Dans une gare allemande, un mémorial unique dédié aux Juifs déportés
Rechercher

Dans une gare allemande, un mémorial unique dédié aux Juifs déportés

Le mémorial, conçu par l'artiste Matthias Braun, présente une série de valises et de sacs à dos posés devant la gare principale de Wurzburg

Le 13 juin 2020, Bavière, Wurzburg:  des
baggers stylisés sont présentés à un mémorial en l'honneur des Juifs déportés devant la gare principale. Les valises abandonnées visent à symboliser la perte et la disparition des Juifs et de leurs communautés religieuses pendant l'époque nazie. (Photo par Karl-Josef Hildenbrand/picture alliance via Getty Images)
Le 13 juin 2020, Bavière, Wurzburg: des baggers stylisés sont présentés à un mémorial en l'honneur des Juifs déportés devant la gare principale. Les valises abandonnées visent à symboliser la perte et la disparition des Juifs et de leurs communautés religieuses pendant l'époque nazie. (Photo par Karl-Josef Hildenbrand/picture alliance via Getty Images)

BERLIN (JTA) – Près de 80 ans après que le dernier train a envoyé des Juifs à une mort presque certaine depuis la gare principale à Wurzburg, un mémorial a été consacré aux victimes dans cette ville allemande.

Le mémorial, conçu par l’artiste Matthias Braun, présente une série de valises, de sacs à dos et accessoires de voyages faits en pierre, en céramique et autres matériaux.

Les bagages, dont on ne voit pas les propriétaires – sont posés devant la gare principale. On trouve juste à côté des stèles d’information avec des photos historiques.

Dans une touche de modernité, on peut scanner des codes QR sur les bagages pour en apprendre plus sur la population juive et l’histoire de chaque ville qui a déporté des Juifs en train vers le camp de concentration de Theresienstadt situé autour de Prague, alors en Tchécoslovaquie.

Chaque valise sculptée a une jumelle dans une de ces villes.

Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, assiste à une conférence de presse après son élection à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, le 30 novembre 2014. (AFP / Daniel Roland)

Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs d’Allemagne et résident de Wurzburg, a déclaré au principal hebdomadaire juif, le Juedische Allgemeine, que le mémorial était probablement le premier en Allemagne à présenter des monuments liés « à la place centrale du souvenir et [placé] dans les communautés locales ».

En fait, Schuster a inspiré l’idée d’avoir un mémorial avec des éléments séparés dans plusieurs endroits, selon le journal.

La dernière grande déportation de la gare de Wurzburg a eu lieu en juin 1943.

Avant la Shoah, la région de la Basse Franconie avait la plus forte densité de communautés juives en Allemagne. Entre 1941 et 1944, environ 2 069 Juifs ont été déportés de la zone vers Theresienstadt.

Pour le projet, on a demandé à des artistes locaux de créer un bagage dans toutes les 109 villes de la Basse Franconie qui avaient des communautés juives d’avant-guerre. Jusqu’à présent, 69 villes ont participé au projet.

Une valise ne fait référence à aucune ville particulière. Elle est ouverte et contient le poème « Petite Ruth », du poète israélien Yehuda Amichai, dont la famille a fui l’Allemagne dans les années 1930. Le poème est dédié à son amie d’enfance Ruth Hanover, qui a été assassinée au camp de la mort de Sobibor dans la Pologne occupée par les nazis.

Un autre intérêt du mémorial se situe dans le projet éducatif pour la jeunesse qui l’entoure. Commencé en 2018, le projet se focalise sur les leçons à apprendre de l’histoire.

Les donateurs incluent la ville de Wurzburg et d’autres villes locales. Le coût total du projet devrait atteindre les 250 000 euros.

A cause des mesures de distanciation sociale visant à limiter la propagation de l’épidémie, seulement 50 personnes ont participé à la cérémonie – la limite légale actuelle. Elle a été diffusée en direct sur le site internet des organisateurs du projet, DenkOrt Deportationen.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...