Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Coalition contre les Houthis : Rome enverra une frégate en mer Rouge

Selon une source au ministère de la Défense, il n'est pas exclu que l'Italie puisse envoyer un second navire en mer Rouge

Un homme brandit un drapeau italien devant la cathédrale gothique de Milan, en Italie, à l'occasion de la Journée de la libération, le dimanche 25 avril 2010. (Crédit ; AP Photo/Luca Bruno)
Un homme brandit un drapeau italien devant la cathédrale gothique de Milan, en Italie, à l'occasion de la Journée de la libération, le dimanche 25 avril 2010. (Crédit ; AP Photo/Luca Bruno)

Rome a annoncé mardi l’envoi « dans les prochaines heures » d’une frégate en mer Rouge dans le cadre de la coalition destinée à faire face aux attaques des rebelles yéménites Houthis contre des navires marchands.

« L’Italie fera sa part, avec la communauté internationale, pour combattre l’activité terroriste de déstabilisation des Houthis, pour protéger la prospérité du commerce et garantir la liberté de navigation et le droits international », indique un communiqué du ministère de la Défense.

« C’est pour ces raisons que l’Italie va envoyer dans les prochaines heures en mer Rouge la frégate multi-missions (FREMM) ‘Virgilio Fasan' », précise le communiqué.

Le ministre américain de la Défense a annoncé lundi la formation en mer Rouge d’une coalition de dix pays, afin de faire face aux attaques répétées des Houthis contre des navires que ces rebelles considèrent comme « liés à Israël ».

Outre les Etats-Unis, Lloyd Austin a indiqué dans un communiqué que la France, le Royaume-Uni, Bahreïn, le Canada, l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l’Espagne, et les Seychelles prendraient part à cette coalition.

Les Houthis, soutenus par l’Iran, ont répondu mardi n’avoir aucune intention de cesser leurs attaques.

Une première réunion de travail de la coalition a eu lieu en visio-conférence mardi et elle « a affirmé l’importance de la libre navigation, examiné l’impact sur le commerce extérieur et discuté des options possibles pour garantir la sécurité des routes maritimes afin de prévenir les répercussions sur l’économie internationale avec des conséquences dangereuses sur les prix des matières premières », précise le communiqué.

« Il est nécessaire d’augmenter la présence dans la zone afin de créer les conditions pour la stabilisation, d’empêcher des désastres écologiques et prévenir une reprise de l’inflation », a déclaré le ministre italien de la Défense Guido Crosetto, selon la même source.

Selon une source au ministère de la Défense, il n’est pas exclu que l’Italie puisse envoyer un second navire en mer Rouge.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.