise pleure après être arrivée à Bahai, à la frontière du Tchad, après voir fui les violences politiques au Darfour, au Soudan, le 9 juillet 2004. (Crédit :AP Photo/ Karel Prinsloo, File)

Amnesty voit « d’inquiétantes similitudes avec les crimes de guerre et crimes contre l’humanité perpétrés au Darfour depuis 2003 », alors que Washington déplore un « sinistre rappel » du « génocide ».

Un autre phénomène réveille des souvenirs : les viols, dont les récits affluent.

Médecins sans frontières (MSF) rapporte l’histoire de Soadd, 15 ans, violée par « six hommes armés dans un bus », selon sa soeur Salma, 18 ans, alors qu’elles fuyaient El-Geneina.

Conseillère spéciale de l’ONU sur la prévention des génocides, Alice Nderitu craint une « nouvelle campagne de viols, d’assassinats et de nettoyage ethnique ».

Autant d’exactions qui, « en principe, constituent probablement des crimes contre l’humanité voire des crimes de guerre », estime Emma DiNapoli, avocate en droit international humanitaire.

Mais « pour certains au moins, il est prématuré de les décrire ainsi parce que le lien avec la guerre n’est pas apparent, notamment les destructions de biens et de maisons », dit-elle à l’AFP.

« Rassembler des preuves »

En vue d’éventuels procès, « les militants doivent rassembler des preuves : il faut des descriptions détaillées de témoins et des preuves sur le commandement ou les auteurs ».

La Cour pénale internationale (CPI) enquête déjà sur les crimes commis au Darfour à partir du début des années 2000 « sans aucune date de fin », explique Me DiNapoli.

Et si elle n’examine pas les événements récents, il reste la « compétence universelle » en vertu de laquelle l’Allemagne par exemple a jugé des auteurs de crimes commis en Syrie.

Encore faut-il que des responsables soudanais se trouvent en Allemagne ou dans un certain nombre d’autres pays pour y être arrêtés, voire jugés.

Khartoum n’a jamais remis à la CPI les accusés de la guerre de 2003. Certains se sont même évadés de prison en avril. Et un tribunal ne se saisit généralement pas d’une guerre en cours. Or les deux camps ont de quoi réapprovisionner leurs arsenaux.

L’armée a ses usines de munitions et les FSR s’emparent régulièrement de garnisons, notamment une récemment sur la frontière avec la Centrafrique. Un voisin-clé pour les FSR car leur grand allié russe Wagner y opère grâce aux mines d’or soudanais des paramilitaires.

Plusieurs milliers de Darfouris ont fui en Centrafrique et près de 160 000 autres au Tchad.

Des évacués du Soudan attendent à l’aéroport international de Bagdad le 18 juin 2023. Parmi les 165 évacués figurent « des dizaines de ressortissants syriens et soudanais », a indiqué le ministère irakien des Affaires étrangères. (Crédit : Murtaja LATEEF / AFP)

Outres les combats, les hôpitaux et écoles bombardées, un autre fléau guette : à El-Geneina, « il n’y a plus qu’une seule source d’eau accessible », selon l’ONU. Pour un demi-million d’habitants.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.