Brésil/Éloge du nazisme : une gouverneure peine à convaincre la communauté juive
Rechercher

Brésil/Éloge du nazisme : une gouverneure peine à convaincre la communauté juive

Daniela Reinehr se dit "contre le nazisme" comme tous les autres régimes répressifs ; un groupe juif l'appelle à dénoncer "sans équivoque" le négationnisme

Daniela Reinehr lors d'une conférence de presse dans l'état de Santa Catarina au Brésil, le 27 octobre 2020. (Crédit : Mauricio Vieira/Secom via JTA)
Daniela Reinehr lors d'une conférence de presse dans l'état de Santa Catarina au Brésil, le 27 octobre 2020. (Crédit : Mauricio Vieira/Secom via JTA)

RIO DE JANEIRO (JTA) — La nouvelle gouverneure d’un État brésilien s’est trouvée dans l’obligation de condamner son père, qui avait fait l’éloge de Hitler et d’autres nazis, mais les groupes juifs ont estimé qu’elle ne s’était pas assez fermement exprimée.

Lors d’une conférence de presse qui a eu lieu mardi dernier, Daniela Reinehr, nouvelle gouverneure de l’État de Santa Catarina, dans le sud du Brésil, a été interrogée au sujet de son père Altair, qui avait écrit des textes relativisant les atrocités nazies durant la Seconde Guerre mondiale et qui avait déploré un jour qu’il ne soit « même pas permis de rappeler ce que Hitler a pu faire de positif » – une légende accompagnant une photographie de lui, le montrant devant la maison de naissance d’Hitler en Autriche.

« Votre père, en tant que professeur d’histoire, s’était laissé aller devant ses classes au négationnisme de la Shoah, notamment en publiant des livres qui ont été condamnés en raison des mensonges sur la Seconde Guerre mondiale qu’ils contenaient », lui a rappelé le journaliste Fabio Bispo d’Intercept Brésil. « Nous voulons savoir si vous-même soutenez ces idées néo-nazies et négationnistes sur la Shoah ».

« On ne peut pas me juger sur les pensées de quelqu’un d’autre. Je respecte les droits et les libertés individuelles et je rejette tout régime allant à l’encontre de mes convictions », a répondu l’intéressée.

« Je suis contre le nazisme, tout comme je suis contre tout régime, tout système, tout comportement ou positionnement allant à l’encontre des droits individuels, des garanties de sécurité ou de la vie des citoyens. Je suis une amie d’Israël et des Juifs », a-t-elle ajouté.

La Confédération israélite brésilienne, organisation-cadre de la communauté juive au Brésil, et l’Association israélite de Santa Catarina locale ont publié un communiqué conjoint jeudi, réagissant à ces propos.

« La gouverneure doit exprimer sa répugnance véhémente face au négationnisme de cette tragédie qu’a été la Shoah. Il est important qu’elle montre sans équivoque son rejet des idées qui ont entraîné l’extermination de six millions de Juifs innocents », a souligné le communiqué.

L’État brésilien de Santa Catarina accueille de nombreux immigrants allemands et leurs descendants. Il a été le théâtre d’incidents néo-nazis.

Le mois dernier, un résident de la région qui avait installé une mosaïque représentant une croix gammée au fond de sa piscine a été renvoyé de son parti après avoir tenté de se porter candidat lors d’une élection locale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...