Décès d’un escrimeur qui avait survécu au massacre des JO de Munich en 1972
Rechercher

Décès d’un escrimeur qui avait survécu au massacre des JO de Munich en 1972

Dan Alon a succombé à un cancer, 45 ans après avoir aidé à sauver 4 co-équipiers de l'attaque perpétrée par des terroristes palestiniens aux Jeux olympiques de Munich

Dan Alon se souvient du massacre de Munich en 1972, auquel il a survécu, lors d'une interview en septembre 2015. (Capture d'écran/YouTube)
Dan Alon se souvient du massacre de Munich en 1972, auquel il a survécu, lors d'une interview en septembre 2015. (Capture d'écran/YouTube)

L’ancien escrimeur Dan Alon est décédé mercredi, plus de 45 ans après avoir survécu au massacre des athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de Munich en 1972.

Cet homme de 72 ans est mort d’un cancer et laisse une femme et trois enfants derrière lui.

Alon était présent le 15 septembre 1972, lorsque 11 Israéliens ont été pris en otage par le groupe terroriste palestinien Septembre noir. Deux des Israéliens ont été assassinés dans le village olympique et les neuf autres ont été exécutés à l’aéroport; un policier allemand a été tué dans une fusillade avec les terroristes au cours d’une tentative de sauvetage ratée.

L’un des terroristes palestiniens de l’opération « Septembre noir » (Crédit photo : © getty)

Alon, qui avait 27 ans à l’époque, dormait quand les terroristes sont entrés par effraction dans les chambres d’hôtel des athlètes israéliens. Il s’est réveillé à cause du bruit qu’il avait initialement attribué aux autres délégations qui faisaient la fête.

The 11 Israeli Munich victims.
Les onze victimes israéliennes du massacre de Munich, pendant les Jeux olympiques d’été 1972

Quand il s’est rendu compte de ce qui se déroulait, il a sauté du lit. L’escrimeur, qui parlait allemand, a entendu les Palestiniens demander aux autorités allemandes de libérer 200 terroristes en échange des otages israéliens.

Comprenant ce qui l’attendait, Alon a rassemblé quatre autres athlètes – également ignorés par les terroristes – et le groupe a sauté d’un balcon, atterrissant près des forces de police allemandes sur place.

Les cinq furent les seuls survivants de l’attaque, grâce aux efforts d’Alon.

La délégation israélienne lors de l’ouverture des Jeux olympiques de Munich en 1972. (Capture d’écran)

Après l’attaque, Alon a abandonné le sport et a refusé de parler publiquement du drame.

Près de deux décennies se sont écoulées avant qu’Alon ne revienne à l’escrime – il a fini par être persuadé par certains de ses élèves de reprendre la compétition. À l’âge de 46 ans, il a remporté un championnat israélien, et a pris sa retraite pour la deuxième fois immédiatement après.

Dans une interview accordée en 2007 au site d’information Ynet, Alon est revenu sur l’attentat qui a coûté la vie à ses coéquipiers. « Pourquoi ai-je survécu ? Le destin, la coïncidence, et parce que j’ai choisi la chambre 2, la chambre qui avait un balcon. »

En 2012, l’ancien athlète olympique a publié « Munich Memoir : Dan Alon’s Untold Story of Survival ». Il a ensuite passé ces dernières années à parcourir le monde et à témoigner de ses expériences.

La date de ses funérailles n’a pas encore été fixée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...