Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

Face à la guerre et aux deuils, les Israéliens répondent en se mariant

Sous les roquettes et avec la mobilisation, les circonstances exigent de la présence d'esprit et des changements de dernière minute - mais pour de nombreux couples, la seule option inacceptable serait d'annuler leur union

Shirel Tayeb et Reuven Lebetkin se sont mariés dans le nord d'Israël, le 23 octobre 2023. La date de leur mariage est tombée pendant la guerre entre Israël et le Hamas et ils ont choisi de maintenir la cérémonie en la modifiant. (Autorisation : Lebetkin via JTA)
Shirel Tayeb et Reuven Lebetkin se sont mariés dans le nord d'Israël, le 23 octobre 2023. La date de leur mariage est tombée pendant la guerre entre Israël et le Hamas et ils ont choisi de maintenir la cérémonie en la modifiant. (Autorisation : Lebetkin via JTA)

TEL AVIV (JTA) — Quand le monde de Yonatan Perez s’est effondré, il devait se marier dix jours plus tard.

Perez a été blessé par balle lors d’une bataille avec les terroristes du Hamas, le 7 octobre, lorsque les hommes armés ont envahi les abords du kibboutz où, soldat, il était stationné. Son frère Daniel Perez est porté-disparu ; tous les camarades qui partageaient le char de son aîné sont morts ou ont été enlevés.

Le pays a plongé dans le désespoir.

Et pourtant, Yonathan s’est tenu sous la houppa aux côtés de sa fiancée, à la date qui avait été prévue des mois auparavant, malgré la souffrance de tous ceux qui accompagnaient le couple lors de cette journée qui aurait dû être la plus belle de toute sa vie.

« Nous n’étions pas vraiment capables de penser au mariage, les premiers jours qui ont suivi et avec Yonathan qui était blessé, nous ne savions pas réellement quoi faire », confie à la JTA le père de Yonathan, Doron Perez.

Mais cinq jours après le carnage, quand Daniel a été officiellement déclaré porté-disparu et qu’il a été clairement établi que Yonathan se rétablirait assez vite pour réintégrer son unité, la voie à suivre semblé s’imposer : Yonatan et Landau, dont la famille a été évacuée de son kibboutz, se sont mariés à Yad Binyamin, là où vit la famille Perez, le 17 octobre.

« La décision n’a pas été difficile à prendre mais cela a été difficile de vivre cette expérience de prise de décision », note Doron Perez, rabbin et directeur-exécutif du Mouvement mondial mizrahi. Le mariage en lui-même, ajoute-t-il, a été « un événement heureux » malgré les circonstances.

« Cela a été un moment sacré », continue-t-il. « Alors que nous vivons un moment si spécial où d’énormes événements sont en train de se produire… et même si le prix à payer a d’ores et déjà été lourd, le sentiment qui a dominé lors du mariage a été celui du bonheur, celui d’une célébration juste ».

L’expérience de cette famille a été une version extrême de ce que de nombreux couples traversent actuellement en Israël, alors qu’ils se demandent s’ils vont vraiment maintenir leur cérémonie de mariage – et comment – malgré la souffrance et les troubles entraînés par l’assaut barbare sans précédent perpétré par le Hamas sur le sol israélien.

Certains revoient à la baisse le faste de leur mariage parce que leur familles et leurs amis, à l’étranger, sont dans l’incapacité de venir. De nombreux futurs jeunes mariés veulent aussi s’assurer que leurs invités pourront accéder à un abri antiaérien si c’est nécessaire. D’autres voient la liste de leurs invités s’allonger, apporter un instant de joie à de futurs époux étant devenu l’une des missions endossées avec le plus de ferveur par les Israéliens.

Yonatan Perez et Galya Landau se marient à Yad Binyamin en Israël, le 20 octobre 2023. Perez a été blessé lors de l’attaque du Hamas, le 7 octobre, et son frère a été porté-disparu. (Autorisation : Famille Perez via JTA)

Reuven Lebetkin, 25 ans et Shirel Tayeb, 23 ans, devaient se dire « oui » le 23 octobre en présence d’un grand nombre des membres de leurs familles respectives, venues de l’étranger. Tous les deux vivent en Israël depuis que leurs parents s’y sont installés quand ils étaient enfants – Lebetkin est originaire de Miami et Tayeb est née en France. Finalement, ils ont organisé une cérémonie intime sur la frontière nord du pays, où plane la menace du Hezbollah, de l’autre côté de la frontière avec le Liban.

« C’est la date que nous avions décidée. Nous n’avons pas pensé que cela pourrait nous porter chance de le repousser », explique Lebetkin. « Et si nous l’avions repoussé, cela aurait signifié que nous rendions les armes face au terrorisme ».

Le couple a choisi une chanson du musicien israélien Noam Banaï pour la cérémonie du voile, appelé un bedeken. Ils ont été sidérés lorsqu’ils ont vu apparaître Banaï lui-même au mariage, une surprise organisée par leurs amis. L’artiste a fini par chanter pendant la cérémonie toute entière.

