En Jordanie, des réfugiés syriens touchent une aide financière en un clin d’oeil
Rechercher

En Jordanie, des réfugiés syriens touchent une aide financière en un clin d’oeil

Le HCR a présenté un système "unique au monde" basé sur la biométrie afin de faciliter les démarches des réfugiés

Filippo Grandi, le haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, parle lors d'une conférence de presse au camp de réfugiés de Zaatari, près de la ville jordanienne de Mafraq le 18 janvier 2016 (Crédit : AFP / KHALIL Mazraani)
Filippo Grandi, le haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, parle lors d'une conférence de presse au camp de réfugiés de Zaatari, près de la ville jordanienne de Mafraq le 18 janvier 2016 (Crédit : AFP / KHALIL Mazraani)

Retirer de l’argent à un distributeur sans carte bancaire, c’est désormais possible pour des Syriens exilés en Jordanie grâce à un système basé sur la biométrie, « unique au monde » pour les réfugiés.

Pas besoin de compte bancaire, il suffit au réfugié de se présenter devant le distributeur équipé d’un capteur biométrique, qui identifiera le demandeur grâce à son iris, pour recevoir l’aide financière qui lui est due. Le tout en moins de 30 secondes.

Le Haut commissariat des réfugiés de l’ONU (HCR) a présenté cette semaine à Amman ce système « unique au monde » qui va profiter à 43 000 familles. Baptisé « EyeCloud » en anglais et « Aide en un clin d’oeil » en arabe, il a été mis au point par la société britannique IrisGuard.

Une cinquantaine de distributeurs équipés de ce système ont été installés à travers le royaume en coopération avec une banque locale, a précisé le HCR.

Ce système va être mis au service des réfugiés qui peuvent difficilement ouvrir un compte bancaire, et leur permettra notamment de préserver leur anonymat.

Ceux qui en bénéficieront « sont les personnes les plus vulnérables qui vivent en dehors des camps: des veuves avec enfants, des personnes âgées et celles qui ne travaillent pas », a expliqué à l’AFP le représentant du HCR en Jordanie Andrew Harper.

Le système épargnera aussi aux réfugiés de longues heures d’attente devant les guichets de banque ou du HCR. Le but ultime est de « préserver la dignité des réfugiés », indique Harper.

Le système Eyecloud « est la méthode (…) la plus efficace dans le monde pour fournir de l’assistance en liquide aux réfugiés », s’est-il félicité.

L’argent, plus que la technologie

Outre les Syriens, qui représentent 80 % des réfugiés en Jordanie selon des statistiques officielles, « les Irakiens, Soudanais et Somaliens les plus vulnérables » en bénéficieront, selon lui.

Selon le HCR, neuf réfugiés sur dix en Jordanie vivent en dehors des camps et sous le seuil de pauvreté avec en moyenne 68 dinars jordaniens (87 euros) par mois.

Dans l’une des banques du centre de la capitale Amman, plusieurs réfugiés sont venus pour percevoir leur argent en utilisant pour la première fois le nouveau système.

Cependant, ce qui importe aux réfugiés, c’est plus l’argent qu’ils peuvent recevoir que la technologie qui leur permet de l’obtenir.

« Je suis heureuse que l’opération se soit déroulée rapidement », se félicite Souad, une Syrienne de 40 ans et mère de sept enfants qui a touché 120 dinars (150 euros) après s’être identifiée d’un simple regard.

Mais elle enchaîne rapidement sur l’insuffisance des sommes perçues.

« Les aides sont insuffisantes pour subvenir à nos besoins, même si elles nous aident à payer le loyer de 230 dinars (296 euros). Avoir un toit est la chose la plus importante », explique cette femme qui habite depuis trois ans en Jordanie, où elle s’est réfugiée après la mort de son mari, tué dans un raid du régime sur la banlieue de Damas.

Lui aussi Syrien, Mohamed, 35 ans, vit des conditions plus difficiles.

« Ma femme souffre d’un cancer et nous avons régulièrement besoin d’argent » pour qu’elle puisse se soigner, confie-t-il.

« Je dois toujours être à ses côtés, c’est pourquoi je ne peux pas travailler », regrette Mohamed qui est allé retirer 50 dinars (64 euros) après avoir reçu un message du HCR sur ton téléphone l’informant que ce montant était disponible.

« Ces aides sont peu importantes et ne suffisent guère mais la situation serait pire sans elles », explique à ses côtés Ibrahim, père de quatre enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...