Rechercher

Des musiciens marocains rejoignent l’Orchestre andalou israélien

Les musiciens marocains ont pu jouer avec leurs collègues israéliens à l'occasion de la tournée actuelle de l'orchestre, qui se poursuit

L'Orchestre andalou israélien en concert. (Crédit : Capture d’écran YouTube / The Israeli Andalusian Orchestra | התזמורת האנדלוסית הישראלית)
L'Orchestre andalou israélien en concert. (Crédit : Capture d’écran YouTube / The Israeli Andalusian Orchestra | התזמורת האנדלוסית הישראלית)

Au nom du partage de racines communes, l’orchestre andalou israélien, dirigé par Yaakov Ben Simon, actuellement en tournée à travers le pays, a accueilli plusieurs musiciens marocains en son sein.

La tournée a pour vedettes les chanteurs Itzik Kala et le rabbin David Menachem, et les membres de l’Ensemble Piyut de l’Institut Ben Zvi, sous la direction de Sivan Albo Ben-Hur. Les musiciens marocains qui l’ont rejoint sont Abdellah Amli, Hisham Ayar, Hisham Morjane, Mohamed Shafari et Abdelfettah Otmani, a rapporté le Jerusalem Post.

« Cela fait un moment que je rêve de faire venir des musiciens ici, des musiciens qui connaissent bien la musique andalouse classique. Ici, nous n’avons pas de véritable formation dans le domaine. Il y a la génération [de musiciens] qui est venue à l’alyah [du Maroc et d’Algérie] et qui est maintenant âgée, ou beaucoup sont déjà décédés. Mais c’est tout », a expliqué Yaakov Ben Simon.

« Au Maroc, toutes les grandes villes ont des conservatoires de musique andalouse. Ils étudient la musique vocale et instrumentale dès l’enfance. Ils choisissent un instrument comme ils le font dans les écoles de musique classique occidentales, et ils apprennent toutes les subtilités de la musique andalouse », a-t-il poursuivi.

Les cinq musiciens marocains resteront en Israël pendant un an, permettant d’enrichir l’éducation musicale des membres israéliens de l’orchestre.

La plupart des musiciens marocains avaient déjà joué avec l’orchestre israélien lors de ses participations à des festivals au Maroc.

« La musique andalouse a la même âme mais avec des vibrations différentes. C’est une merveilleuse combinaison entre la façon dont ils la jouent et notre manière traditionnelle », a expliqué l’un d’eux, Abdellah Amli. « La musique est la même mais les écoles sont différentes », a renchéri Hisham Ayar.

« Au Maroc, la musique andalouse est enseignée en utilisant uniquement la mémoire et la pratique. L’orchestre d’Ashdod est très sophistiqué et joue plusieurs types de musique. Donc, bien sûr, ce n’est pas la même chose. Nous apprenons les uns des autres », a ajouté Mohamed Shafari.

Selon lui, la population marocaine musulmane a déjà bien conscience de la contribution des Juifs au style andalou, car « dès notre jeune âge, nous avons appris de nombreux musiciens et chanteurs juifs. Nous avions des musiciens juifs au Maroc et ils ont fait un gros travail pour construire le patrimoine musical dont nous jouissons maintenant ».

La tournée de l’Orchestre andalou israélien mènera prochainement ses musiciens à Beer Sheva (20 janvier), Tel Aviv (24 janvier) et Raanana (25 janvier). Les billets sont disponibles sur le site andalusit.co.il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...