Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Des soldates doivent cesser de chanter pour ne pas gêner les religieux sur la base

Tsahal ouvre une enquête ; ce cas s'ajoute à une série de discriminations contre les femmes destinées à protéger les sensibilités des hommes juifs religieux

Les soldates du Corps de l'artillerie pendant une cérémonie le 25 février 2015. Illustration.(Crédit : unité des portes-paroles de l'armée/Flickr)
Les soldates du Corps de l'artillerie pendant une cérémonie le 25 février 2015. Illustration.(Crédit : unité des portes-paroles de l'armée/Flickr)

Des cadettes chargées du service de cuisine dans une base de l’armée israélienne ont été priées d’arrêter de chanter ou de jouer de la musique pendant leur travail en raison des sensibilités des soldats religieux, a rapporté jeudi la Douzième chaîne.

L’incident s’est produit à la base 80, une base de formation initiale située dans le centre du pays. Selon le reportage, les femmes écoutaient de la musique et chantaient tout en travaillant dans la cuisine lorsqu’elles ont reçu l’ordre d’éteindre la musique et d’arrêter de chanter en raison de la présence de soldats religieux.

Le reportage ne précise pas par qui l’ordre a été donné.

Certains hommes juifs orthodoxes estiment que le fait d’écouter une femme chanter constitue un problème pour des raisons de pudeur.

Tsahal a déclaré qu’elle enquêtait sur cette affaire, qui s’ajoute à une série d’incidents ayant fait la une des journaux nationaux ces dernières semaines, au cours desquels des femmes et des jeunes filles ont été contraintes de s’asseoir à l’arrière du bus, de se couvrir ou se sont tout simplement vues refuser l’embarquement en raison des sensibilités des passagers masculins religieux.

« Tsahal honore et respecte tous ceux qui servent, indépendamment de la religion, de la race, du genre ou de la préférence sexuelle, tout en maintenant un espace respectueux pour tous les soldats et en sauvegardant leurs droits », a déclaré l’armée, ajoutant que si nécessaire, « les procédures seront affinées en conséquence. »

L’accent mis sur la discrimination religieuse à l’égard des femmes intervient à un moment où les tensions sociétales entre la droite et la gauche et entre les groupes religieux et laïques sont exacerbées par les efforts déployés par le gouvernement pour limiter certains pouvoirs du pouvoir judiciaire.

Le Premier ministre Benjamin a été contraint de s’exprimer sur la question ces dernières semaines.

Dans une déclaration laconique, Netanyahu a demandé que soit punie toute personne faisant preuve de discrimination à l’égard des passagers des transports publics.

Des adolescentes dans un bus d’Ashdod à Safed qui disent que le chauffeur leur a demandé d’aller à l’arrière du bus, de couvrir leurs tenues d’été et d’enfiler des couvertures pour ne pas offenser les passagers haredi, le 13 août 2023. (Crédit : Utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d’auteur)

« L’État d’Israël est un pays libre, dans lequel personne ne fixera de limites à qui peut utiliser les transports en commun, et dans lequel personne ne lui dictera où s’asseoir », a-t-il déclaré. « Ceux qui agissent de la sorte enfreignent la loi et doivent être punis.

Sa condamnation est intervenue un jour après qu’un chauffeur de bus a ordonné à un groupe d’adolescentes de s’asseoir à l’arrière et de se couvrir en raison de leur tenue vestimentaire supposée impudique.

Lors d’un autre incident, un chauffeur de bus a refusé de répondre à une survivante de la Shoah âgée de 88 ans, affirmant qu’il ne parlait pas aux femmes.

Deux incidents similaires se sont produits la semaine précédente. À Ashdod, un chauffeur de bus a dit à une femme qu’elle ne pouvait pas monter dans un bus parce qu’il était réservé aux hommes ultra-orthodoxes, et à Tel Aviv, un chauffeur a réprimandé une femme parce qu’elle portait un débardeur.

Des bus dits mehadrin (strictement casher), qui appliquaient la séparation des sexes pour accommoder les passagers ultra-orthodoxes en plaçant les hommes à l’avant et les femmes à l’arrière, ont circulé en Israël jusqu’à ce que cette pratique soit jugée illégale par la Haute Cour de justice en 2011.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.