Rechercher

Dreux : Une rue nommée en hommage à une jeune victime de la Shoah

La rue Livia-Zinger devrait être inaugurée lors des commémorations du 8 mai

La Chapelle royale de Dreux et l'Ar[t]senal de la place Mésirard. (Crédit : Adrien Goussard / CC BY-SA 4.0)
La Chapelle royale de Dreux et l'Ar[t]senal de la place Mésirard. (Crédit : Adrien Goussard / CC BY-SA 4.0)

Une rue de Dreux sera baptisée Livia-Zinger, une jeune Juive morte à 15 ans au camp d’Auschwitz.

Cécile Cavrois-Basset, 94 ans, de Dreux, fille d’une Juste parmi les nations, a prévu d’y participer. Elle a raconté une partie de son histoire au journal L’Écho républicain.

« J’étais consciente de la situation. Le 17 juin 1940, vers midi, quand j’ai entendu avec maman le message du maréchal Pétain dire : ‘C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat’, je me suis mise à pleurer. Pour moi, la guerre était perdue », dit-elle.

C’est alors que sa mère, pharmacienne de sensibilité communiste, est entrée en résistance.

« Plusieurs chefs de réseaux, comme Maurice Dablin, sont venus à la maison, tout comme Silvia Monfort et Maurice Clavel dit Sinclair. Ils venaient à la maison même en pleine journée. Ma mère était aussi en correspondance avec Jacques, un ouvrier de chez Peugeot qui, venant de Sochaux à vélo, repérait tous les emplacements de la DCA sur la ligne Paris-Granville. » Cécile Cavrois-Basset a ainsi « transporté dans les sacoches de [son] vélo des tracts anti nazis, appelant à résister à l’occupant ».

Livia et sa mère Suzanne, couturière, étaient des habituées de la pharmacie de Marie-Rose Cavrois, mère de Cécile.

« Je les connaissais bien, même s’ils étaient des gens discrets. Livia ne faisait pas partie de ma bande d’amis mais, à Dreux, à l’époque, tous les jeunes se connaissaient. On se retrouvait en Grande-Rue pour jouer aux patins à roulettes ou au stade pour le foot », dit-elle.

Cécile a été effondrée quand, avec sa mère, elle a appris la déportation des deux femmes, qu’elles n’ont pas pu sauver – contrairement à d’autres Juifs drouais, parmi lesquels les enfants du docteur Ebner, en 1942.

La rue Livia-Zinger devrait être inaugurée lors des commémorations du 8 mai. Elle devrait se situer dans le prolongement de la ZA des Fenots. La rue n’est donc pas encore matérialisée, à moins que son emplacement ne soit modifié. 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...