Israël en guerre - Jour 199

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Cpl. Lidor Mekayes, 19 ans : Un soldat du COGAT qui rêvait de vivre aux États-Unis

Tué lorsque des terroristes du Hamas ont pris d'assaut une base militaire à proximité du poste-frontière d'Erez, le 7 octobre 2023

Le caporal Lidor Makayes, tué lors de l'assaut terroristesur une base militaire à proximité du poste-frontière d'Erez le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le caporal Lidor Makayes, tué lors de l'assaut terroristesur une base militaire à proximité du poste-frontière d'Erez le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le caporal Lidor Mekayes, 19 ans, soldat logistique du COGAT (Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens), originaire d’Ofakim, a été tué le 7 octobre lorsque des terroristes palestiniens du Hamas ont pris d’assaut la frontière.

Lidor, qui servait sur une base près du point de passage d’Erez avec Gaza, a envoyé un message dans le groupe WhatsApp de sa famille tôt ce matin-là, indiquant que des terroristes avaient infiltré la base, qu’il avait peur et qu’il se cachait dans le miklat – abri antiatomique – comme on le lui avait ordonné. Toute connexion avec lui a été coupée vers 8 heures du matin.

Il s’était enrôlé dans l’armée israélienne moins de six mois auparavant et servait sur la base depuis quelques mois seulement avant d’être tué.

Il laisse dans le deuil ses parents, Batel Tivka et Moshe, ainsi que ses frères et sœurs Inbar, Oren et Lian. Il a été enterré à Ofakim le 11 octobre.

Un éloge funèbre publié par la ville d’Ofakim indique que Lidor aimait jouer au basket-ball et étudier l’anglais, et qu’il espérait maîtriser cette langue pour s’installer aux États-Unis.

« C’était un garçon incroyable, intelligent, drôle, parfait et rare, qui n’a jamais fait de mal à qui que ce soit et qui aimait aider tout le monde. »

Sa tante, Smadar Mekayes, a écrit sur Facebook : « Lidori, mon cher neveu, pourquoi as-tu été assassiné si cruellement et de sang-froid ? Mon cœur refuse de croire à un tel destin, tu nous as laissés sous le choc et dans la douleur. Un garçon comme toi, doux, humble, un fils merveilleux, repose en paix mon chéri. »

Moins d’une semaine après son assassinat, sa mère, Batel, a écrit sur Facebook : « Lidori, oh combien tu me manques, c’est vendredi et tu devrais être ici avec nous à la maison, je te ferais tes schnitzelim comme tu les aimes, nous nous assiérons tous autour de la table – que ferons-nous sans toi ? »

Un mois après sa mort, Batel a écrit à « mon bel ange ». « Comment la vie peut-elle continuer sans toi ? Personne ne le sait. Mon cœur refuse d’y croire et continue de saigner. Mon prince, tu me manques tellement. »

« Mon amour, nos rires ensemble, nos discussions, nos contacts, nos étreintes, nos baisers me manquent – mon cœur, au moment où ils t’ont pris, ils ont pris mon cœur. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.