Rechercher

Bennett au Sommet des médias chrétiens: « Le terrorisme iranien balaie la région »

Benjamin Netanyahu a lui affirmé que les Palestiniens ne voulaient pas de la paix avec Israël et qu'ils avaient "perdu leur droit de veto"

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Naftali Bennett s'adresse au cinquième sommet annuel des médias chrétiens à Jérusalem, le 11 novembre 2021. (YouTube/Capture d'écran)
Le Premier ministre Naftali Bennett s'adresse au cinquième sommet annuel des médias chrétiens à Jérusalem, le 11 novembre 2021. (YouTube/Capture d'écran)

Jeudi, dans un message diffusé lors du 5e sommet annuel des médias chrétiens organisé à Jérusalem, le Premier ministre Naftali Bennett s’est concentré sur l’Iran, affirmant notamment que Téhéran était l’instigateur de la terreur qui menaçait Israël et d’autres pays.

« Alors que le monde combat cet ennemi invisible », a-t-il dit en faisant référence au COVID-19, « en Israël, nous combattons également un ennemi très visible – l’islam militant radical qui balaie le Moyen-Orient ».

« La terreur qui nait à Téhéran cherche à détruire Israël, à dominer le monde et à le pousser dans un abîme sombre », a-t-il poursuivi.

Naftali Bennett s’est aussi réjoui des développements positifs pour Israël, affirmant qu’il était « face à une nouvelle aube » après avoir forgé des liens avec les Émirats arabes unis et Bahreïn l’année dernière.

« Cette conférence commémore la signature des accords d’Abraham, qui ont grandement contribué à la stabilité régionale, à la prospérité et à la paix entre Israël et ses voisins », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’Israël était le seul endroit au Moyen-Orient « où la communauté chrétienne se développe, s’épanouit et prospère ».

« Aujourd’hui, plus que jamais, les chrétiens sont unis avec Israël. Et aujourd’hui, plus que jamais, Israël est uni avec les chrétiens », a-t-il dit.

Selon le service de presse du gouvernement hôte, plus de 150 responsables de l’information et leaders d’opinion des médias chrétiens ont assisté à la rencontre virtuelle de cette année, qui, selon lui, « vise à mieux comprendre et à renforcer l’amitié entre les chrétiens » et Israël.

L’ancien Premier ministre et leader de l’opposition Benjamin Netanyahu a également pris la parole.

Lors de son discours, il a fait l’éloge des accords d’Abraham négociés alors qu’il était Premier ministre.

Il a dépeint les accords de paix comme une défaite du rejet palestinien, assurant que c’était la « première fois qu’Israël fait la paix pour la paix ».

Benjamin Netanyahu a qualifié ce concept de « nouveau » et de « voie de l’avenir ».

L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime lors du 5e sommet annuel des médias chrétiens, le 11 novembre 2021. (Capture d’écran)

« Nous avons supprimé le veto palestinien », a déclaré Benjamin Netanyahu avant d’affirmer que « les Palestiniens ne veulent pas la paix avec Israël. Les Palestiniens ne veulent pas d’un État à côté d’Israël. Ils veulent un État à la place d’Israël ».

Benjamin Netanyahu a ajouté que les pays arabes se rapprochaient d’Israël par crainte de la puissance nucléaire iranienne d’un régime qui « veut dominer et conquérir toutes les terres arabes et retourner tout le monde contre les forces de modération et l’avenir ».

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a lui évoqué « le rôle important que jouent les médias chrétiens pour relier les chrétiens du monde entier à Israël, et pour renforcer l’amitié entre chrétiens et Juifs dans le monde entier ».

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid prend la parole lors d’une réunion de la faction Yesh Adit à la Knesset, le 8 novembre 2021. (Crédit : Oliiver Fitoussi/Flash90)

Il a déclaré que les sionistes chrétiens pourraient contribuer à élargir le « cercle de la paix » et soutenir les accords d’Abraham.

« Israël entre maintenant dans une nouvelle ère. Une ère de paix, d’amitié et de coexistence. Une ère fondée sur l’idée que ce qui nous unit est plus grand que ce qui nous divise. Une ère de paix entre les pays et entre les peuples », a déclaré Yair Lapid.

Le sommet comprenait une session avec des journalistes arabes des pays signataires des accords d’Abraham, un exposé sur le sionisme chrétien noir, et des messages de rabbins et d’auteurs connus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...