Rechercher

Des résidents d’Yitzhar auraient démasqué un agent du Shin Bet dans le secteur

Un homme d'une vingtaine d'années aurait avoué aux habitants de l'implantation qu'il était payé pour fournir des renseignements sur les militants d'extrême droite

Vue sur l'implantation de Yitzhar, en mai 2013. (Crédit : Mandy Hechtman/Flash90)
Vue sur l'implantation de Yitzhar, en mai 2013. (Crédit : Mandy Hechtman/Flash90)

Un agent secret travaillant pour l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a été démasqué dans une implantation du nord de la Cisjordanie, a rapporté dimanche le radiodiffuseur public Kan.

L’agent, âgé d’une vingtaine d’années, a vécu pendant environ un an dans l’un des avant-postes illégaux près de l’implantation radicale d’Yitzhar, selon le reportage.

Après avoir été arrêté, il aurait avoué à plusieurs habitants d’Yitzhar qu’il a travaillé pour le Shin Bet, contre un salaire mensuel, pendant environ trois ans.

L’agent aurait également admis avoir déménagé à Yitzhar il y a environ deux ans, dans le cadre d’une « décision conjointe » avec son contact.

L’agent a déclaré avoir fourni au Shin Bet des renseignements sur des militants d’extrême-droite, ce qui a conduit à des assignations à résidence et à des ordres d’expulsion administrative, selon le reportage.

Avant de s’installer à Yitzhar, l’agent a étudié dans une yeshiva du centre d’Israël. C’est là qu’il a été approché pour la première fois par des membres du Shin Bet pour travailler pour l’agence de sécurité, ont déclaré des habitants d’Yitzhar à Kan.

« Ce n’est qu’après que le Shin Bet a exercé une énorme pression psychologique sur lui, tout en lui versant d’importantes sommes d’argent, qu’il a déménagé à Yitzhar. Nous sommes heureux qu’il ait compris que la division juive du Shin Bet travaille contre ses amis, et qu’il ait décidé de se repentir », a déclaré à la chaîne Akiva HaCohen, qui vit dans l’implantation.

Le Shin Bet a refusé de commenter l’affaire.

Yitzhar et les avant-postes illégaux environnants ont été le théâtre de fréquents affrontements entre les forces de sécurité et les résidents d’implantations.

Une zone militaire fermée a été mise en place il y a deux ans, à la suite d’une série d’attaques violentes contre des Palestiniens et des policiers perpétrées par un certain nombre de jeunes de la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...