Avant la marche de Gaza, Israël dit à l’ONU : « Nous nous défendrons nous-mêmes »
Rechercher

Avant la marche de Gaza, Israël dit à l’ONU : « Nous nous défendrons nous-mêmes »

L'ambassadeur d'Israël auprès des Nations Unies Danny Danon a écrit au Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres concernant la prochaine "Marche du retour" palestinienne

L'ambassadeur d'Israël auprès des Nations unies, Danny Danon s'adressant à l'Assemblée générale. (Crédit : Photo de l'ONU / Manuel Elias)
L'ambassadeur d'Israël auprès des Nations unies, Danny Danon s'adressant à l'Assemblée générale. (Crédit : Photo de l'ONU / Manuel Elias)

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations Unies Danny Danon a envoyé une lettre au Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres concernant la prochaine « Marche du retour » palestinienne de masse à la frontière Gaza-Israël.

« Nous nous défendrons face à cette campagne violente », a écrit Danon, selon Hadashot.

En prévision des troubles prévus vendredi à la frontière de Gaza, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu au téléphone avec les dirigeants des services de sécurité israéliens, notamment le ministre de la Défense Avigdor Liberman, le chef d’état-major de Tsahal Gadi Eizenkot, et les chefs du Shin Bet et du Conseil de sécurité nationale.

Le chef d’état-major de Tsahal a déclaré mercredi que plus de 100 tireurs d’élite seront stationnés à la frontière et seront autorisés à ouvrir le feu s’il est établi que des vies israéliennes sont en danger.

Les diplomates israéliens se préparent aux affrontements à Gaza, selon un responsable du Hamas

Le ministère israélien des Affaires étrangères se met sur Twitter en prévision des critiques internationales sur les affrontements entre les troupes israéliennes et les manifestants palestiniens à la frontière de Gaza.

Des Palestiniens aident à évacuer un manifestant blessé lors d’affrontements avec les troupes israéliennes, près de Khan Younès, près de la barrière frontalière entre Israël et le sud de la bande de Gaza, le 9 mars 2018. (AFP PHOTO / DIT KHATIB)

« Alors que la campagne est présentée au monde entier comme une entreprise pacifique, il ne fait aucun doute que ce dernier stratagème du Hamas vise à déclencher une confrontation violente avec Israël », déclare le ministère des Affaires étrangères en référence aux protestations prévues demain.

« En conséquence, Israël se trouve à la veille de Pessahe en train de se préparer à toute une série de scénarios, y compris une charge violente et délibérée sur sa frontière », dit-il. « Et tandis qu’Israël espère et vise à éviter la violence, il prendra toutes les mesures nécessaires pour empêcher toute violation de sa souveraineté ou toute menace pour ses citoyens.

« Israël, bien sûr, est fondé à défendre ses frontières, de protéger ses citoyens et d’empêcher l’infiltration illégale sur son territoire souverain. La responsabilité des affrontements qui pourraient survenir n’incombera donc qu’au Hamas et aux autres organisations palestiniennes qui ont fabriqué toute cette campagne », a ajouté le ministère.

La « Marche du retour » doit commencer vendredi avec la « Journée de la terre », qui marque l’expropriation par le gouvernement israélien de terres appartenant à des Arabes en Galilée le 30 mars 1976, et les manifestations qui ont suivi, au cours desquelles six Arabes israéliens ont été tués. C’est aussi, par coïncidence, la veille de la semaine de la Pâque juive.

Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...