Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

Deux expos à visiter au musée de Tel Aviv où la bataille pour les otages fait rage

Depuis le 7 octobre, la place située devant l'institution a été rebaptisée "Place des Otages" et sert d'espace artistique "spontané" ; aujourd'hui, de nouvelles œuvres sont aussi à voir à l'intérieur

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Des gens trouvent un abri face aux tirs de missiles à l'intérieur du musée d'art de Tel Aviv pendant une manifestation réclamant la libération des otages sur la "Place des Otages" de Tel Aviv, le 8 décembre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/ Flash90)
Des gens trouvent un abri face aux tirs de missiles à l'intérieur du musée d'art de Tel Aviv pendant une manifestation réclamant la libération des otages sur la "Place des Otages" de Tel Aviv, le 8 décembre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/ Flash90)

Cela fait maintenant deux mois et demi que la place située devant le Musée d’Art de Tel Aviv a été rebaptisée, prenant temporairement le nom de « Place des Otages » en hommage aux 240 personnes environ qui avaient été enlevées, le 7 octobre, par les terroristes du Hamas dans le sud d’Israël et dont un grand nombre est encore en captivité.

« Plus rien n’est pareil », s’exclame la directrice du musée, Tania Coen-Uzzielli, pendant la visite récente de deux nouvelles expositions au sein de l’institution. « Les otages nous obligent à nous repenser, à nous renouveler chaque jour ».

La place qui se trouve devant le musée, qui est habituellement connue pour ses sculptures monumentales, est devenue « un espace d’art spontané », continue Coen-Uzzielli, avec ses œuvres porteuses d’espoir, mais aussi de colère et de chagrin.

« Nous avons permis que cet espace existe ; nous ne l’organisons pas, nous n’avons aucun regard dessus », note-t-elle. « Nous pouvons l’accepter comme vitrine ouverte – pas sous la forme d’une vitrine artistique, mais sous la forme d’une expression de solidarité ».

Une longue table de Shabbat a été dressée pour les 129 otages qui sont encore en captivité dans la bande de Gaza – beaucoup ne sont plus en vie. Il y a des tentes montées par les membres des kibboutzim situés le long de la frontière avec Gaza dont les habitants ont été kidnappés ou tués, et il y a des kiosques qui vendent des tee-shirts, des parapluies ou des sweat à capuche arborant le logo Bring Them Home Now.

La place est également, pour le Forum des Familles des otages et des portés-disparus, le lieu où se tiennent les rassemblements hebdomadaires en soutien aux captifs et autres événements de ce type.

Des Israéliens visitent la place des Otages à Tel Aviv, le 12 décembre 2022. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Le musée a été fermé aux visiteurs jusqu’au 30 novembre, n’ouvrant ses portes que pour permettre aux participants aux rassemblements d’aller aux toilettes avec des images de « Bring Them Home » projetées sur les écrans qui se trouvent derrière l’accueil.

Mais aujourd’hui, l’institution a procédé au vernissage de deux nouvelles expositions qui ont été revues pour s’adapter au mieux à l’humeur de la nation et à l’épreuve qu’elle traverse depuis le 7 octobre.

« Les éléments du lait » du peintre Shalom Sebba (1960), un tableau présenté dans le cadre de la nouvelle exposition consacrée à l’artiste qui a ouvert ses portes au musée d’art de Tel Aviv, le 20 décembre 2023. (Autorisation)

« Nous nous sommes réveillés différemment », explique Coen-Uzzielli. « Notre regard sur l’art est différent, nous voyons les mêmes expositions avec des yeux différents. Il y a de la prophétie dans l’art et il y a aussi cette capacité qui consiste à adopter d’autres angles de vision et de perception ».

A cette fin, l’une des nouvelles expositions est « Shalom Sebba : En fait ». C’est une rétrospective de cet artiste né à Berlin qui avait commencé sa carrière en Allemagne, dans les années 1920, et qui avait immigré en 1936 dans l’Israël pré-État.

L’autre est « Shmini Atzeret, » qui, dans une galerie, permet de découvrir des œuvres issues de la collection du musée qui, si elles ne concernent pas directement le 7 octobre, ont un écho particulier en rapport avec les émotions, les expressions et les expériences de ce Shabbat noir.

Les deux expositions sont très différentes, note Mira Lapidot, conservatrice en chef du musée. « Ce que nous pouvons offrir, c’est… un ancrage ; quelque chose de stable qui puisse nous rappeler ce qui a été construit ici », commente-t-elle.

De Berlin à la Palestine

A l’étage principal du musée, il y a les galeries de l’exposition Shalom Sebba, une rétrospective d’art classique qui est en préparation depuis trois ans.

L’exposition, qui fermera ses portes le 29 avril 2024, est l’occasion de voir plus de 200 œuvres d’un artiste israélo-allemand dont la vie a connu l’époque de la Shoah et dont la perspective « prend dorénavant une importance différente », estime Lapidot.

La curatrice Naama Bar-Or a créé une chronologie des œuvres en partant des premières années de l’artiste à Berlin, jusqu’à ses derniers travaux.

