Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Ben Gvir : Les Juifs sont soumis à un ‘apartheid’ à Kiryat Arba, en Cisjordanie

Défendant ses propos sur les droits des Juifs en Cisjordanie, le leader d'extrême-droite a expliqué que ces derniers ne pouvaient pas accéder à 97 % du territoire

Le ministre de la Sécurité nationale  Itamar Ben Gvir, au centre, habillé en costume combinant des éléments des différentes forces placées sous son commandement, lors de la fête juive de Pourim à Hébron, en Cisjordanie, le 7 mars 2023. (Crédit : AP/Ohad Zwigenberg)
Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, au centre, habillé en costume combinant des éléments des différentes forces placées sous son commandement, lors de la fête juive de Pourim à Hébron, en Cisjordanie, le 7 mars 2023. (Crédit : AP/Ohad Zwigenberg)

Le ministre de la Sécurité nationale d’extrême-droite Itamar Ben Gvir a affirmé qu’il y avait un « apartheid » anti-juif à Kiryat Arba, l’implantation de Cisjordanie adjacente à Hébron, une ville du sud du territoire, ajoutant que « les Juifs n’ont pas le droit d’entrer sur 97 % du territoire ».

« Les Arabes peuvent aller partout, comme ils le veulent », a déclaré Ben Gvir, qui vit à Kiryat Arba, lors d’un chat en direct sur Instagram qui a eu lieu dans la soirée de lundi.

Ce qui est faux : les Palestiniens ne peuvent pas entrer à Kiryat Arba ou dans l’enclave juive qui se trouve à Hébron sans permission. La présence juive dans un quartier de Hébron est protégée par les forces de sécurité israéliennes et l’accès des Palestiniens aux rues environnantes est lourdement restreint. Il leur est aussi interdit d’aller rue Al-Shuhada, pourtant en territoire palestinien, parce qu’elle mène au Tombeau des Patriarches, Israël faisant état de problèmes sécuritaires. Cette rue, dans le passé, accueillait un marché prospère.

Comme c’est le cas avec d’autres secteurs de la Cisjordanie qui sont placés sous le plein contrôle civil et militaire de l’Autorité palestinienne – ces secteurs constituent 18 % du territoire – il est interdit aux citoyens israéliens de rentrer dans la zone H1 (qui représente 80 % de Hébron), même si nombreux sont ceux qui bravent cette interdiction en raison des prix qui sont moins chers de l’autre côté de la Ligne verte.

Ben Gvir a fait ces affirmations alors qu’il défendait des propos tenus la semaine dernière qui avaient entraîné une vive polémique. Il avait ainsi déclaré que le droit, pour les Juifs, de se déplacer et de vivre en sécurité en Cisjordanie était plus important que la liberté de mouvement des Arabes, des paroles qui avaient été dénoncées avec force.

Parmi ses critiques – des « hypocrites », avait estimé Ben Gvir – la top model Bella Hadid, qui avait partagé une vidéo de ses propos à ses presque 60 millions d’abonnés sur Instagram avec la légende : « Dans aucun lieu, à aucun moment, et encore moins en 2023, une vie ne devrait avoir plus de valeur qu’une autre, pour le simple motif de l’appartenance ethnique, de la culture ou de la haine pure et simple ».

Elle avait aussi publié une vidéo du groupe de défense des droits de l’Homme B’Tselem montrant des soldats, à Hébron, en train de dire à un résident que les Palestiniens n’étaient pas autorisés à emprunter une rue spécifique dans la mesure où elle était réservée aux Juifs. « Est-ce que ça rappelle quelque chose à quelqu’un ? », avait-elle écrit.

Hadid, qui est née aux États-Unis d’un père palestinien, ainsi que sa sœur Gigi, toutes deux célèbres top-modèles et influenceuses sur Instagram, sont connues pour être largement critiques à l’égard d’Israël.

Photo composite montrant le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir (G) à la Knesset le 14 juin 2023 et le mannequin américain Bella Hadid présentant une création pour Givenchy lors du défilé de mode printemps-été 2023 dans le cadre de la Semaine de la mode féminine à Paris, à Paris, le 2 octobre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90 & Julien De Rosa/AFP)

« Vous avez pris un extrait d’une interview et que vous l’avez distribué au monde entier afin de me faire passer pour un raciste et un inculte », avait rétorqué Ben Gvir à Hadid. Il a invité la célèbre mannequin à Kiryat Arba.

Pourtant, Ben Gvir a affirmé pendant le chat en direct sur Instagram, lundi, qu’il ne savait pas qui était Bella Hadid lorsqu’il a décidé de répondre à ses publications.

« Je pensais que c’était une septuagénaire ou une nonagénaire qui écrivait toutes sortes de choses dans la section des commentaires mais il s’est finalement avéré qu’elle est mannequin », a-t-il déclaré. « Ce qui ne change rien au fait qu’elle hait Israël et qu’elle ne connaît pas la réalité – ou peut-être la connaît-elle et leurre-t-elle tout le monde ».

Les propos tenus par Ben Gvir avaient aussi été condamnés par l’administration Biden et par les groupes juifs américains, le département d’État l’interpellant directement, ce qui est rare. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu était ensuite allé à l’encontre des paroles de son ministre, disant qu’Israël faisait tout son possible pour permettre une liberté de déplacement optimale pour les populations israélienne et palestinienne en Cisjordanie.

Le chef du Likud, le député Benjamin Netanyahu, et le chef du parti Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, lors d’un vote dans la salle de réunion de la Knesset, le 28 décembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Vendredi, un haut-responsable de la diplomatie a confié au site d’information Ynet que les propos de Ben Gvir étaient « une méga-attaque contre la diplomatie publique israélienne, une attaque qui révèle le vrai visage du gouvernement ».

« Les dégâts sont immenses », a continué cette source qui n’a pas été identifiée, et qui a ajouté que les paroles de Ben Gvir avaient donné aux ennemis d’Israël « une preuve en or » permettant de soutenir leurs affirmations d’apartheid et de racisme de l’État juif.

Ils ont également noté que ni le Premier ministre Benjamin Netanyahu ni aucun autre ministre influent de la coalition n’avait publiquement réfuté les déclarations de Ben Gvir, ce qui rend l’idée que ces propos ne reflètent pas une politique gouvernementale officielle difficilement soutenable.

Ben Gvir fait depuis longtemps l’objet d’accusations de racisme en raison de ses nombreuses déclarations incendiaires contre les Arabes et les Palestiniens et de son identification en tant que disciple de Kahane.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.