Chef du Hamas depuis le Liban : Gaza peut « bombarder Tel-Aviv et au-delà »
Rechercher

Chef du Hamas depuis le Liban : Gaza peut « bombarder Tel-Aviv et au-delà »

De passage dans le camp de réfugiés palestiniens d'Ain al-Hilweh, Ismail Haniyeh que la bande de Gaza disposait de roquettes capables de "bombarder Tel-Aviv et au-delà"

Le chef du Hamas Ismail Haniyeh salue des sympathisants lors d'une visite du camp Ain al-Hilweh, le plus grand camp de réfugiés palestiniens au Liban, près de la ville de Sidon dans le sud du pays, le 6 septembre 2020. (Crédit : Mahmoud ZAYYAT / AFP)
Le chef du Hamas Ismail Haniyeh salue des sympathisants lors d'une visite du camp Ain al-Hilweh, le plus grand camp de réfugiés palestiniens au Liban, près de la ville de Sidon dans le sud du pays, le 6 septembre 2020. (Crédit : Mahmoud ZAYYAT / AFP)

En visite au Liban dimanche, le chef du groupe terroriste palestinien du Hamas Ismail Haniyeh visite le camp de réfugiés palestiniens d’Ain al-Hilweh.

Le chef du mouvement terroriste chiite du Hezbollah Hassan Nasrallah a reçu le leader du mouvement palestinien Hamas, Ismaïl Haniyeh, en déplacement au Liban pour discuter de la normalisation entre des pays arabes et Israël, a rapporté dimanche la chaîne de télévision Al-Manar.

Lors d’un discours prononcé dans le camp, le chef terroriste a déclaré que la bande de Gaza disposait de roquettes capables de « bombarder Tel-Aviv et au-delà », selon les médias arabes.

« Nous disons à l’ennemi que nous n’oublierons pas, et que nous ne pardonnerons pas l’injustice historique, et que nous n’oublierons pas notre droit au retour, quels que soient les sacrifices ».

Il a également commenté que « le train de la normalisation [arabe] ne représente pas les peuples de la région », en référence à la décision des Emirats arabes unis d’officialiser leurs liens avec Israël, alors que d’autres pays arabes envisagent de faire de même.

A la tête du bureau politique du Hamas, M. Haniyeh est au Liban depuis mercredi, sa première visite dans le pays depuis près de 30 ans. Son déplacement intervient après un accord entre les Emirats arabes unis et Israël qui ont annoncé le 13 août une normalisation de leurs relations.

La chaîne de télévision Al-Manar du Hezbollah a publié sur son site internet des photos de MM. Nasrallah et Haniyeh assis ensemble, portant des masques de protection contre le nouveau coronavirus.

Les deux hommes ont passé en revue « les développements politiques et militaires en Palestine, au Liban et dans la région », évoquant « les dangers qui pèsent sur la cause palestinienne », notamment « les projets arabes de normalisation » avec Israël, indique Al-Manar.

Ils ont souligné « la solidité » des liens entre le Hezbollah et le Hamas, ainsi que la « stabilité » de « l’axe de résistance », terminologie utilisée pour désigner le mouvement chiite libanais et ses alliés, l’Iran notamment, dans leur lutte contre Israël.

Ni la date ni le lieu de la rencontre n’ont été donnés. M. Nasrallah vit dans un lieu secret depuis une décennie et fait très rarement des apparitions publiques. Il avait confié en 2014 qu’il changeait souvent de lieu de résidence, par crainte des frappes israéliennes.

Grand ennemi d’Israël, des poussées de fièvre successives ont opposé le Hezbollah à l’Etat hébreu ces dernières semaines à la frontière avec le Liban. Des raids, imputés à Israël, visent régulièrement des combattants du Hezbollah engagés dans le conflit en Syrie.

M. Haniyeh était à Beyrouth pour participer jeudi à une réunion élargie des organisations terroristes palestiniennes, contre la normalisation des pays arabes avec Israël.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé que son pays discutait en secret avec des dirigeants arabes et musulmans d’une normalisation de leurs relations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...