Des neuro-scientifiques tentent d’ouvrir un dialogue entre Arabes et Israéliens
Rechercher

Des neuro-scientifiques tentent d’ouvrir un dialogue entre Arabes et Israéliens

La Conférence NeuroBridges réunissant des neuro-scientifiques arabes israéliens et israéliens se terminent aujourd'hui à Paris

Conférence NeuroBridges - Crédit Facebook : NeuroBridges
Conférence NeuroBridges - Crédit Facebook : NeuroBridges

Deux neuro-scientifiques originaires d’Égypte et d’Israël se sont engagéxs pour créer des liens relationnels et professionnels entre les neuro-scientifiques arabes et israéliens.

Ahmed El Hady, neuro-scientifique égyptien, et Yonathan Loewenstein, neuro-scientifique israélien, souhaitent aller au-delà du conflit moyen-oriental rapporte Ynet.

Les deux neuro-scientifiques se sont rencontrés en Allemagne en 2013 lors d’une conférence scientifique. A cette occasion, Yonathan Loewenstein avait invité Ahmed El Hady à venir donner une lecture en Israël.

Ce fut chose faite en 2014 à l’Université hébraïque de Jérusalem.

C’est à l’issue de cette visite qu’un des professeurs de l’Université a eu l’idée de créer un séminaire commun pour les scientifiques israéliens et arabes.

Les deux neuro-scientifiques se sont alors lancés dans ce projet et ont organisé la première conférence intitulée NeuroBridges en 2014.

Le but de cette conférence était « d’amener les neuroscientifiques arabes et israéliens ensemble dans le but de promouvoir des collaborations scientifiques communes permettant une compréhension mutuelle ».

Cette collaboration scientifique a un objectif également politique visant à créer un véritable dialogue entre les participants.

Yonathan Loewenstein interviewé par Ynet explique que « les relations entre Israéliens et Arabes ne doivent pas tourner exclusivement autour du conflit [israélo-palestinien] ».

Cette première conférence avait eu lieu l’été dernier, alors qu’Israël intervenait à Gaza avec l’opération Bordure Protectrice.

Cette conférence, organisée en Allemagne, regroupait des scientifiques originaires d’Israël, de Jordanie, d’Egypte mais aussi de Syrie et des territoires palestiniens.

Le scientifique israélien explique qu’il n’a pas été facile de trouver des participants, ces derniers prennent des risques professionnels.

Ahmed El Hady est critique vis-à-vis du boycott d’Israël, il a ajouté : « les arabes et les israéliens peuvent communiquer, argumenter, coopérer et collaborer même en situation de guerre ».

Le second séminaire a actuellement lieu du 7 au 9 septembre à Paris à l’Université Paris Descartes.

Les participants israéliens, arabes mais aussi français ont pour but de promouvoir les liens entre tous les participants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...