Coronavirus : des bureaux de vote spéciaux pour les personnes en quarantaine
Rechercher

Coronavirus : des bureaux de vote spéciaux pour les personnes en quarantaine

La commission centrale électorale dressera des tentes isolées, avec du personnel portant des tenues de protection, pour empêcher la propagation du COVID-19

Photo d'illustration : Le personnel de  Magen David Adom enfile des vêtements de protection à l'aéroport Ben-Gurion, le 21 février 2020 (Autorisation : MDA)
Photo d'illustration : Le personnel de Magen David Adom enfile des vêtements de protection à l'aéroport Ben-Gurion, le 21 février 2020 (Autorisation : MDA)

La Commission centrale électorale se prépare à dresser des tentes isolées pour abriter des bureaux de vote, le jour des élections – soit lundi prochain – à destination des Israéliens en quarantaine, pour éviter au coronavirus meurtrier de se propager.

La directrice de la commission, Orly Adas, a indiqué à la commission des Finances de la Knesset, mardi, que quinze bureaux de vote seraient installés dans des villes du centre du pays lors du scrutin de la semaine prochaine.

Les Israéliens qui reviennent de pays asiatiques où le virus a été détecté ont reçu l’ordre de suivre une quarantaine personnelle et obligatoire de 14 jours alors que les autorités font appliquer des mesures strictes pour empêcher la maladie de se répandre au sein de l’État juif.

Adas a déclaré à la commission, qui s’était réunie pour discuter des budgets en vue des élections du 2 mars, que les isoloirs spéciaux seront placés dans des tentes où se trouveront des employés des services de secours du Magen David Adom. Chaque comité responsable de veiller au bon déroulement de la procédure du scrutin, dans ces bureaux de vote, porteront des vêtements de protection et se tiendront à l’écart des électeurs.

Au début de la semaine, le ministre de la Santé a émis des instructions en direction des personnes placées en quarantaine, autorisant ces dernières à aller voter en respectant certaines conditions, a indiqué Adas. Ils ne devront présenter aucun symptôme grippal, des symptômes qui se retrouvent également dans le coronavirus. Ils devront porter des masques, des gants et ne pas utiliser les transports publics, entre autres mesures.

La président de la Commission centrale électorale Orly Adas lors d’une conférence de presse à la Knesset le 5 décembre 2019.(Olivier Fitoussi/Flash90)

Adas a expliqué que la commission centrale électorale se tenait au courant du nombre de voyageurs devant entrer en quarantaine, précisant que ceux dont l’isolement prenait fin reprenaient leurs activités quotidiennes.

Le mode de fonctionnement de ces bureaux de vote particuliers, le jour J, reste encore indéterminé. En temps normal, les électeurs présentent leur carte d’identité nationale aux employés des bureaux qui vérifient alors les détails figurant sur la liste des votants dans la zone – avec notamment une confirmation visuelle que la personne qui se tient devant eux est bien celle qui est visible sur la photographie de la carte d’identité. La carte d’identité est conservée durant le temps où l’électeur se trouve dans l’isoloir et rendue après que le bulletin a été déposé dans une urne verrouillée.

Lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué qu’il n’y avait aucune raison de retarder le scrutin pour des inquiétudes liées à la propagation du virus dans la population lorsque cette dernière se rendra dans les bureaux de vote. Il a clamé que le pays avait pris des mesures de précautions vigoureuses pour empêcher la maladie de se répandre.

Lors de la réunion hebdomadaire de cabinet, dimanche, Netanyahu et le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan ont fait savoir que la police et l’agence de sécurité du Shin Bet devaient se préparer à d’éventuelles tentatives d’influencer les élections du 2 mars au moyen d’infox sur la menace représentée par le coronavirus, qui pourrait dissuader les Israéliens d’aller voter.

Ni Netanyahu ni Erdan n’ont identifié de coupables potentiels. Les responsables américains ont annoncé, samedi, qu’une campagne sur les réseaux sociaux, liée à la Russie, visait à provoquer la panique concernant le virus.

Jusqu’à présent, il n’y a eu que deux cas confirmés dans le pays – les deux malades se trouvaient d’ores et déjà en quarantaine quand le diagnostic est tombé.

Toutefois, au cours du week-end, la Corée du Sud a informé l’État juif que plusieurs membres d’un groupe de pèlerins, qui revenaient d’une visite récente dans le pays, ont été testés positifs au virus.

Quatre autres Israéliens ont été pris en charge au Japon, où il s’est avéré qu’ils avaient été contaminés par le COVID-19 alors qu’ils se trouvaient sur le Diamond Princess, un bateau de croisière. Mardi, l’un de ces ressortissants israéliens est sorti de l’hôpital.

Samedi, les autorités ont donné pour instruction à environ 200 élèves et enseignants israéliens de se mettre en quarantaine personnelle et obligatoire en raison de leurs contacts avec le groupe de pèlerins sud-coréens.

Il est impossible de dire pour le moment si les touristes coréens étaient déjà infectés lorsqu’ils se trouvaient en Israël.

L’État juif a répondu avec force à la menace posée par la maladie, interdisant l’entrée des étrangers en provenance de Chine, de Hong-Kong, de Macao, de Thaïlande, de Singapour, de Corée du Sud et du Japon, au cours des quatorze derniers jours. Le ministère de la Santé a également émis des avertissements aux voyageurs pour quelques pays de l’est-asiatique. Il a rajouté l’Italie à la liste dans la journée de lundi en raison d’un essor des cas de coronavirus là-bas.

Le coronavirus, connu officiellement sous le nom de COVID-19, a fait son apparition au mois de décembre en Chine.

Le nombre de morts, en Chine, continue à augmenter – avec 150 décès supplémentaires qui ont été confirmés, faisant grimper le bilan à plus de 2 600 morts, mardi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...