Bnei Brak : Une policière filmée en train de frapper un Haredi à la tête
Rechercher

Bnei Brak : Une policière filmée en train de frapper un Haredi à la tête

La police enquête sur la conduite "inappropriée" de la policière lors d’affrontements avec des manifestants ultra-orthodoxes qui protestaient contre l’arrestation d’un étudiant

Des affrontements entre la police et des Juifs ultra-orthodoxes qui protestent contre l'arrestation d'un étudiant, dans la ville centrale de Bnei Brak, le 27 décembre 2020. (Crédit : Noam Revkin Fenton / Flash90)
Des affrontements entre la police et des Juifs ultra-orthodoxes qui protestent contre l'arrestation d'un étudiant, dans la ville centrale de Bnei Brak, le 27 décembre 2020. (Crédit : Noam Revkin Fenton / Flash90)

La police a rapporté qu’elle examinait une vidéo d’une policière frappant un homme ultra-orthodoxe à la tête lors de son arrestation durant une manifestation dimanche à Bnei Brak.

Dans la courte séquence, on peut voir l’homme aux prises avec des agents alors qu’il est assis par terre, avant que l’officière ne le frappe plusieurs fois à la tête.

La police a déclaré que la conduite de l’officière était « inappropriée », selon le quotidien Haaretz.

« L’incident fera l’objet d’une enquête et sera renvoyé aux autorités compétentes », a déclaré la police. « Cela ne diminue en rien la gravité de la violence à laquelle les officiers ont été tenus de faire face. »

Dimanche, des centaines de membres de l’extrémiste « Faction de Jérusalem » ont bloqué la route 4 pour protester contre l’arrestation d’un étudiant de yeshiva parce qu’il ne s’est pas rendu dans un bureau de conscription pour organiser le report de son service obligatoire.

La police a arrêté 13 manifestants qui avaient bloqué l’autoroute et lancé des pierres sur des policiers, dont l’un a été blessé au visage.

Certains des manifestants ont qualifié les agents de « nazis », selon le site d’information Ynet.

La police a utilisé un canon à eau pour disperser les manifestants.

Dans une autre vidéo de la manifestation, trois femmes (non policières) peuvent être vues donnant des coups de pied à un homme ultra-orthodoxe qui bloquait leur voiture devant des policiers, qui leur ont demandé de remonter dans le véhicule.

Dimanche, la Treizième chaîne a interviewé un manifestant frappé par un agent lors d’une manifestation à Jérusalem organisée samedi soir en réponse à la mort d’un jeune résident d’implantation dans un accident de voiture en Cisjordanie alors qu’il fuyait la police.

« Il m’a donné des coups meurtriers, et je ne sais pas pourquoi. Il semble que c’est ce pourquoi ils ont envoyé [les officiers], pour tabasser les gens », a déclaré Noam Binyamin. « Il m’a donné un coup de pied qui m’a projeté en l’air. »

Binyamin, qui a affirmé ne pas avoir provoqué l’officier, a déclaré qu’il déposerait plainte à la police et entamerait une poursuite au civil.

« Les gens comme ça ne peuvent pas être dans la police », a-t-il dit.

La police a arrêté 21 personnes lors de la manifestation de samedi devant le siège de la police nationale à Jérusalem, au cours de laquelle des manifestants ont bloqué des rues et les voies du tramway. La police a déclaré que les manifestants avaient également lancé des pierres sur des policiers, dont 11 ont été blessés.

La police a déclaré que des pierres avaient également été lancées sur une voiture, dont les passagers ont été identifiés par le quotidien Haaretz comme étant Arabes, ainsi que sur des passants. Le quartier général de la police est situé à Jérusalem-Est, près de plusieurs quartiers palestiniens.

Des manifestations ont lieu tous les soirs à Jérusalem et ailleurs depuis la mort la semaine dernière d’Ahuvia Sandak, 16 ans, dans le centre de la Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...