Rechercher

Bennett : le régime iranien ne bénéficiera plus d’aucune immunité

"Quiconque finance des terroristes, arme des terroristes, envoie des terroristes, en paiera le prix fort ", a déclaré le Premier ministre

Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet sur le campus de l'Université hébraïque de Givat Ram, le jour de la fête de Jérusalem, le 29 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet sur le campus de l'Université hébraïque de Givat Ram, le jour de la fête de Jérusalem, le 29 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a averti l’Iran dimanche que son « immunité » de parrain de la terreur est terminée, une semaine après qu’un colonel iranien a été assassiné et un ingénieur iranien tué dans un complexe militaire – deux actions qui auraient été attribuées à Israël.

« Pendant des années, le régime iranien a employé la terreur contre Israël et la région par l’intermédiaire de ses émissaires, mais la tête de la pieuvre, l’Iran lui-même, a bénéficié d’une sorte d’immunité », a déclaré Bennett à l’ouverture d’une réunion spéciale du cabinet pour marquer Yom Yeroushalayim, qui célèbre la réunification de la ville pendant la guerre des Six Jours de 1967.

« Comme nous l’avons dit plus d’une fois, la période d’immunité du régime iranien est terminée », a-t-il ajouté, dans ce que certains ont pris pour une allusion à l’implication d’Israël dans les récentes tueries. « Quiconque finance des terroristes, quiconque arme des terroristes, quiconque envoie des terroristes, en paiera le prix fort. »

Mercredi, une explosion dans le complexe militaire iranien de Parchin a tué un ingénieur. Le New York Times a rapporté vendredi que l’attaque avait été perpétrée par des drones suicidaires équipés de quadrirotors, une attaque qui s’inscrit dans la lignée de précédentes frappes attribuées à Israël.

L’attaque présumée de drones est intervenue après que des hommes armés ont tué, le 22 mai, un officier du Corps des Gardiens de la Révolution islamique d’Iran en plein Téhéran.

Israël a déclaré aux autorités américaines qu’il était à l’origine de cet assassinat et qu’il avait tué le colonel Hassan Sayyad Khodaï dans le but de mettre en garde Téhéran contre la poursuite des activités d’une unité secrète qu’il aurait contribué à diriger, a déclaré un responsable des services de renseignement au Times. Les responsables israéliens n’ont pas confirmé cette information et ont publiquement critiqué les États-Unis à propos de cette fuite.

Des personnes en deuil se rassemblent autour d’un camion transportant le cercueil drapé du drapeau du colonel Hassan Sayyad Khodaï  des Gardiens de la révolution iraniens, tué dimanche, lors de la cérémonie funéraire à Téhéran, en Iran, mardi 24 mai 2022. (Crédit : AP/Vahid Salemi)

Dans ses commentaires de dimanche, Bennett a fait référence aux manifestations anti-régime du week-end dernier en Iran, qui ont été violemment dispersées par la police, affirmant que le gouvernement iranien « choisit la tyrannie, la terreur et le mensonge. » Il a ajouté – notant les pénuries de produits de base tels que l’eau et le pain dans certaines régions d’Iran – que l’Iran « investit dans la terreur », y compris dans une base souterraine de drones que l’Iran a récemment montrée.

« L’Iran investit également dans le mensonge, notamment en trompant systématiquement l’AIEA afin d’échapper à la surveillance de l’organisation », a poursuivi Bennett, faisant référence à un rapport publié la semaine dernière selon lequel l’Iran aurait espionné l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et obtenu des documents classifiés que l’agence de surveillance des Nations unies possédait sur le programme nucléaire iranien.

Khodaï a été abattu dimanche dernier devant son domicile par des assaillants à moto, dans un meurtre que l’Iran impute à des « éléments liés à l’arrogance mondiale », terme utilisé pour désigner les États-Unis et leurs alliés, dont Israël. Il aurait été impliqué dans des assassinats et des enlèvements en dehors de l’Iran, y compris des tentatives visant des Israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...