Dernière cible de la pro-Qanon Marjorie Taylor Greene : les « Rothschild Inc »
Rechercher

Dernière cible de la pro-Qanon Marjorie Taylor Greene : les « Rothschild Inc »

Une membre du Congrès républicain et partisane de QAnon a publié un message complotiste antisémite sur Facebook et attaqué les "suprémacistes sionistes" et Soros

Marjorie Taylor Greene, au Capitol Hill à Washington, le 13 janvier 2021. (AP Photo / Susan Walsh)
Marjorie Taylor Greene, au Capitol Hill à Washington, le 13 janvier 2021. (AP Photo / Susan Walsh)

JTA – Parmi les nombreux messages retrouvés dans le cadre d’un examen approfondi de l’historique des pages de la nouvelle membre du Congrès Marjorie Taylor Greene sur les réseaux sociaux, l’un d’eux impute la responsabilité de « Rothschild Inc » dans un incendie de forêt mortel qui, a-t-elle écrit, a été déclenché par des rayons laser depuis l’espace.

Greene, recrue républicaine de Géorgie qui a déclenché une polémique lors de sa campagne après avoir fait la promotion du mouvement complotiste QAnon, a exprimé cette accusation dans un message Facebook de 2018 qui n’est plus visible.

Dans le post, Greene exprimait plusieurs idées sans fondement sur la cause des incendies de 2018 en Californie, qui ont brûlé plus de 150 000 acres et tué 85 personnes.

Il a en fait été déterminé que l’incendie avait été déclenché par des câbles électriques appartenant à Pacific Gas and Electric (PG&E).

Dans son message, Greene a noté que Roger Kimmel, membre du conseil d’administration de Pacific Gas and Electric, était également vice-président de Rothschild Inc. Greene a écrit que PG&E avait investi dans une technologie transmettant l’énergie solaire de l’espace à la Terre. Elle a affirmé dans son message que cette technologie avait provoqué l’incendie. Le message a été rapporté pour la première fois jeudi par Media Matters for America, groupe libéral de surveillance des médias.

Illustration : Des pompiers combattent les flammes dans un complexe d’appartements en feu à Paradise, au nord de Sacramento, en Californie, le 9 novembre 2018. (Josh Edelson / AFP)

L’idée que la famille Rothschild conspirerait pour causer des dommages afin de s’enrichir est une théorie du complot antisémite de longue date ancrée dans la mythologie QAnon.

Greene a écrit « qu’il y avait trop de coïncidences pour les ignorer ».

Greene a exprimé des théories antisémites manifestes et plus subtiles au fil du temps.

En 2018, elle a partagé une vidéo, également sur Facebook, qui fustigeait les « suprémacistes sionistes » et avançait la théorie du « grand remplacement », qui prétend à tort que les Juifs conspireraient pour mettre à mal les pays à majorité blanche en faisant venir des migrants non-Blancs.

Comme d’autres qui ont rendu les théories de QAnon plus audibles auprès du public, Greene définit fréquemment George Soros, milliardaire juif hongro-américain et important donateur, comme un ennemi du peuple.

Une vidéo récemment découverte datant de 2019 montre Greene harcelant David Hogg, jeune survivant d’une fusillade à Parkland, en Floride, alors qu’il se promenait à Washington. Dans celle-ci, elle l’accuse d’être financé par Soros.

Fred Guttenberg, qui milite pour le contrôle des armes à feu et dont la fille Jaime a été tuée à Parkland, a partagé la vidéo cette semaine.

Ces derniers jours, Greene a également fait l’objet de critiques pour avoir suggéré par le passé que la fusillade à l’école de Parkland avait été un événement mené « sous faux drapeau ». Elle a également exprimé des idées complotistes sur les attentats du 11 septembre.

Greene avait exprimé ces points de vue dans des publications Facebook qu’elle a supprimées cette semaine, peu de temps après avoir rejoint le Congrès. Il reste indéterminé si le message sur les incendies de 2018 fait partie de ceux récemment supprimés ou si elle l’avait dépublié auparavant.

Plusieurs Démocrates cherchent à expulser Greene du Congrès, au prétexte de ses idées complotistes et de ses publications passées sur les réseaux sociaux menaçant des législateurs. Parmi eux, la représentante Lois Frankel de Floride qui a déclaré : « De nombreux membres du Congrès ont peur d’être dans le bâtiment avec elle. Mais une majorité des deux tiers du Congrès devrait approuver pour que [son départ] se produise. »

Les dirigeants républicains ont nommé Greene au comité d’éducation de la Chambre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...