D’autres célèbres musiciens israéliens ont fait des apparitions lors de ces mariages organisés en pleine guerre. La pop star religieuse Ishay Ribo s’est illustrée lors d’une cérémonie où le fiancé était parvenu à obtenir une permission de 24 heures, selon un article du Times of Israel, et Ivri Lider a interprété son titre « J’ai eu la chance d’aimer » lors d’un mariage initialement fastueux – la liste des invités comptait 400 personnes – et qui s’est finalement déroulé sur le balcon d’un appartement (Lider a aussi chanté sa chanson lors des funérailles d’un soldat qui l’avait mise à la première place de la playlist de son mariage, qui devait avoir lieu le 20 octobre).

Hanan Ben Ari a surpris un autre couple, Nadav et Noam, lors de leur cérémonie de mariage, sur une base militaire. Eden Hasson a chanté pour un couple sur une base militaire qu’il visitait et où l’union était célébrée, réconfortant les soldats. Et le chanteur Ariel Zilber a publié une vidéo le montrant lors d’un mariage qui s’est tenu jeudi dans le nord du pays, avec un tapis rouge installé à côté d’un camion militaire, la fiancée portant l’uniforme agrémenté d’un voile, un bouquet de fleurs à la main.

Ishay Ribo chante au mariage improvisé de Maor et Gal Peretz, le 9 octobre 2023. (Crédit : Yossi Zer)

Des mariages qui font fréquemment le buzz sur les réseaux sociaux – une indication de la manière dont le pays, profondément traumatisé, se raccroche malgré tout à tout ce qui porte la marque de la joie et de l’espoir.

Pour la famille Perez, le seul fait d’avoir pu maintenir le mariage a été en lui-même un triomphe. Cela avait été Yonathan qui avait alerté son père de la disparition du char de Daniel sur leur base, près du kibboutz Nahal Oz — ce qu’il avait trouvé rassurant. « C’était un bon signe », raconte Doron Perez qui souligne l’indestructibilité du tank.

Mais le récit de Yonatan, blessé par balle à la jambe lors d’une bataille qui devait durer cinq heures aux abords de Gaza, avait donné une image plus sombre de la base prise d’assaut par les terroristes. « C’était la mort et la destruction partout. Des roquettes qui s’abattaient partout. Tous les véhicules de l’armée avaient été détruits », raconte Perez en citant Yonathan.

Le corps sans vie d’un des soldats qui se trouvaient dans le char de Daniel, Tomer Liebowitz, a été retrouvé. Il a été confirmé qu’un autre militaire, Itay Chen, avait été capturé. Le père de Chen, Ruby, a lui aussi fêté un événement déterminant, la semaine dernière – une bar mitzvah — en l’absence de son fils aîné, disant à JTA que son cadet « méritait d’avoir une bar-mitzvah remplie de joie ». Il est ensuite parti aux Nations unies et à Washington pour exercer des pressions en faveur de la libération de son fils et en faveur des plus de 220 autres Israéliens pris en otage.

L’absence de Daniel a été palpable lors du mariage de Yonatan et de Galya. « Quand le rabbin a mentionné son nom, ça a été très, très dur et j’ai craqué », se souvient Doron Perez. « Alors que j’aurais dû épauler mon fils, c’est mon fils qui m’a soutenu ».

Sa fille, pour sa part, déclare que le plus dur, pendant le mariage, a été la photo prise de la fratrie – moins un. « C’est un moment qui a été difficile, et nous l’avons reconnu, nous l’avons accepté ».

Mais, continue Perez, même si la « présence » de Daniel – « ou plutôt son absence » – a été omniprésente pendant tout le mariage, « elle n’a pas donné le ton » de la cérémonie.

Les mariages juifs comprennent une reconnaissance intrinsèque de l’idée de catastrophe dans la joie – avec le verre brisé, un rituel qui a lieu à la fin de la cérémonie. La tradition juive veut aussi que les mariages se déroulent comme ils ont été prévus, autant que possible et indépendamment des circonstances.

Perez explique comprendre dorénavant d’une autre manière ces deux idées – de façon personnelle et intense à la fois.

« Malheureusement, j’ai dû apprendre que c’est possible de vivre avec des sentiments aussi contradictoires que la souffrance profonde, l’inquiétude, l’effroi, la peur… en mariant un fils en même temps », dit-il. « J’ai appris que c’est possible de vivre les deux. De compartimenter, d’une certaine façon – et je pense que c’est ce que j’ai fait lors du mariage ».

Il déclare avoir conscience que sa famille n’est pas la première à être allée de l’avant dans un moment de crise.

« J’ai aussi tiré beaucoup de force de l’idée qu’à travers les temps les plus difficiles, des Juifs se sont mariés et ils ont eu des enfants », explique-t-il, citant l’exemple de la Shoah. « Nous sommes un peuple qui sanctifie la vie. Il y aura une aube nouvelle et une ère bien meilleure attend les Juifs dans le futur ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.