Décès de l’éminent rabbin sioniste religieux Nachum Rabinovitch à 92 ans
Rechercher

Décès de l’éminent rabbin sioniste religieux Nachum Rabinovitch à 92 ans

Salué par Netanyahu comme un "polymathe", ce chef spirituel, docteur en statistiques né au Canada, a dirigé la yeshiva hesder à Maale Adumim et fut le mentor du grand rabbin Sacks

Portrait du Rav Nachum Rabinovitch, chez lui à Maale Adumim, le 23 août 2017. (Hadas Parush/Flash90)
Portrait du Rav Nachum Rabinovitch, chez lui à Maale Adumim, le 23 août 2017. (Hadas Parush/Flash90)

Le rabbin Nachum Rabinovitch, un haut dirigeant sioniste religieux et chef de longue date d’une yeshiva hesder à Maale Adumim près de Jérusalem, est décédé tôt mercredi à l’âge de 92 ans.

Le rabbin orthodoxe israélien né à Montréal et posek (décideur juridique) a dirigé la yeshiva Birkat Moshe – qui combine le service militaire dans Tsahal et l’étude de la Torah – pendant des décennies. Auteur de plus d’une douzaine d’ouvrages de droit juif en hébreu et en anglais, Rabinovitch est également titulaire d’un doctorat en statistiques, consacré aux probabilités dans le Talmud.

Il a servi comme rabbin de communauté à Charleston, en Caroline du Sud, et à Toronto, au Canada, avant de s’installer à Londres, où il est devenu le rabbin de la communauté de Jonathan Sacks, qui est ensuite devenu le grand rabbin du Royaume-Uni.

Rabinovitch a quitté le Royaume-Uni pour Israël au début des années 1980 et a commencé à diriger la Yeshivat Birkat Moshe. En 2015, il est devenu l’un des fondateurs des tribunaux rabbiniques Giyur KeHalacha, qui permettaient les conversions au judaïsme en dehors du Grand Rabbinat d’État, et a été considéré mercredi comme un champion de l’assouplissement du processus.

Ces dernières années, Rabinovitch avait progressivement réduit son engagement dans la yeshiva, alors qu’il luttait contre une maladie non spécifiée, selon les médias israéliens.

Les funérailles de Rabinovitch étaient prévues à 15h30 mercredi. Seuls les membres de sa famille devaient y assister en raison des restrictions imposées par le coronavirus, et une retransmission en direct était prévue pour ses étudiants et ses admirateurs.

Sacks a fait l’éloge de Rabinovitch comme « l’un des géants intellectuels, moraux et spirituels de notre temps ».

« Il était avant tout un enseignant, qui a élevé de nombreuses générations d’érudits de la Torah et de combattants pour l’État d’Israël », a écrit Sacks sur Twitter mercredi.

Rabbi Jonathan Sacks (photo credit: United Synagogue)
L’ancien grand rabbin britannique Lord Jonathan Sacks (United Synagogue via JTA)

« Il était mon Rav, j’étais son disciple, et je compte cela comme l’une des plus grandes bénédictions de ma vie », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également fait l’éloge funèbre de Rabinovitch.

« Je déplore le décès du chef de la Yeshivat Birkat Moshe de Maaleh Adumim, le Rabbin Prof. Nachum Eliezer Rabinovitch. En mon nom et au nom des citoyens d’Israël, je voudrais adresser mes sincères condoléances à sa famille et à ses nombreux étudiants.

« Rabbi Rabinovitch était un polymathe – un érudit extraordinaire, un éminent décideur juridique et un scientifique instruit », a déclaré Netanyahu dans un communiqué. « Maïmonide était son modèle de juif instruit, fusionnant la Torah et la sagesse. Son amour de la terre d’Israël a amené Rabbi Rabinovitch à la yeshiva hesder à Maale Adumim, dans laquelle il a formé des érudits de la Torah servant dans l’armée israélienne. Son leadership spirituel se caractérise par la fusion de sa dévotion à la halakha [loi juive] et de sa sensibilité sociale. La question de la conversion lui tenait à cœur et il cherchait à rapprocher les gens ».

« Que sa mémoire soit bénie ».

Rabinovitch était le père de six enfants. Sa fille, la chroniqueuse du Guardian Dina Rabinovitch, est morte en 2007 d’un cancer du sein à l’âge de 45 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...