C’est la quatrième exposition en solo de Sebba à Tel Aviv – deux avaient été organisées en 1944 et 1945 à Beit Dizengoff, précurseur du musée d’art, et une autre dans les années 1960 au Pavillon Helena Rubenstein, qui est récemment devenu le Pavillon Pavilion Eyal Ofer, sur la place Habima.

« Le berger », du peintre Shalom Sebba (1960), un tableau présenté dans le cadre de la nouvelle exposition consacrée à l’artiste qui a ouvert ses portes au musée d’art de Tel Aviv, le 20 décembre 2023. (Autorisation : Pardo Yigal)

Sebba était devenu un maître sur de nombreux supports – peinture à huile, impressions, collages, décors de théâtre ou création de costume, fresques… Ses œuvres reflètent toutes les inconnues, tous les points d’interrogation de son temps au moment où il fuyait son Berlin natal pour recommander sa vie à zéro dans la Palestine pré-État.

C’est un artiste dont le travail est synonyme de la fondation de l’État et un grand nombre de ses œuvres proviennent de collections privées – « exhibées dans leur salle à manger, dans leurs chambre, toutes très aimées par les collectionneurs », dit Bar-Or.

Il y a des tableaux emblématiques, comme « la tonte des moutons », qui date de 1947 et qui appartient à la collection du musée, et ses peintures à l’huile sur plexiglas et bois, dans la mesure où « il cherchait toujours à présenter les choses différemment », indique Bar-Or.

Sebba était retourné en Allemagne à l’âge de 70 ans sur la demande de l’une de ses clientes, Bekker vom Rath, qui avait fait revenir les artistes qui avaient quitté le pays à cause de la guerre, et il avait vécu là-bas jusqu’à sa mort, en 1975.

Étrangement prémonitoire

En bas, dans l’aile Amir du musée, il y a l’exposition « Shmini Atzeret, » qui porte le nom du huitième jour de la fête de Souccot – quand les terroristes du Hamas avaient commis leur massacre, le 7 octobre.

La conservatrice Dalit Matatyahu de l’exposition ‘Shmini Atzeret’ au musée d’art de Tel Aviv, le 19 décembre 2023. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Cette exposition – présentée dans une seule galerie – est constituée d’œuvres rassemblées par la conservatrice Dalit Matatyahu dans la collection du musée « qui nous rappellent ce qui était venu avant le 7 octobre », dit-elle, même si certaines pourraient remettre en mémoire aux visiteurs ce qui a eu lieu aussi ce jour-là.

Un poème écrit par le poète polonais Tadeusz Różewicz est au cœur de l’exposition, introduisant les photographies de Deganit Berest qui a imprimé les mots du poème sur chacune de ses images, accrochées tout le long du périmètre de la pièce sous la forme d’un lien continuel.

Un poème du poète polonais Tadeusz Różewicz est au cœur de l’exposition ‘Shmini Atzeret’ au musée d’art de Tel Aviv, le 19 décembre 2023. (Crédit : Jessica Steinberg/ Times of Israel)

Le poème, qui dépeint le dialogue imaginaire entre un fils et sa mère sur la vie, est étrangement prémonitoire des milliers de messages envoyés via WhatsApp par les résidents des communautés frontalières de Gaza et par les jeunes qui prenaient part à la rave-party Supernova, appelant à l’aide et à un soutien lors de leurs dernières communications, le 7 octobre.

Si la conservatrice Matatyahu demande aux visiteurs de regarder les œuvres en pensant à des instants de la vie et de l’Histoire israéliennes précédant le 7 octobre, il est toutefois difficile de ne pas voir combien elles augurent des événements tragiques de cette journée.

Il y a « le Drapeau Blanc » de Moshe Gershuni – qui amène à penser aux trois otages qui ont été tués à Gaza quand ils ont été confondus avec des terroristes par des soldats de l’armée et il y a aussi le « Keffiyeh » de Tzipi Geva (1990), qui montre le foulard arboré par de nombreux Palestiniens et par leurs partisans dans les mouvements de protestation du monde entier.

« L’art israélien est encore traumatisé », explique Matatyahu qui a préparé cette exposition en un mois seulement.

« Shabbat au kibboutz », le tableau peint en 1947 par Yohanan Simon, rappelle les plaisirs pastoraux de la vie dans les communautés frontalières de Gaza tandis que « Conformément à la tradition locale » d’Elie Shamir, en 2022 – c’est une gigantesque peinture à l’huile représentant des funérailles dans un kibboutz – évoque les nombreuses inhumations qui se succèdent actuellement dans tout le pays.

« Fermiers », peint en 1983 par David Reeb, dans le cadre de l’exposition ‘Shmini Atzeret’ au musée d’art de Tel Aviv, le 19 décembre 2023. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Une photo familière de Micha Bar Am – dont une rétrospective a été présentée au musée en 2022 – montre un soldat éclaboussé par le passage d’une voiture à l’Ouest du Canal de Suez, au mois d’octobre 1973.

L’Histoire s’est répétée, cinquante ans plus tard, alors que l’armée a procédé à sa plus importante mobilisation de réservistes depuis la guerre de Yom Kippour. 2 656 soldats avaient alors perdu la vie – et une génération toute entière avait été transformée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.