Rechercher

Avant l’hiver, Israël se prépare à une vague combinée de grippe et de COVID-19

Sharon Alroy-Preis recommande de se faire vacciner contre les deux virus, les deux injections pouvant par ailleurs être administrées en même temps

Un vieil Israélien reçoit une dose du vaccin COVID-19, dans un centre de vaccination peu après l'introduction de la  quatrième dose. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un vieil Israélien reçoit une dose du vaccin COVID-19, dans un centre de vaccination peu après l'introduction de la quatrième dose. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les responsables israéliens de la santé tirent le signal d’alarme et prédisent un hiver potentiellement dangereux avec des vagues combinées de COVID-19 et de grippe.

Sharon Alroy-Preis, directrice des services de santé publique au sein du ministère de la Santé, a expliqué jeudi que la meilleure arme restait la vaccination contre les deux virus.

« Il y a des prévisions qui affirment qu’il y aura une vague de COVID-19 au mois d’octobre et au mois de novembre en Israël », a-t-elle déclaré au micro de la radio militaire. « La combinaison de la COVID et de la grippe peut s’avérer être problématique. Et nous nous préparons pour cela en termes de vaccins, deux vaccins qui peuvent d’ailleurs être administrés ensemble. »

Elle a ajouté que les vaccins contre la grippe pour cette année devraient arriver au cours du mois de septembre.

Un responsable de la santé israélien, qui n’a pas été identifié, a dit à la chaîne publique Kan, jeudi, qu’Israël examinait la possibilité d’acheter des vaccins contre le coronavirus conçus spécifiquement pour cibler les nouveaux variants. Il a ajouté que l’administration simultanée des injections contre la COVID et contre la grippe pourrait seulement concerner les Israéliens à haut-risque et, plus largement, les Israéliens de 60 ans et plus.

Alors que la campagne de vaccination contre la COVID a ralenti de façon spectaculaire en Israël, des centaines de personnes continuent à venir quotidiennement se faire administrer l’injection. Mardi, 186 Israéliens ont reçu une quatrième dose de vaccin ; 83 ont reçu une troisième dose, 84 la deuxième et 81 la première. Fin juillet, ce chiffre était plus proche des 750 vaccinations par jour.

La directrice de la Santé publique au sein du ministère de la Santé, Sharon Alroy-Preis, pendant une réunion de la Commission de la santé à Jérusalem, le 7 février 2022. (Crédit : Noam Moskowitz/Knesset)

En tout, ce sont plus de 72 % des Israéliens qui ont bénéficié d’au moins une dose de vaccin contre le coronavirus. 66 % ont reçu une deuxième dose, 48 % trois doses et une quatrième dose n’a été administrée qu’à seulement 9 % de la population.

Alroy-Preis a précisé que les responsables de la santé surveillaient en permanence la situation dans le monde entier et en particulier dans les parties du monde où l’hiver s’est déjà installé.

« L’un des outils que nous avons pour préparer la saison hivernale, c’est l’observation de l’autre moitié du globe – et ce que nous constatons là-bas n’est pas rassurant », a-t-elle expliqué, notant une importante vague de grippe et de COVID-19 en Australie qui a entraîné un taux élevé d’hospitalisations.

Alroy-Preis a indiqué que les taux de COVID étaient actuellement bas en Israël.

« Cela fait déjà un moment que nous disons que la COVID est là et que nous devons vivre avec des hauts et des bas en matière d’infection et des ajustements des règles en fonction de la situation », a-t-elle commenté.

Il y avait 18 335 cas confirmés de coronavirus jeudi matin en Israël. 583 personnes sont actuellement hospitalisées et 199 d’entre elles se trouveraient dans un état grave. La semaine dernière, 18 personnes atteintes par la COVID ont succombé à la maladie, ce qui amène le bilan des décès des suites du coronavirus depuis l’apparition de la pandémie dans le pays à 11 524 personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...