Défense : les firmes israéliennes ont gagné 4 MDS de shekels avec le F-35
Rechercher

Défense : les firmes israéliennes ont gagné 4 MDS de shekels avec le F-35

En 2016, les entreprises militaires ont remporté 1 milliard de shekels en contrats, majoritairement pour le casque de pointe des pilotes du chasseur furtif

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le premier avion de chasse F-35 israélien dévoilé par Lockheed Martin à Fort Worth, Texas, le 22 juin 2016. (Crédit : Lockheed Martin)
Le premier avion de chasse F-35 israélien dévoilé par Lockheed Martin à Fort Worth, Texas, le 22 juin 2016. (Crédit : Lockheed Martin)

Les entreprises militaires israéliennes ont remporté près de quatre milliards de shekels grâce aux projets liés à l’avion de chasse F-35 depuis 2010, a annoncé dimanche le ministère de la Défense.

L’année dernière, la valeur des commandes a augmenté de 33 % par rapport aux années précédentes. En 2016, de nouveaux accords d’une valeur d’environ un milliard de shekels ont été signés entre Lockheed-Martin, le fabriquant du F-35, et les sous-traitants israéliens, a déclaré le ministère.

Au total, les entreprises israéliennes ont signé des accords liés au projet du F-35 d’environ 3,9 milliards de shekels, a annoncé le ministère.

« L’étendue du partenariat de fabrication entre les producteurs de l’Adir [le nom du F-35 en hébreu] et l’industrie israélienne, dans l’année dernière uniquement, montre l’immense potentiel inhérent à cet accord pour l’économie israélienne », a déclaré le colonel (de réserve) Avi Dadon, directeur général adjoint du ministère de la Défense.

Une grande partie du milliard de shekels attendu, 772 millions de shekels, ira aux entreprises Elbit Systems et American Rockwell Collins, qui fabriquent le casque de pointe des pilotes du F-35 dans le cadre d’un projet commun.

Le nouveau casque fabriqué par l'entreprise israélienne Elbit Systems, le 26 janvier 2016. (Crédit : autorisation de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset)
Le nouveau casque fabriqué par l’entreprise israélienne Elbit Systems, le 26 janvier 2016. (Crédit : autorisation de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset)

Le casque est conçu pour donner au pilote une vue à 360° du cockpit, grâce aux caméras attachées autour de l’avion. Quand il regarde vers le bas, le pilote ne voit pas ses jambes mais le ciel sous son avion.

62,3 autres millions de shekels iront à l’usine d’Elbit Systems de Carmiel, ville du nord d’Israël, qui participe à la fabrication du corps du F-35.

97 millions de shekels sont destinés à Israël Aerospace Industries, qui fabrique les ailes de l’avion de chasse, a précisé le ministère de la Défense.

Environ 35 millions de shekels sont partagés entre plusieurs autres entreprises du pays impliquées dans la fabrication de la radio, du simulateur et d’autres parties du F-35.

Le F-35 est considéré comme l’un des projets d’armement les plus chers de l’histoire mondiale, avec un développement actuel et un prix catalogue de 379 milliards de dollars pour un total de 2 443 avions F-35. La plupart d’entre eux sont destinés à l’armée de l’air américaine, mais Israël en a déjà acheté 50.

En décembre 2016, Israël a reçu ses deux premiers F-35.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Nevatim lors de la cérémonie organisée pour l'arrivée des F-35, le 12 décembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Nevatim lors de la cérémonie organisée pour l’arrivée des F-35, le 12 décembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Chaque avion de cinquième génération coûte environ 375 millions de shekels, en fonction de sa catégorie et de ses options, mais ce prix pourrait légèrement diminuer si plus d’avions sont produits.

Le président américain avait demandé la diminution des coûts du programme F-35, qu’il a qualifié de « très, très cher ».

Le mois dernier, le secrétaire américain à la Défense James Mattis a ordonné un examen du programme, et notamment de la possibilité de son remplacement par le F-18 Hornet, moins cher, mais pas furtif.

« Le programme du F-35 est un programme d’acquisition critique qui exige une évaluation détaillée pour réduire les coûts associés au programme », avait déclaré Mattis.

Lockheed-Martin avait déclaré qu’il « saluait » cet examen et souligné que la plupart des coûts du programme diminueraient avec l’augmentation de la production d’avions.

« Nous avons espoir qu’une telle analyse, minutieuse et objective, montrera que le F-35, avec sa furtivité et ses capteurs sophistiqués, répond aux exigences de supériorité aérienne du 21e siècle de tous nos services militaires », avait déclaré l’entreprise.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...