Des étudiants de la New York University boycottent Israël et ses alliés
Rechercher

Des étudiants de la New York University boycottent Israël et ses alliés

Le chef de l'organisation juive dit que la résolution révèle un climat d' “animosité” à l'université envers l'Etat juif

Campus de la New York University (Cincin12/Wikimedia Commons)
Campus de la New York University (Cincin12/Wikimedia Commons)

NEW YORK (JTA) – L’engagement de 51 groupes d’étudiants de la New York University à boycotter Israël et deux organisations pro-israéliennes sur le campus est un signe d’ “animosité” sur le campus, a déclaré un leader étudiant juif.

Dans la résolution, qui a été publiée lundi, les organisations étudiantes expriment leur soutien au mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions, s’engagent à boycotter les produits israéliens et les institutions académiques israéliennes, et appellent l’université à se départir « des entreprises et des fonds qui sont complices de l’occupation israélienne de la Palestine ».

Les groupes d’étudiants s’engagent également à ne pas coparrainer d’événements avec deux groupes de défense des droits en Israël – Realize Israel et TorchPAC – ainsi que huit groupes hors campus, dont Birthright-Taglit, l’American Israeli Public Affairs Committee (AIPAC) et l’Anti-Defamation League (ADL).

Les sections de la New York University de Jewish Voice for Peace et Students for Justice in Palestine ont organisé la résolution, et ses signataires comprennent des groupes tels que l’African Student Union, le Black Students Union, le College Libertarians, l’Association des étudiants mexicains et l’Association des étudiants musulmans.

Dans un communiqué de vendredi adressé à JTA, le directeur exécutif du Centre Bronfman pour la vie juive de l’université, Rabbi Yehuda Sarna, a dénoncé la lettre et a déclaré que les étudiants de toutes les croyances religieuses et politiques étaient les bienvenus au centre.

« L’état actuel des choses – dans lequel un certain nombre d’organisations étudiantes ont décidé de boycotter deux autres groupes d’étudiants – est une source de tristesse et de déception pour moi », a déclaré Sarna. « L’université devrait être un lieu de rassemblement, pas de refus de dialoguer avec ceux qui ont des points de vue différents. »

An illustrative photo of pro-Palestinian demonstrators during an Apartheid Week event at the University of Texas. (photo credit: CC-BY Monad86, Flickr)
Photo illustrative de manifestants pro-palestiniens lors d’un événement organisé dans le cadre de la semaine de l’apartheid à l’Université du Texas. (Crédit photo : CC-BY Monad86, Flickr)

Les dirigeants des deux groupes pro-israéliens mentionnés dans la résolution ont déclaré vendredi à JTA qu’ils étaient surpris par l’élan qu’elle avait pris.

La présidente de Realize Israel, Adela Cojab, 21 ans, a décrit le climat qui entoure Israël à la New York University comme un climat « d’animosité ».

« Je suis surprise de cette ampleur parce que je ne m’attendais pas à ce que tant de gens et de groupes se retournent contre les étudiants comme ils l’ont fait », a déclaré Cojab, qui est également sénatrice suppléante représentant la communauté juive au sein du gouvernement étudiant de l’école.

Cojab a critiqué la résolution pour avoir pointé du doigt Realize Israel et TorchPAC.

« Ils sont en train de créer un fossé entre les élèves qui n’existe pas », a-t-elle dit. « Vous pouvez défendre une cause sans choisir deux groupes d’étudiants, en particulier les groupes de la New York University qui se trouvent sur ce campus et qui ont contribué de manière significative à la vie sur le campus de la New York University ».

La présidente de TorchPAC, Rebecca Stern, 20 ans, a déclaré que son groupe tendait la main aux signataires pour entamer un dialogue avec eux.

« Ce ne sont pas des groupes d’étudiants que nous connaissons particulièrement bien, alors nous essayons de parler aux gens et de voir exactement ce qui les a poussés à adopter cette résolution », a expliqué Rebecca Stern. « Nous voulons vraiment nous positionner en tant que communauté tolérante, centrée sur la discussion. »

Stern a déclaré que la situation des étudiants pro-israéliens a « empiré » au cours du mois dernier.

« Je ne dirais pas que c’est un endroit absolument inconfortable, mais Israël est un sujet de discussion qui est devenu un peu tabou », a-t-elle expliqué.

Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement étudiant de la New York University a adopté une résolution exhortant l’université à examiner ses politiques dans le cadre d’un programme que l’université gère à Tel-Aviv.

La résolution cite une loi israélienne promulguée l’année dernière qui interdit l’entrée dans le pays aux étrangers qui appellent au boycott contre Israël et dit que les membres de la Voix juive pour la paix de la New York University et les étudiants pour la justice en Palestine seraient concernés par la loi.

En 2016, le président de la NYU, Andrew Hamilton, a déclaré que l’école n’accepterait pas que son syndicat des étudiants diplômés exige que l’université coupe ses liens avec Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...